Des archéologues révèlent la découverte d’un ancien cimetière vieux de 1800 ans au Pérou


Une découverte inattendue.

découverte-cimetière

Un cimetière vieux de 1 800 ans a été découvert après que des ouvriers du bâtiment aient creusé une rue au Pérou pour y installer des conduites de gaz, ont récemment rapporté les chercheurs.

“Lors de travaux pour installer un réseau de distribution de gaz, nous sommes tombés sur une grande découverte archéologique. Nous avons trouvé les restes de ce que l’on croit être un cimetière vieux de 1800 ans, avec un trésor d’artefacts”, a déclaré à l’AFP l’archéologue Cecilia Camargo.

La découverte inattendue a été faite dans le district de Breña, dans la zone centrale de Lima, par un groupe de travailleurs de la filiale de la société colombienne Calidda, qui distribue du gaz naturel au Pérou.

Cette entreprise dispose d’une équipe d’archéologues car il est courant de trouver des traces d’anciennes cultures à Lima et dans d’autres zones de la côte péruvienne.

Afin de protéger d’éventuels sites anciens, les archéologues ont tendance à étudier les zones avant les travaux ou la construction. De cette façon, la modernisation du pays n’avancera pas au prix de la destruction des traces d’anciennes cultures, dont beaucoup ont fait du Pérou actuel leur foyer, il y a des milliers d’années.

fouilles

Une image montrant des archéologues analysant soigneusement le site archéologique datant d’au moins 1 800 ans au Pérou. Crédit image : AFP.

La récente découverte a permis de découvrir un trésor d’artefacts dont on a fait état.

“À ce jour, nous avons trouvé les restes de quatre individus et de 15 navires anciens, tous peints dans un style ‘blanc sur rouge’. On pense que les artefacts datent d’au moins 1 800 ans”, a déclaré l’archéologue Marilin Herrera.

Le style blanc sur rouge présent sur les poteries remonte au début de l’Intermédiaire précoce, dont les cultures caractéristiques sont celles de Lima ou de Moche. En d’autres termes, il est probable que ces artefacts et le cimetière également remontent à environ 200 ou 300 après J.-C.

L’analyse des squelettes a révélé que les anciens étaient enterrés face au sud et qu’ils avaient plusieurs offrandes en céramique autour d’eux, comme des récipients, des assiettes et des conteneurs.

Les travaux de construction du réseau de gazoducs ont été immédiatement suspendus dans cette zone, qui a été bouclée pour permettre aux archéologues de travailler.

“Nous sommes tous surpris, même en dessous de 40 centimètres, on peut trouver de grandes choses”, a déclaré M. Camargo, qui dirige les travaux archéologiques de l’équipe de Calidda.

“À Lima, il y a plus de 400 sites archéologiques”, a révélé l’archéologue.

L’archéologue a expliqué que des équipes spécialisées sont chargées de l’analyse anthropologique des restes osseux et de la restauration des navires.

Les chercheurs ont révélé qu’à l’époque pré-hispanique, cette zone faisait partie du grand Royaume de Cuzco (Curacazgo del Cuzco) ou manoir d’Ichma (Lima), centré à Pachacamac, au sud de la ville. Le domaine s’étendait de la rivière Rimac, qui traverse le centre de Lima, à la vallée de la rivière Lurin, au sud de la capitale.

Le site archéologique de Pachacamac est situé à environ 40 kilomètres au sud-est de Lima, au Pérou, dans la vallée de la rivière Lurin. On pense que le site a été colonisé vers 200 après J.-C. et qu’il a été nommé d’après le dieu créateur Pachacamac, le “faiseur de terre”.

On pense que le site antique a prospéré pendant environ 1 300 ans jusqu’à l’arrivée des conquistadors espagnols. Pachacamac est un site archéologique massif, couvrant environ 600 hectares de terre.

Lire aussi : Pérou : Un monolithe de 2 000 ans gravé de symboles mystérieux scanné par des experts

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *