Coca-Cola nommé pire pollueur plastique au monde pour la deuxième année consécutive


Coca-Cola est responsable de plus de déchets plastiques que les trois autres principaux pollueurs réunis.

Coca-Cola s’est avéré être le premier pollueur lors d’un audit mondial des déchets plastiques rejetés par l’ONG Break Free From Plastic.

Le rapport, publié mercredi, montre que le conglomérat transnational de boissons gazeuses est responsable de plus de déchets plastiques que les trois autres principaux pollueurs réunis.

Plus de 72 500 bénévoles répartis dans 51 pays ont travaillé sur les plages, dans les cours d’eau et ont marché dans les rues des villes pour ramasser des bouteilles en plastique, des emballages, des sacs, des rebuts et d’autres déchets au cours d’une journée de nettoyage en septembre pour achever l’audit.

Le rapport explique en détail comment Coca-Cola a été de loin le premier pollueur, avec 11 732 plastiques enregistrés dans 37 pays sur quatre continents, représentant environ 2,5 % du total des déchets plastiques analysés dans le rapport. La société était la première source de plastique en Afrique et en Europe et la deuxième en Asie et en Amérique du Sud.

Nestlé et PepsiCo arrivent respectivement en deuxième et troisième position en tant que deuxième et troisième producteurs de déchets plastiques, Mondelez International, propriétaire de marques de snacks populaires comme Oreo, Ritz, Nabisco et Nutter Butter, et Unilever se classant en deuxième position.

Parmi les 10 autres marques les plus importantes figurent Mars, Procter & Gamble, Colgate-Palmolive, Phillip Morris International et Perfetti Van Mille.

Dans une déclaration, Break Free From Plastics a fustigé les entreprises classées en tête de l’audit pour avoir “principalement proposé de fausses solutions à la crise des plastiques, soulignant combien il est important que des voix extérieures au secteur des biens de consommation demandent des comptes et demandent la fin des plastiques à usage unique”.

Von Hernandez, coordinateur mondial du groupe, a ajouté :

“Ce rapport fournit d’autres preuves que les entreprises doivent de toute urgence faire davantage pour s’attaquer à la crise de la pollution plastique qu’elles ont créée.

Leur dépendance continue à l’égard des emballages en plastique à usage unique se traduit par le rejet d’une plus grande quantité de plastique jetable dans l’environnement.

Le recyclage ne résoudra pas ce problème.

Les quelque 1800 organisations membres de Break Free From Plastic appellent les entreprises à réduire d’urgence leur production de plastique à usage unique et à trouver des solutions novatrices axées sur des systèmes de distribution alternatifs qui ne créent pas de pollution.”

Coca-Cola avait précédemment admis qu’elle produisait 3,3 millions de tonnes d’emballages plastiques par an, l’équivalent approximatif de 200 000 bouteilles par minute, en chiffres communiqués à la Fondation Ellen MacArthur.

Beaucoup d’entreprises se sont engagées à rendre leurs produits “100 % recyclables”, mais Break Free From Plastic a dénoncé cela comme de la propagande d’entreprise qui n’aborde pas le vrai problème, notant que “le recyclage n’est pas la solution magique qu’on prétend souvent être”.

Coca a introduit une nouvelle bouteille en plastique plus tôt ce mois-ci qu’il affirme être faite à partir de plastique marin recyclé, tandis que l’année dernière, l’entreprise s’est engagée à collecter et recycler “l’équivalent de chaque bouteille ou canette qu’elle vend dans le monde”.

Cependant, les bouteilles en plastique ne peuvent être recyclées que quelques fois avant que leurs chaînes de polymère ne raccourcissent, ce qui entraîne une détérioration de la qualité. De nombreux plastiques sont également transformés en produits tels que des vêtements, des matériaux de construction et d’autres produits qui ne sont plus jamais recyclés.

Le rapport disait :

“Nous ne pouvons pas recycler pour nous sortir du problème du plastique, et les entreprises qui prétendent que c’est la solution évitent tout simplement d’apporter de réels changements.”

L’utilisation du plastique est essentielle au fonctionnement de l’économie mondiale, et si la plupart des autorités mondiales et locales reconnaissent les énormes dommages qu’il cause à l’environnement, son utilisation a également ouvert la voie à des progrès spectaculaires dans la société moderne dans les domaines de la médecine, de la conservation des aliments, du transport de l’eau, de l’hygiène, des hautes technologies et une série d’autres applications.

Pourtant, dans une économie qui privilégie le profit à court terme et une culture axée sur la commodité et la consommation de masse, les plastiques sont aussi devenus une malédiction, avec une mentalité de “jetable” et des produits jetables à usage unique qui remplacent les produits durables, réutilisables et lavables.

Avec l’augmentation de l’offre de gaz naturel fracturé aux États-Unis et dans le monde entier, le coût de production et d’exportation des plastiques est devenu moins élevé, rendant le marché du plastique à nouveau extrêmement rentable pour les industries des combustibles fossiles et de la pétrochimie.

Lire aussi : La majorité des déchets plastique retrouvés en haute mer sont en fait rejetés par les navires de commerce

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *