Des scientifiques découvrent de rares poches d’eau de mer “non perturbées” de la dernière période glaciaire

Les scientifiques ont découvert une “archive unique” d’eau de mer qui existe encore, pratiquement intacte depuis la dernière période glaciaire, il y a environ 20 000 ans.

La paléoocéanographie – qui étudie la composition des anciens océans perdus dans l’histoire – s’appuie invariablement sur des méthodes de substitution, car ces masses d’eau ont inévitablement disparu depuis longtemps.

Mais si vous avez le bon bateau et la bonne foreuse, il semble que vous pouvez parfois puiser dans les océans disparus directement à la source – la meilleure chose à faire après avoir une machine à remonter le temps.

C’est ce qu’une équipe dirigée par la géochimiste Clara Blättler de l’Université de Chicago a découvert à bord du navire de recherche JOIDES Resolution pendant une expédition dans l’océan Indien.

En étudiant les sédiments marins aux Maldives, les chercheurs ont découvert quelque chose qu’ils n’auraient jamais pu s’attendre à trouver : des preuves directes de ce qu’aurait été l’océan pendant le dernier maximum glaciaire (Last Glacial Maximum – LGM).

Clara Blättler avec une fiole d’eau de mer ancienne (Jean Lachat)

Le LGM est le moment où les calottes glaciaires ont atteint leur point culminant pour la dernière fois, avant de commencer à dégeler il y a environ 20 000 ans. Lorsque cette grande fonte a eu lieu, un véritable océan de glace d’eau douce a dégelé et s’est jeté dans l’eau de mer glacée et salée.

La surface du monde n’a pas vu d’eau salée aussi ancienne depuis lors, jusqu’à aujourd’hui.

En extrayant des kilomètres de carottes de roche enfouies profondément sous l’océan Indien, les chercheurs ont trouvé des traces cachées de l’océan perdu, absorbées dans des formations rocheuses poreuses il y a des millénaires et conservées depuis.

“Auparavant, tout ce que nous avions à faire pour reconstituer l’eau de mer de la dernière période glaciaire était des indices indirects, comme les coraux fossiles et les signatures chimiques des sédiments sur le fond marin”, explique Clara Blättler.

“Mais d’après toutes les indications, il semble assez clair que nous avons maintenant un morceau de cet océan vieux de 20 000 ans.”

Dans le cadre de l’expédition 359 de l’International Ocean Discovery Program (IODP) en 2015, Clara Blättler et son équipe ont découvert “une nouvelle archive directe d’une masse d’eau glaciaire… dans les fluides interstitiels des sédiments carbonatés”.

Au cours de l’expédition, les chercheurs ont récupéré plus de 3 kilomètres de carottes de sédiments riches en carbonate et ont été en mesure d’extraire des fluides interstitiels de la roche profonde, révélant une gamme de masses d’eau distinctes ayant les propriétés spécifiques de l’eau de mer glaciaire, et pour la plupart non affectées par la diffusion ou la dispersion, selon les chercheurs.

Une des sections forées d’une carotte de roche (Carlos Alvarez-Zarikian)

“En particulier, les concentrations élevées de chlorure et les rapports isotopiques de l’eau suggèrent que l’eau de mer du dernier maximum glaciaire est préservée dans le sous-sol, où elle occupe plus de 400 mètres de la colonne sédimentaire des sédiments du Miocène moyen à tardif”, expliquent les auteurs.

“Ce système représente une archive unique en son genre qui permet les observations les plus directes de l’eau de mer glaciaire à ce jour, ainsi qu’une démonstration du potentiel à long terme de l’interaction eau-roches dans les systèmes de plates-formes carbonatées”.

Ce que cela signifie, c’est que les mêmes techniques pourraient potentiellement nous aider un jour à faire de futures découvertes paléoocéanographiques sur d’autres océans, ou à analyser l’eau de mer d’autres périodes de l’histoire géologique lointaine.

C’est si d’autres sources de fluides interstitiels ont suffisamment bien conservé l’eau (c’est-à-dire que nous pouvons y avoir accès).

Il n’y a aucune garantie à cet égard, bien sûr, mais le fait que nous puissions même trouver les vestiges d’océans perdus comme celui-ci est assez remarquable.

Les résultats sont rapportés dans Geochimica et Cosmochimica Acta.

Lire aussi : Un journaliste dénonce le “mensonge” autour de la qualité de l’air en France !

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *