Un petit ver portant un nouvel antibiotique pourrait nous aider à combattre les superbactéries


Alors que la lutte contre les superbactéries résistantes aux antibiotiques devient de plus en plus difficile, les scientifiques ont peut-être trouvé une nouvelle arme pour lutter contre certaines des pires superbactéries que nous connaissons : un nouvel antibiotique appelé Darobactin, qui est capable de combattre les bactéries à Gram négatif.

La Darobactin a été découverte au cours de deux années de recherche – le composé antibiotique a été découvert dans la bactérie Photorhabdus, qui se cache dans l’intestin de minuscules vers parasites connus sous le nom de nématodes.

L’espoir est que la Darobactin puisse être développée en quelque chose d’approprié pour les humains – la première fois qu’un tel saut aurait été fait à partir d’un microbiome animal – et nous donner de nouvelles options pour contrer les insectes qui ont développé une résistance aux antibiotiques.

(Matthew Modoono/Northeastern University)

Ce qui rend les bactéries à Gram négatif si têtues, c’est la membrane externe que ces cellules développent, elle agit comme une barrière supplémentaire contre tout type d’attaque. La Darobactin a la particularité de franchir cette barrière en interférant avec la protéine BamA qui contrôle l’accès à la membrane externe.

“La Darobactin se lie à cette protéine [BamA] et la bloque, de sorte qu’elle ne peut plus s’ouvrir”, explique Kim Lewis, microbiologiste moléculaire de la Northeastern University au Massachusetts. “La bactérie ne peut pas construire une bonne enveloppe cellulaire, et ça cause la mort.”

Au cours d’expériences en laboratoire, le nouvel antibiotique a été capable de guérir les souris d’infections dangereuses par Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae, sans aucun effet secondaire toxique. La préparation de la Darobactin pour les humains prendra sans aucun doute beaucoup de temps, mais c’est un début prometteur.

Les chercheurs ont identifié le nématode comme un hôte possible d’un antibiotique efficace en raison de la façon dont ces vers se nourrissent des insectes, ciblant leurs larves et libérant des bactéries qui doivent alors combattre des agents pathogènes semblables à ceux qui se trouvent dans l’intestin humain.

Et cela fait de la Darobactin un candidat prometteur pour l’usage humain – même si les antibiotiques microbiologiques animaux n’ont pas été efficaces chez les humains auparavant, Photorhabdus a évolué sur 370 millions d’années pour repousser les bactéries à Gram négatif.

Quelle que soit l’aide que nous pouvons obtenir de la Darobactin, nous en avons besoin le plus rapidement possible. Les bactéries à Gram négatif sont en tête de liste des “pathogènes prioritaires” qui représentent la plus grande menace pour la vie humaine à l’heure actuelle.

Tout cela se déroule dans le contexte d’un problème plus vaste de résistance aux antibiotiques – les insectes développent essentiellement des défenses plus rapidement que nous ne pouvons développer des médicaments pour les cibler. On estime qu’environ 700 000 personnes meurent chaque année d’infections résistantes aux médicaments, et ce chiffre pourrait atteindre des millions dans les années à venir.

Nous ne sommes pas encore sortis du tunnel lorsqu’il s’agit de bactéries à Gram négatif résistantes aux médicaments, mais nous pourrions avoir un peu de lumière au bout du tunnel – des chercheurs l’ont décrit comme “un autre tir au but” pour combattre les superbactéries.

“Nous manquons d’antibiotiques”, dit Lewis. “Nous devons chercher de nouveaux composés sans résistance préexistante en clinique ou dans la population.”

La recherche a été publiée dans Nature.

Lire aussi : Dans un monde de superbactéries, vous devez commencer à vous laver les mains correctement

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *