Une province chinoise lance une application pour dire aux gens s’ils sont à proximité d’une personne endettée


Et les encourage à les signaler

Les autorités chinoises ont développé une application pour dire aux gens s’ils sont à proximité d’une personne endettée. Le quotidien chinois China Daily a annoncé que des responsables de la province chinoise de Hebei (dans le Nord de la Chine) avaient créé l’application, nommée carte des débiteurs sans lendemain, accessible via l’application de média social WeChat.

L’application avertit les utilisateurs d’un éclair lorsqu’ils se trouvent à moins de 500 mètres d’une personne endettée, a déclaré le journal. Elle indique également l’emplacement exact du débiteur, bien qu’il ne soit pas clair si elle affiche des informations personnelles.

Le seuil de la dette à contracter pour pouvoir figurer dans l’application n’a cependant pas été dévoilé, mais l’objectif de l’application est clair : permettre aux citoyens de garder un œil sur les personnes endettées.

personne endettée

Le China Daily a déclaré que l’application laisserait les gens « dénoncer des débiteurs capables de payer leurs dettes ».

Dans la culture chinoise, l’épargne est traditionnellement préférée aux dépenses, les dettes étant considérées comme taboues.

L’application intervient alors que la Chine s’attaque au crédit avec des réformes de son système de crédit social. Le nouveau système, une extension de la cote de crédit d’une personne, entrera en vigueur en 2020 et jugera une personne en fonction de sa fiabilité et de son comportement dans les transports en commun.

L’argument en faveur d’un système de crédit social est que de nombreuses personnes en Chine n’ont toujours pas d’accès formel aux banques traditionnelles. Ils ont donc besoin d’un système alternatif pour déterminer s’ils peuvent rembourser des emprunts, louer des maisons ou même envoyer leurs enfants à l’école.

Pour atteindre cet objectif, le système tirera profit du plein potentiel de l’infrastructure technologique chinoise, soit quelque 200 millions de caméras croisées à des systèmes de reconnaissance faciale et à des dossiers financiers, médicaux et juridiques. Des réseaux d’intelligence artificielle avancée auront la lourde charge de réglementer et d’interpréter les données issues de ce croisement à grande échelle.

personne endettée

Le fonctionnement du système est assez simple. Comportez-vous bien, et vous serez récompensés. Comportez-vous mal, et vous serez punis. Par exemple, si un citoyen paie ses factures à temps, fait du bénévolat ou gère correctement son recyclage, il verra son score grimper et obtiendra des récompenses telles que des prix de transport public ou même des temps d’attente dans les hôpitaux revus à la baisse. En revanche, s’il enfreint les règles, il sera immédiatement puni. Le score chute à chaque infraction, induisant pour l’individu en faute des punitions pouvant aller des pénalités financières à des restrictions de voyage.

Un système critiqué

La majorité de la population chinoise ne cerne peut-être pas réellement le niveau de surveillance que ce genre de systèmes peut permettre d’acquérir. Il n’y a eu aucun débat public concernant la mise en place du système. Cependant, certaines couches de la société chinoise se sont inquiétées du fait que le score citoyen soit le seul critère d’évaluation du comportement des citoyens chinois. Comme pour donner un fondement à leurs inquiétudes, 10 millions de personnes se sont retrouvées punies dans les zones ou le système a déjà été testé.

Un cas d’une personne punie est celui du journaliste d’investigation Liu Hu dont la carrière a été mise en pièces après qu’il ait été mis sur la liste noire suite à des accusations de corruption qu’il a portées contre le gouvernement. Son accès au transport ferroviaire et tous ses comptes de réseaux sociaux ont été suspendus. Estampillé en tant que personne « malhonnête », il explique que la plupart des Chinois n’appréhendent pas réellement la manière dont ce système pourrait les affecter si jamais ils se retrouvaient en situation d’être punis. « Vous pouvez voir l’état d’esprit du peuple chinois. Leurs yeux sont clos et leurs oreilles sont bouchées. Ils connaissent peu le monde et vivent dans une illusion », déclare-t-il.

En effet, des enquêtes montrent que le système est grandement apprécié par les citoyens qui en bénéficient déjà dans les zones de test. Il ajoute que ce ne sont pas seulement les individus ou les entreprises chinoises qui sont sujets à ce système, mais aussi les entreprises étrangères opérant sur le sol chinois. Ce qui inquiète certaines entreprises étrangères qui craignent même que le système puisse interférer avec la souveraineté d’autres pays.

Lire aussi : La Chine transforme ses internautes en patrouilleurs du net : en avant la censure

Sources : Developpez.com par Stéphane le calmeChina Daily


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *