Pour se sauver la face, Coca-Cola conçoit une bouteille fabriquée à partir de déchets plastique marins


La société Coca-Cola a récemment annoncé qu’elle était en mesure de fabriquer quelques bouteilles en plastique à partir de déchets retirés de l’océan.

Dans un communiqué de presse, l’entreprise annonce la création de 300 bouteilles d’échantillons fabriquées à partir de déchets océaniques ayant pour but de démontrer qu’“un jour, même des débris marins pourraient être utilisés dans des emballages recyclés pour la nourriture ou les boissons”.

Le communiqué de presse expliquait cela :

La bouteille en plastique marine a été développée pour montrer le potentiel de transformation des technologies révolutionnaires de “recyclage amélioré”, permettant de recycler des plastiques usagés de n’importe quelle qualité jusqu’à la qualité nécessaire à l’emballage des aliments ou des boissons. Les technologies de recyclage améliorées utilisent des procédés innovateurs qui décomposent les composants du plastique et éliminent les impuretés des matières recyclables de qualité inférieure afin qu’elles puissent être reconstruites comme si elles étaient neuves. Les plastiques de qualité inférieure souvent destinés à l’incinération ou à l’enfouissement peuvent maintenant avoir une nouvelle vie. Cela signifie également que davantage de matériaux sont disponibles pour fabriquer du contenu recyclé, réduisant la quantité de PET vierge nécessaire à partir de combustibles fossiles et, par conséquent, l’empreinte carbone.

L’énoncé suggérait que c’était la première fois qu’une entreprise réussissait à recycler des déchets marins pour les utiliser dans des emballages d’aliments ou de boissons. Cependant, la bouteille n’est pas entièrement faite de plastique recyclé, seulement 25 % de son contenu provient de l’océan. Pourtant, l’entreprise affirme que cette technologie révolutionnaire est un pas en avant dans le domaine du recyclage.

Bruno van Gompel, directeur technique et de la chaîne d’approvisionnement de Coca-Cola Europe de l’Ouest, a déclaré : “Les technologies de recyclage améliorées sont extrêmement stimulantes, non seulement pour nous, mais aussi pour l’industrie et la société en général. Ils accélèrent la perspective d’une économie en circuit fermé pour le plastique, c’est pourquoi nous investissons derrière eux. Au fur et à mesure que ces déchets commenceront à prendre de l’ampleur, nous verrons toutes sortes de plastiques usagés retournés, comme neufs, non seulement une fois, mais encore et encore, détournant les flux de déchets de l’incinération et des décharges.”

La technologie a été mise au point pour le compte de Coca-Cola par une société appelée Ioniqa Technologies, une entreprise dérivée des technologies propres de l’Université technologique d’Eindhoven.

Tonnis Hooghoudt, PDG d’Ioniqa Technologies, prédit que “l’impact du recyclage amélioré se fera sentir à l’échelle mondiale : en travaillant avec Coca-Cola et Indorama pour produire cette bouteille, nous voulons montrer ce que cette technologie peut apporter. Notre nouvelle usine est maintenant opérationnelle et nous mettons cette technologie à l’échelle. Ce faisant, nous visons à éliminer complètement le concept de plastique à usage unique et de déchets plastiques”.

Tout cela semble être un noble effort à première vue, mais la société Coca-Cola a certainement un jour de retard et il lui manque un dollar pour faire amende honorable pour sa contribution au problème de la pollution plastique. Cette année encore, l’entreprise a été classée comme le pire pollueur de plastique au monde pour la deuxième année consécutive, avec Nestle et PepsiCo.

Un récent audit des déchets plastiques a estimé que Coca-Cola avait environ 11 732 plastiques dans environ 37 pays enregistrés sur 4 continents différents, et est responsable d’environ 2,5% de la pollution plastique dans le monde.

Lire aussi : Il faudrait 35,6 litres d’eau pour produire un demi-litre de Coca-Cola !

Source : TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *