Avant la photographie par drones, il y avait la caméra miniature pour pigeons du Dr Neubronner


“Mieux vaut tard que jamais !” Telle semble avoir été la philosophie de l’un des pigeons voyageurs du Dr Julius Neubronner en 1907.

pigeons-drones

Dr Neubronner était un apothicaire qui employait des pigeons pour la livraison de médicaments depuis 1903, et pour la plupart, il a eu beaucoup de succès à les utiliser pour transporter des livraisons urgentes à un sanatorium voisin à quelques kilomètres de sa maison à Kronberg, en Allemagne. Mais ce jour-là, en 1907, un pigeon a disparu – pour se présenter quatre semaines plus tard comme si rien ne s’était passé.

Le Dr Neubronner se demandait naturellement où ce pigeon avait passé tout ce temps, et cette curiosité l’a amené à développer un moyen de garder un œil sur son personnel à plumes : la caméra à pigeons. Une telle invention peut sembler stupide, mais à l’époque, c’était une percée technologique qui a fini par susciter l’intérêt des militaires.

Une invention pour les oiseaux

Il est difficile d’imaginer à quoi ressemblerait une photographie d’un œil d’oiseau pour les gens de l’époque. Aujourd’hui, la photographie aérienne, les drones et même les webcams en haute altitude nous permettent de voir le monde d’en haut sans même quitter la maison. Mais à l’époque, la photographie aérienne était rare et impressionnante, une classe inhabituelle d’images possibles seulement avec des ballons ou des cerfs-volants. Malgré son potentiel artistique, le Dr Neubronner avait à l’origine voulu que l’invention soit à des fins pratiques. Après tout, il avait des médicaments importants à administrer et il voulait savoir comment ces oiseaux passaient leur temps.

L’appareil du Dr Neubronner comportait un petit appareil photo fixé à l’aide de minuscules bretelles, et il était porté sur le ventre de l’oiseau. L’appareil était équipé d’un minuteur permettant de prendre des photos à intervalles réguliers.

Mais ses bricolages ne s’arrêtent pas là. Le Dr Neubronner développera plus tard une combinaison de chambre noire / abri à pigeons qui sera transporté en calèche tirée par des chevaux afin de pouvoir suivre les oiseaux et développer le film dès leur retour.

La vitesse d’obturation d’un pigeon chargé

Après plusieurs essais réussis de son appareil, Dr Neubronner s’est présenté à l’office allemand des brevets pour enregistrer son appareil photo pour pigeons. Le bureau des brevets n’a pas partagé sa vision ; à 75 grammes, l’appareil pesait environ 20 % du poids d’un pigeon, il était donc peu probable que les oiseaux puissent voler avec lui. Bien sûr, le Dr Neubronner avait vu l’appareil voler sur ses pigeons sans problème, alors pour contrer le rejet de l’office des brevets, il leur a présenté certaines de ses remarquables photos de pigeons. L’année suivante, il a obtenu son brevet.

Peu de temps après, Dr Neubronner a commencé à présenter ses photographies au public, qui a été étonné par la photographie. Ces images n’avaient rien à voir avec la photographie en ballon à laquelle ils étaient habitués ; il y avait quelque chose de sauvage et de spontané dans leur apparence qui les rendait remarquablement populaires, tout comme les drones et les images GoPro d’aujourd’hui. Et ce qui est étonnant, c’est à quel point ces images ressemblent aux produits des caméras d’action d’aujourd’hui. Sans leur qualité granuleuse et leur coloration noir et blanc, on pourrait avoir du mal à dire quelle photo vient d’un pigeon et quelle photo vient d’une caméra moderne pour deltaplane.

Une photo de pigeon, en particulier, deviendra très célèbre : elle représente l’opulent Schlosshotel de Kronberg, ainsi que les pointes d’ailes de son photographe inconnu, qui y ajoute un élément de signature que l’on ne peut trouver que par la photographie de pigeon.

pigeons-drones

Espions volants

L’histoire des pigeons du Dr Neubronner ne se termine pas seulement par de jolies photos. Le ministère allemand de la guerre s’intéresserait aussi à sa technologie à des fins plus néfastes. Après quelques essais réussis, les Allemands ont commencé à utiliser les pigeons équipés de caméras pour la reconnaissance pendant la Première Guerre mondiale. Bientôt, cependant, la nature désordonnée de la photographie de pigeons ne s’est plus adaptée aux améliorations rapides de la surveillance aérienne, et les oiseaux ont été relégués aux porteurs de messages.

Mais ce n’était pas la dernière fois que des pigeons militaires volaient derrière les lignes ennemies : La légende veut que la CIA ait développé sa propre caméra pigeon après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le Spy Museum de Washington, D.C. dispose d’une salle entière dédiée à ces espions de haut vol que vous pouvez voir de vos propres yeux. Mais la prochaine fois que vous admirerez des images de drones aériens ou des selfies d’un saut en parachute, rappelez-vous : les pigeons l’ont fait en premier.

Lire aussi : Un béluga sympa ramène un téléphone tombé à l’eau

Source : Curiosity – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *