Dans un monde de superbactéries, vous devez commencer à vous laver les mains correctement

Un article poignant paru ce week-end dans le New York Times a mis beaucoup de gens sur les nerfs.

superbactéries,laver,mains

Il décrit en détail la progression d’une maladie fongique dans les hôpitaux qui, à l’instar de nombreuses infections, est progressivement devenue résistante aux médicaments utilisés pour la traiter. Mais malgré toutes nos craintes justifiées au sujet des superbactéries, il existe une simple précaution contre les infections que la plupart d’entre nous ne prennent pas : se laver les mains correctement.

En 2013, des chercheurs de l’Université de l’État du Michigan ont mené une étude ingrate, quoique légèrement effrayante. Ils ont observé comment plus de 3 500 résidents de leur ville universitaire utilisaient l’évier dans diverses toilettes après avoir fait leur travail.

Environ 10 % des personnes observées ont choisi de ne pas se laver les mains du tout, ce qui n’est tout simplement pas une façon acceptable de terminer un voyage aux toilettes. Mais même la grande majorité des gens qui ont essayé de se laver les mains sont parvenus à tout foirer dans leur routine. Près d’un quart des gens se lavaient les mains sans savon, par exemple. Et seulement 5 % se sont lavés les mains pendant au moins 15 secondes ou plus, ce qui est en fait inférieur au minimum de 20 secondes de lavage des mains recommandé par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

L’étude de 2013 n’a pas été la première à mettre en évidence nos horribles prouesses en matière de lavage des mains, et ce n’est pas la dernière. En 2018, une étude de moindre envergure portant sur près de 400 personnes, financée par le département de l’Agriculture des États-Unis, a révélé que 97 % d’entre elles ne se lavaient pas les mains de la bonne façon (un gros tiers ne s’était pas du tout lavé les mains) en préparant un repas. C’est particulièrement décourageant, car les germes d’origine alimentaire comme Escherichia coli ou la salmonelle deviennent également résistants aux médicaments.

Bien sûr, le lavage des mains à lui seul ne suffira pas à stopper le fléau des superbactéries en cours. La menace fongique au cœur de l’histoire du New York Times, appelée Candida auris, est un germe robuste qui est incroyablement difficile à extirper des chambres d’hôpital, des maisons de repos et des patients qu’il colonise. Et il y a peu de recherches sur la question de savoir si un bon lavage des mains peut même vraiment réduire le risque de propagation de C. auris pendant une éclosion.

Cela mis à part, il y a tellement de facteurs autres que le lavage des mains qui ont un impact direct sur la croissance des infections résistantes aux médicaments. Ces facteurs comprennent la surprescription d’antibiotiques pour les personnes qui n’en ont pas besoin ; l’inondation de notre bétail avec des antibiotiques (une pratique qui a récemment diminué aux États-Unis) ; et l’utilisation excessive de fongicides sur les cultures qui ont probablement ouvert la voie à la présence de champignons plus résistants, notamment C. auris.

Mais les hôpitaux et les endroits comme celui-ci sont des foyers de nombreuses infections résistantes aux médicaments qui peuvent être évitées ou mieux contenues avec un bon lavage des mains. Dans les hôpitaux et même les maisons de soins infirmiers où le personnel, les patients et les visiteurs s’améliorent dans le lavage de mains, par exemple, les taux d’éclosions de superbactéries semblent diminuer.

À l’heure actuelle, ces éclosions sont encore en grande partie confinées dans des zones de reproduction appropriées comme les hôpitaux et les prisons, et les victimes les plus fréquentes sont généralement les personnes dont le système immunitaire est déjà affaibli. Mais ce n’est pas non plus un danger abstrait. Chaque année, les germes résistants aux médicaments infectent environ 2 millions d’Américains et tuent directement plus de 20 000 personnes. Et selon au moins une estimation du Royaume-Uni, ils pourraient très bien faire plus de victimes dans le monde que le cancer d’ici 2050 si aucune avancée majeure n’est prévue (et ces chances ne sont pas bonnes).

Face à cette catastrophe imminente, le moins que nous puissions faire est de nous laver les mains un peu mieux. Voici donc comment procéder.

Selon le CDC, vous devriez vous laver avec du savon et de l’eau courante propre (chaude ou froide, peu importe) pendant 20 secondes, en faisant mousser vigoureusement entre chaque recoin. Rincez-les ensuite à fond avant de les sécher complètement avec une serviette ou un séchoir à air (les séchoirs à air, il faut le dire, peuvent en fait répandre certains des germes laissés sur nos mains). Lavez-vous les mains avant, pendant et après la préparation des aliments (y compris les repas de votre animal ! Ils contiennent souvent de la viande, qui pourrait être contaminée) ; avant de manger ; et après chaque manipulation de liquides corporels (les vôtres ou ceux des autres) et de déchets.

Les désinfectants à base d’alcool pour les mains peuvent faire l’affaire, mais ils ne vous protègent pas contre autant de germes que le savon et l’eau et ne sont pas aussi efficaces si vos mains sont visiblement sales ou grasses. Et sans vouloir vous effrayer davantage, on soupçonne aussi certaines bactéries d’apprendre à se défendre contre les produits à base d’alcool.

Lire aussi : Les antibiotiques dans l’enfance ont été liés à un risque accru de maladie mentale

Source : Gizmodo – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *