Un mystérieux groupe de squelettes soigneusement décapités a été découvert en Angleterre

groupe de squelettes

Une fouille archéologique dans le Suffolk, en Angleterre, a permis de découvrir un cimetière intriguant de l’époque romaine : 52 squelettes magnifiquement conservés datant du IVe siècle.

Et parmi ces squelettes, beaucoup avaient été décapités, leurs têtes désincarnées placées proprement à leurs côtés ou à leurs pieds pour être enterrés, ou enterrés sans corps du tout. Seulement 17 squelettes avaient été enterrés de manière classique.

C’est une découverte vraiment rare et particulière, selon les archéologues qui ont trouvé les vestiges.

“Nous ne nous attendions pas à en trouver autant ou aussi bien conservés”, a déclaré l’archéologue Andrew Peachey de Archaeological Solutions, la société qui effectue l’étude en prévision d’un nouveau projet de construction de logements dans le village de Great Whelnetham.

On sait que Great Whelnetham était une colonie romaine, datant du milieu à la fin du Ier siècle de notre ère, et qu’il a été occupé pendant près de 2 000 ans ; mais comme le sol est constitué de sable fin, on s’attendait à ce que tout squelette se soit désintégré depuis longtemps.

Ainsi, lorsque l’équipe a commencé à fouiller des squelettes, des restes d’hommes, de femmes et d’enfants de tous âges, indiquant qu’ils avaient vécu dans le village, cela a été une surprise.

En général, les Romains enterraient leurs morts comme nous – allongés sur le dos, bien rangés, souvent avec des objets importants. Mais dans tous les cimetières romains, on trouve un certain nombre d’enterrements dits “déviants” qui rompent avec cette norme.

Ce qui rend le cimetière de Great Whelnetham si inhabituel, c’est le nombre d’enterrements déviants, a déclaré M. Peachey à Lesley Dolphin de la BBC dans une interview.

“Ce que l’on trouve rarement – vraiment seulement dans trois ou quatre cimetières à travers le pays – c’est une très forte proportion d’enterrements déviants”, dit-il.

“Au point que, dans cette population, cela devrait être considéré comme une pratique normale.”

groupe de squelettes

(Archaeological Solutions)

D’autres cimetières romains ont été découverts dans la région, mais seul celui-ci semble avoir observé cette pratique – bien que la raison pour laquelle ils l’ont fait soit un mystère.

Il convient également de noter que la personne décédée n’avait pas été exécutée. Les archéologues pensent que les têtes avaient été retirées très soigneusement des corps après la mort, coupées proprement de face juste derrière la mâchoire, contrairement aux coupures violentes et basses que l’on trouve souvent dans les exécutions.

Peachey note qu’une explication pourrait être qu’un segment de la population aurait appartenu à un culte romain connu qui vénérait la tête en tant que partie de l’âme et la retirait dans le cadre de leurs rites funéraires religieux.

Une autre explication possible est que la population est venue d’un autre endroit lointain, peut-être en tant qu’esclaves, apportant avec elle la pratique funéraire.

“Une partie de notre analyse à l’avenir, et l’une de ces sciences émergentes qui ne cesse de s’améliorer, consiste à examiner les protéines dans les os, les rapports isotopiques dans les os, et nous aimerions savoir d’où vient cette population, et cela pourrait nous en dire plus à ce sujet”, a dit M. Peachey.

Ce que nous savons au sujet des défunts, c’est que la plupart d’entre eux avaient vécu jusqu’à l’âge moyen ou plus tard, bien qu’il y avait un petit enfant et deux enfants âgés d’environ 9 ou 10 ans parmi les sépultures déviantes.

Ils avaient aussi un haut du corps bien développé, ce qui signifie qu’ils travaillaient probablement dans l’agriculture, et qu’ils étaient bien nourris, avec accès aux sucres et aux glucides, ce qui entraînait une mauvaise hygiène dentaire.

Une analyse plus détaillée sera effectuée sur les squelettes, qui ont été transférés dans les archives d’un musée.

“L’étape suivante consiste à donner vie à leur histoire et à faire de ce village et du Suffolk en général l’histoire du village et du Suffolk en général”, a dit M. Peachey.

Lire aussi : Les restes humains du lac Roopkund, le “lac des squelettes”

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *