Oubliez l’Anthropocène : Nous sommes entrés dans l’ère synthétique


La biologie synthétique modifie le fonctionnement de la planète.

Un fait de notre époque est de plus en plus connu. Quelle que soit la distance que vous parcourez, quelle que soit la direction dans laquelle vous vous dirigez, il n’y a nulle part sur Terre où l’on trouve aucune trace de l’activité humaine. Les signatures chimiques et biologiques de notre espèce sont partout. Transportée autour du globe par les vents atmosphériques violents, les courants océaniques incessants et les vastes soutes de millions de véhicules alimentés aux combustibles fossiles, aucun endroit sur Terre est libre de l’empreinte de l’humanité. La nature vierge a définitivement disparu de l’existence.

Ces changements planétaires ont été caractérisés par les géographes, les géologues et les climatologues comme la fin d’une époque géologique – l’Holocène – et le début de la suivante, l’Anthropocène. Dans cette “ère humaine” nouvellement désignée, l’impact de notre espèce sur les océans, la terre et l’atmosphère est devenu une caractéristique incontournable de la Terre. Cette idée que l’humanité a imposé une transition géologique capte l’attention des gens, pas seulement parce que les changements d’époque sont rares. Elle attire l’attention parce que notre espèce est saisie par l’idée que nous possédons des pouvoirs planétaires.

Un deuxième fait concernant notre époque est beaucoup moins apprécié. Nous sommes en train de changer le fonctionnement de la planète. Ce n’est pas seulement que les activités humaines ont souillé tous les coins de la planète. L’arrivée simultanée d’une série de nouvelles technologies puissantes commence à signaler une prise de contrôle potentielle des opérations les plus fondamentales de la Terre par ses espèces les plus audacieuses. Désormais, des technologies telles que la technique d’édition de gènes CRISPR et le génie climatique vont transformer une planète déjà souillée en un ensemble de plus en plus synthétique.

En février dernier, lorsque l’entomologiste Ruth Mueller a ouvert un conteneur de moustiques génétiquement modifiés dans un laboratoire de haute sécurité de la ville italienne de Terni, elle ne faisait pas qu’expérimenter avec un nouvel outil puissant en biotechnologie. Elle mettait en œuvre un changement aux lois de Mendel de l’héritage qui régissent toute vie sur Terre.

Les moustiques qu’elle a relâchés, chacun d’entre eux transportant une “banque de gènes” compatible avec CRISPR et conçue pour se propager à travers un groupe de moustiques, testeraient si les humains pouvaient forcer un caractère à travers l’ensemble d’une population vivant librement. Le laboratoire dans lequel travaille Ruth Mueller a été soigneusement conçu pour que, pour l’instant, le changement se fasse à une échelle limitée et en toute sécurité à l’intérieur. Mais théoriquement, les collectes de gènes peuvent se propager sans aide à n’importe quel coin du globe où vivent des populations de moustiques qui se reproduisent entre eux. Ils changent les règles génétiques où qu’ils voyagent.

Si la question est de savoir dans quelle mesure vos recherches modifient les règles planétaires, le laboratoire Mueller a de la compagnie.

Au début de l’été, une équipe de chercheurs de l’Université Harvard effectuera le premier essai sur le terrain de la géo-ingénierie du climat. Ils prévoient d’utiliser un ballon à haute altitude pour placer des particules réfléchissantes dans la stratosphère au-dessus des paysages arides du sud-ouest des États-Unis. Ils y examineront l’efficacité avec laquelle les particules ont repoussé l’énergie solaire entrante. Mise à l’échelle de manière appropriée, la technologie pourrait à l’avenir être utilisée pour réécrire les règles planétaires d’une manière qui fasse écho aux changements provoqués par les collectes de gènes.

Les changements climatiques anthropiques ont déjà modifié la façon dont la chaleur circule dans le système. Aussi dévastateur que cela puisse paraître, jusqu’à présent, le changement climatique n’a jamais fait l’objet d’une planification et d’une conception intentionnelles. Notre espèce n’a jamais tenté auparavant de calibrer ce que le Soleil délivrera. Ce quotient thermique a été intégré dans la physique du système solaire. Si un déploiement à grande échelle de particules réfléchissantes dans la stratosphère finit par se produire, il réécrira cette équation dans notre propre main.

Des technologies telles que le génie génétique et le génie climatique font un pas de géant au-delà de ce que les stratigraphes avaient remarqué lorsqu’ils ont recommandé de rebaptiser cette époque l’Anthropocène. Les changements accidentels sont totalement différents des changements délibérés. David Keith, l’un des chercheurs du projet d’ingénierie climatique de Harvard, souligne l’énorme différence entre concevoir délibérément quelque chose et tout simplement faire des dégâts. Dans le premier cas, le sens des responsabilités est beaucoup plus élevé. Pensez à pourquoi le meurtre est bien pire que l’homicide involontaire.

Contrairement à la destruction de l’habitat, aux émissions de carbone et à d’autres signatures de l’époque anthropocène, les technologies testées aujourd’hui sont conçues pour prendre consciemment le contrôle de certains des processus physiques clés qui façonnent notre monde. Les lois fondamentales de la nature ne disparaissent pas, bien sûr, mais elles font l’objet d’une manipulation plus profonde. On pourrait penser qu’il ne s’agit pas simplement de changements “cosmétiques”, mais de changements “métaboliques”. Charles Darwin, Gregor Mendel et les conventions de la physique atmosphérique font l’objet d’une renégociation délicate.

Le franchissement de cette ligne représente un territoire radicalement nouveau pour notre espèce et pour la planète. La nature elle-même sera façonnée par des processus redessinés et “améliorés” par des généticiens et des ingénieurs. Nous devrions appeler cette transition le début d’une “ère synthétique”, une époque où les constantes de fond sont de plus en plus remplacées par des versions artificielles et “améliorées” d’elles-mêmes. Cette refonte du métabolisme de la Terre touche au cœur même de la façon dont nous comprenons notre environnement et le rôle que nous y jouons.

Les chercheurs, les politiciens et les peuples de toutes les nations se diviseront sur la sagesse de franchir ces seuils. Ce sont sans aucun doute des perspectives passionnantes pour certains. Mais elles sont absolument terrifiantes pour les autres. Les technologies qui en découlent doivent faire l’objet de l’examen public le plus complet et le plus inclusif possible.

Une époque anthropocène exige un type d’ajustement psychologique. Une ère synthétique exige beaucoup plus que cela.

The Synthetic Age: Outdesigning Evolution, Resurrecting Species, and Reengineering Our World by Christopher J Preston est publié par The MIT Press.

Lire aussi : Anthropocène : l’ère de l’humain est en faite celle du poulet

Source : Aeon – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *