Bill Gates dévoile ce qu’il pense être son meilleur investissement

Écrivant pour le Wall Street Journal, Bill Gates a révélé son meilleur investissement à ce jour et non, ce n’est pas Microsoft. Le philanthrope et magnat de la technologie affirme que l’argent versé aux groupes mondiaux de santé qui achètent et distribuent des médicaments a été le plus rentable à long terme, tant en termes de vies sauvées que d’argent dépensé.

“La technologie est une entreprise en pleine expansion, mais elle est en grande partie bouleversée. J’ai toujours supposé que 10% de mes investissements en technologie réussiraient – et réussiraient radicalement. Les 90 % restants, je m’attends à échouer”, a-t-il écrit.

M. Gates admet que lorsqu’il a quitté Microsoft pour la philanthropie, il pensait que son taux de réussite resterait stable. “Découvrir un nouveau vaccin, je me suis dit que ce serait aussi difficile que de découvrir la prochaine licorne technologique”, explique-t-il. Mais il avait tort – les vaccins sont plus difficiles.

Cependant, après deux décennies sur le terrain, il y a un type d’investissement dont le succès l’a surpris et aussi banal que cela puisse paraître, c’est l’achat et la distribution de médicaments déjà en place.

“Acheter des fournitures médicales et les amener là où on en a besoin peut sembler facile, voire ennuyeux, mais ce n’est pas le cas”, a-t-il poursuivi. “Sauver des vies dans les pays en voie de développement signifie souvent acheminer des médicaments dans des villages isolés et des zones de guerre.”

Et au cours des 20 dernières années, la Fondation Bill et Melinda Gates s’est engagée à y consacrer 10 milliards de dollars. M. Gates cite trois organisations (Gavi, l’Alliance du vaccin, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et la Global Polio Eradication Initiative) qui ont pris une partie de ces 10 milliards de dollars afin de sauver des vies. Ensemble, ils ont aidé à distribuer des vaccins, des médicaments, des moustiquaires et d’autres fournitures pour lutter contre des maladies comme le paludisme, le sida, la tuberculose et la polio à des millions de personnes dans le monde en développement.

“Ces organisations ne sont pas insignifiantes ou sacrifiables. En fait, ce sont probablement les meilleurs investissements que notre fondation ait jamais faits”, a ajouté M. Gates.

Selon M. Gates, l’impact a été important. En l’espace de 19 ans, par exemple, le nombre de décès d’enfants de moins de cinq ans vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire a diminué de 40 %. Entre-temps, les décès causés par le sida ont diminué de moitié depuis le début du millénaire et les cas de poliomyélite ont diminué de façon spectaculaire, avec seulement 31 cas signalés sur l’ensemble de l’année 2018.

“De toute évidence, l’essentiel ici, c’est qu’ils ont sauvé des vies”, a écrit Bill Gates. “Mais ils ont aussi connu le même succès que les investissements traditionnels : Ils ont créé beaucoup de richesses, parce que quand les gens ne sont pas malades au lit, ils peuvent aller au travail ou à l’école.”

Sur la base des calculs effectués par le Copenhagen Consensus Center, un groupe de réflexion à but non lucratif qui examine et hiérarchise les solutions aux problèmes mondiaux sur la base d’une analyse des coûts, M. Gates a été en mesure de comparer le succès économique de ces initiatives à ceux d’autres solutions possibles. Par exemple, si ces 10 milliards de dollars avaient été investis dans des produits énergétiques, le rendement aurait été de 150 milliards de dollars. Infrastructure, 170 milliards de dollars. Le S&P 500 (le solde étant versé aux pays en développement 18 ans plus tard), un maigre 12 milliards de dollars – ou 17 milliards de dollars si on inclut les dividendes.

En investissant ces 10 milliards de dollars dans l’achat et la vente de médicaments et d’autres fournitures, ils ont plutôt récolté environ 200 milliards de dollars en avantages sociaux et économiques. Et nous devons avouer que c’est assez impressionnant.

Lire aussi : Bill Gates avertit qu’une nouvelle maladie pourrait tuer 30 millions de personnes en 6 mois

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *