Un service de renseignement aurait été chargé de ficher des meneurs des Gilets jaunes


Etat civil, antécédents judiciaires, implication associative : le ministère de l’Intérieur veut tout savoir sur les meneurs des Gilets jaunes et a mandaté le Service central du renseignement territorial pour y parvenir, selon le Canard enchaîné.

Dans son édition du 23 janvier, le Canard enchaîné révèle la teneur d’une note secrète transmise par le ministère de l’Intérieur à l’attention des policiers du Service central du renseignement territorial (SCRT) au début du mois. Dans ce document, que s’est procuré l’hebdomadaire, le SCRT se voit invité à repérer les «leaders des Gilets jaunes», ceux qui exercent «une réelle influence sur le mouvement» autour des ronds-points et ailleurs, et qui ont «un potentiel pour être les interlocuteurs des pouvoirs publics».

Après les avoir identifié, selon Canard enchaîné, les policiers doivent se conformer à un fichage en règle de ces meneurs. Photo, état civil complet et pseudonymes, adresse, téléphone, véhicule et son immatriculation, ne sont qu’une petite partie des informations que doit se procurer le service de renseignement. S’y ajoutent les «antécédents et procédures judiciaires» de la personne en question, «son implication associative», «son influence et son activité sur les réseaux sociaux», «son implication médiatique», «ses liens avec des éléments ou mouvements radicaux» et enfin les sources de «financement» du mouvement. Une collecte massive d’information qui interpelle jusqu’à un gradé du renseignement, cité par le Canard : «A la rubrique implication associative on indique quoi ? “Franc-maçon ?” “Va à la messe ?”»

Selon l’hebdomadaire, cette initiative sert divers objectifs : mieux surveiller les Gilets jaunes et identifier ceux qui pourraient basculer dans la violence, mais aussi interpeller les têtes fortes du mouvement pour essayer de leur faire retourner leur gilet. Le Canard note ainsi qu’au chapitre «observation», le ministère veut savoir si «l’intéressé a fait l’objet d’un contact avec le services des administrations» et si «un contact est envisageable».

Tous les renseignements récupérés atterrissent en effet Place Beauvau, selon l’hebdomadaire, qui explique que ce fichier n’a pas fait l’objet de déclaration auprès de Commission nationale de l’information et des libertés (CNIL). Interrogé à ce propos, le ministère de l’Intérieur s’est contenté d’assurer que «les services [faisaient] leur travail avec les moyens juridiques autorisés par la loi».

Lire aussi : Revendications des Gilets jaunes, Grand débat national, médias… RT France au cœur de l’acte 10

Source : RT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *