La concentration d’antibiotiques trouvés dans les rivières et fleuves du monde entier est jusqu’à 300 fois supérieurs aux niveaux sécuritaires

Une nouvelle étude indique que les concentrations d’antibiotiques dans les rivières/ fleuves du monde entier sont jusqu’à 300 fois plus élevées que ce qui est considéré comme sans danger.

La recherche a porté sur les 14 antibiotiques les plus couramment utilisés, qui ont été trouvés dans 65 % des rivières analysées dans 72 pays. Le métronidazole, un antibiotique couramment utilisé contre les infections bactériennes, a été trouvé aux concentrations les plus élevées.

La recherche a été réalisée par l’université d’York (Royaume-Uni), qui signale qu’il s’agit de la première étude mondiale de ce genre. Des rivières de 72 pays répartis sur une demi-douzaine de continents ont été évaluées, et 65 % d’entre elles contenaient des antibiotiques, dont un site au Bangladesh, où du métronidazole a été trouvé à 300 fois la concentration considérée comme sûre. Parmi les plus célèbres cours d’eau analysés, il y avait le Chao Phraya (Thaïlande), Danube (Allemagne), Mékong (Laos/ Thailand), la Seine, la Tamise (Angleterre), le Tibre (Italie) et le Tigre (Mésopotamie).

Bien que le métronidazole présentait la marge de concentration la plus élevée, l’antibiotique ciprofloxacine était le médicament le plus fréquemment trouvé dépassant le niveau “sans danger”, et le triméthoprime l’antibiotique le plus fréquemment détecté dans 307 des 711 sites.

L’AMR Industry Alliance, une organisation européenne dédiée à la lutte contre la résistance aux antibiotiques, définit divers niveaux d’innocuité pour les concentrations d’antibiotiques qui se situent entre 20 et 32 000 ng/l, selon la substance. La nouvelle étude a utilisé ces directives pour évaluer les concentrations d’antibiotiques dans les rivières du monde. Des niveaux excessifs ont été trouvés dans un grand nombre d’endroits, ce qui en fait un problème mondial, mais certaines régions en avaient plus que d’autres.

Selon l’étude, les fleuves d’Afrique et d’Asie comptaient le plus grand nombre de sites d’échantillonnage dont le niveau de concentration dépassait les seuils de sécurité. Parmi les autres régions où les concentrations d’antibiotiques dans les rivières étaient excessives, il y avait l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et l’Europe. Le Bangladesh, le Pakistan, le Kenya, le Ghana, l’Autriche et le Bangladesh ont été les pays où le niveau des cours d’eau était le plus élevé.

Cette étude sera présentée lors de la réunion annuelle de la Société de toxicologie et de chimie de l’environnement (SETAC) à Helsinki les 27 et 28 mai et décrite dans le site de l’université d’York : Antibiotics found in some of the world’s rivers exceed ‘safe’ levels, global study finds.

Lire aussi : L’additif E171 occasionnerait bien un déséquilibre de la flore intestinale

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *