Cet implant neural permet d’accéder au cerveau par la veine jugulaire

L’interface cerveau-ordinateur permet aux personnes paralysées d’écrire avec leurs pensées.

Interface cerveau-ordinateur

Pour la première fois, les médecins se préparent à tester une interface cerveau-ordinateur qui peut être implantée sur un cerveau humain, sans chirurgie ouverte.

Stentrode, un implant neural qui permet aux personnes paralysées de communiquer, peut être administrée au cerveau d’un patient par la veine jugulaire – et la société qui l’a mise au point, Synchron, vient d’obtenir l’autorisation de commencer l’expérimentation humaine.

En laissant le crâne scellé, les patients pouvaient recevoir leurs implants neuronaux sans courir un risque aussi grand de convulsions, d’accidents vasculaires cérébraux ou de déficiences neurales permanentes, qui peuvent tous être causés par la chirurgie à cerveau ouvert.

Au cours des prochains mois, cinq participants ayant les mains ou la bouche paralysées qui les empêchent de communiquer se verront implanter des stentrodes dans leur cerveau.

“Nous avons commencé le recrutement au cours des dernières semaines”, a déclaré Thomas Oxley, fondateur et PDG de Synchron, médecin à New York, à Futurism. “Nous avons identifié des patients potentiels, c’est très excitant, mais il y a un processus de recrutement de plusieurs mois après leur arrivée.”

Processus continu

Aussi susceptible de changer la donne qu’un implant neural qui contourne la chirurgie à cerveau ouvert pourrait l’être, Synchron prend les choses lentement.

Le travail de construction d’un dispositif fonctionnel et de démonstration de son innocuité dans les modèles animaux est terminé ; il s’agit maintenant de recueillir et de comprendre des données cliniques.

Avant que les essais puissent commencer, les participants potentiels devront subir plusieurs examens du cerveau. Vient ensuite une évaluation par un neurologue pour s’assurer qu’ils bénéficieraient réellement de l’interface neurale de l’endoprothèse et que leurs vaisseaux sanguins sont en assez bon état pour que l’appareil – qui ressemble à un stent médical standard avec circuit intégré – les traverse sur son trajet vers le cerveau.

Mais une fois l’essai commencé, Oxley a dit que les patients commenceront à s’entraîner à utiliser l’appareil et son logiciel pour générer du texte avec leurs pensées.

“Nous essayons d’aider les patients qui ont été paralysés par un AVC, une SLA ou une lésion de la moelle épinière et qui ne peuvent pas communiquer de la façon dont ils ont besoin pour accomplir leurs activités professionnelles ou sociales”, a dit Oxley. “Nous nous efforçons de générer du texte à un débit comparable à celui d’un smartphone. C’est le but.”

Une étape à la fois

Un implant neural permanent qui lit l’activité cérébrale et produit du texte pourrait s’avérer un outil médical précieux, mais il pourrait aussi fournir aux médecins un flux sans précédent de données neurales 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Oxley reconnaît qu’une alimentation sans fin de l’activité cérébrale pourrait être inestimable pour les chercheurs médicaux, mais il n’a pas encore l’intention de l’exploiter.

“L’implant stentrode va nous montrer des informations que nous n’avions jamais eues auparavant. Que cela nous aide à comprendre d’autres choses n’est pas ce que nous essayons de faire ici”, dit-il, précisant que le but premier de Synchron est de faire fonctionner la nouvelle interface cerveau-ordinateur afin qu’elle puisse aider les patients paralysés. “Il s’agit d’un nouvel ensemble de données, mais cela soulève des questions concernant la protection de la vie privée et la sécurité. Ce sont les données du patient, et on ne peut pas les exploiter.”

Oxley a dit à Futurism qu’ils ont déjà intégré des protocoles de sécurité pour s’assurer que les données cérébrales des participants à l’étude, qui seront stockées localement, sont à l’épreuve du temps, et a ajouté qu’il n’a pas l’intention – ou l’approbation réglementaire – pour analyser ou étudier ces données à l’avenir à d’autres fins. Dans un email de suivi, il précise qu’on demande aux participants à l’étude de donner leur consentement pour cette expérience particulière, mais de ne pas remettre leurs données neurales pour de futures recherches.

Un avenir lointain

Mais cela ne veut pas dire que d’autres développements ne se produiront pas. Oxley a dit qu’il pouvait envisager un avenir dans lequel les implants neuronaux d’interface cerveau-ordinateur feraient plus que simplement restaurer la capacité de communiquer. Bien que cette vision de l’avenir soit assez spéculative, il n’est pas difficile d’imaginer qu’à mesure que les implants neuronaux – de Synchron ou d’ailleurs – deviennent de plus en plus sophistiqués, ils permettent aux gens de faire toujours plus de choses.

“Qu’y a-t-il derrière la paralysie ? L’intention de bouger. Nous numérisons donc l’intention”, dit Oxley. “En fin de compte, si ces signaux sont vraiment rapides, ces patients ou ces gens contrôlent maintenant des technologies avec un niveau de supériorité qui pourrait ne pas être possible avec un corps humain normal.”

Synchron n’y travaille pas pour l’instant, mais Oxley a dit que des appareils comme Stentrode pourraient être utilisés un jour pour contrôler des membres robotiques, des exosquelettes ou d’autres appareils qui améliorent les sens humains. Avant qu’Oxley ou qui que ce soit d’autre ne travaille sur ces dispositifs, il a dit qu’il y avait un champ de mines éthique à explorer.

“Lorsque vous commencez à concevoir des logiciels contrôlant les périphériques mobiles – véhicules, membres robotiques, exosquelettes – nous agissons en vue de la numérisation”, a déclaré Oxley. “Si nous pouvons capturer l’intention du patient, nous appliquons notre algorithme qui spécifie l’intention en utilisation mécanique. Disons qu’un membre robotique fait une mauvaise action : il ramasse la mauvaise chose, pousse et blesse quelqu’un, qui est responsable ? Cela soulève beaucoup de considérations éthiques sur la manière dont cette technologie évolue.”

Lire aussi : Un implant neuronal sans fil pour lutter contre la maladie de Parkinson

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *