Washington vient d’adopter un projet de loi pour devenir le premier État américain à légaliser le compostage humain

L’assemblée législative de l’État a récemment adopté un projet de loi qui, s’il est signé par le gouverneur, permet de composter les corps humains – et de les utiliser comme paillis.

composte-humain

Avec le vieillissement de la nation, les pratiques funéraires américaines sont en train de changer. Les taux de crémation ont dépassé les 50 % en 2016, devançant les sépultures comme le choix le plus populaire.

Dans un rapport publié en 2017, le Census Bureau prévoyait un boom de la mortalité : 1 million d’Américains de plus devraient mourir en 2037 qu’en 2015. Le compostage humain, selon ses partisans, est une option écologique qui peut répondre à cette demande croissante.

Une société basée à Seattle, appelée Recompose, a l’intention d’offrir un service appelé “réduction organique naturelle” (deux brevets en instance) qui utilise des microbes pour transformer le défunt – peau, os et autres.

“Nous avons cette expérience humaine universelle de la mort et la technologie n’a pas changé ce que nous faisons de manière significative”, a déclaré le sénateur Jamie Pedersen (D), qui a présenté le projet de loi, adopté avec l’appui des deux partis le 19 avril.

“Il y a d’importants problèmes environnementaux dans l’enfouissement et l’incinération des corps”, a-t-il dit.

Joshua Trey Barnett, expert en communication écologique à l’Université du Minnesota à Duluth, a énuméré les défauts des sépultures conventionnelles : “Nous embaumons les corps avec des solutions toxiques, les enterrons dans des cercueils de bois précieux et de métaux précieux et les mettons indéfiniment sur un terrain.”

Bien que l’incinération ait une empreinte écologique moindre, les estimations suggèrent que le corps incinéré moyen émet environ 18 kilogrammes de carbone et nécessite près de 110 litres de combustible pour brûler.

Le projet de loi attend le gouverneur Jay Inslee (D), qui a placé le changement climatique au centre de la candidature présidentielle qu’il a annoncée en mars.

“Le projet de loi a été adopté par l’Assemblée législative avec l’appui des deux partis et semble être respectueux de l’environnement”, a déclaré Tara Lee, une porte-parole du bureau de Jay nslee.

Jay a 20 jours pour examiner le projet de loi, qui est arrivé sur son bureau jeudi. “Il n’a pas dit comment il agira à ce sujet”, a dit M. Lee.

Les pratiques d’inhumation relèvent en grande partie du droit des États et non du droit fédéral. Le projet de loi, qui entrerait en vigueur le 1er mai 2020, légaliserait également l’hydrolyse alcaline.

Cette méthode transforme les corps en liquide à l’aide d’une base telle que la lessive. Au cours de la dernière décennie, plus d’une douzaine d’États l’ont approuvé.

Jamie Pedersen a déclaré qu’il serait “choqué, franchement”, si le gouverneur ne signait pas le projet de loi.

La fondatrice de Recompose, Katrina Spade, a rencontré Jamie Pedersen dans un café de Seattle l’année dernière et a lancé l’idée de légaliser le compostage humain.

Le système de l’entreprise, dit-elle, est une version améliorée de la décomposition microbienne naturelle. “C’est en fait le même processus qui se produit sur le sol de la forêt lorsque la litière des feuilles, les tamias et les branches des arbres se décomposent et se transforment en terre végétale”, a dit Katrina Spade.

Le service de la compagnie, qui comprendrait une cérémonie funèbre, coûtera environ 5 500 $US (plus que la crémation moyenne, mais moins que l’enterrement dans un cercueil), dit-elle.

Les microbes vont travailler à l’intérieur d’un grand récipient d’environ 2,5 mètres de haut et 120 centimètres de large, qui convient à un seul corps avec de la luzerne, de la paille et des copeaux de bois.

Au cours d’une période de 30 jours, alors que les températures atteignent 65 degrés Celsius, la décomposition détruit le corps, ainsi que la plupart des agents pathogènes et des produits pharmaceutiques, a dit Mme Spade.

Les stimulateurs cardiaques seraient retirés au préalable ; les articulations artificielles ou autres implants seraient passés au crible par la suite. “Nous produisons environ un mètre cube de sol par personne” a dit Katrina.

Les familles auraient le droit d’apporter le compost à la maison ou, parce qu’il y a beaucoup de terre, de le donner à des groupes de conservation dans la région de Puget Sound.

Les restrictions quant à l’endroit où le sol pourrait être épandu refléteraient les règles relatives à la dispersion des cendres – généralement parlant, seulement sur les terres avec la permission du propriétaire.

La technique de décomposition “est maintenant une procédure assez courante” utilisée pour éliminer les carcasses de bétail, a déclaré Lynne Carpenter-Boggs, une pédologue de l’Université de Washington State et conseillère en recomposition.

Lors d’une épidémie de grippe aviaire, Lynne Carpenter-Boggs a aidé les agriculteurs à mettre en œuvre une méthode similaire pour détruire les volailles potentiellement infectées.

Lynne a récemment supervisé une étude pilote dans laquelle Recompose a composté six cadavres donnés.

Les résultats ne sont pas encore publiés, mais Recompose a affirmé dans un communiqué de presse que le sol atteignait les seuils de sécurité fixés par le département de l’écologie de l’État.

“Le matériel que nous avions, à la fin, était vraiment très beau”, dit Lynne Carpenter-Boggs. “Je serais heureuse de l’avoir dans mon jardin.”

Selon M. Barnett, les médias ne parlent pas assez des bénéfices du compostage humain (qui n’est pas très glamour) en comparaison à l’embaumement.

Il a ajouté : “Si la plupart des gens connaissaient les tenants et aboutissants de l’embaumement, je soupçonne qu’ils le trouveraient beaucoup plus répugnant que le compostage.”

Mme Spade a dit qu’elle a été inondée par les emails de ceux qui veulent être compostés, avec des correspondants particulièrement enthousiastes de la Californie, du Colorado et du Vermont, du Brésil, des Pays-Bas et de l’Australie.

“J’ai quelques amis dans certains centres d’aide à la vie autonome ici à Seattle”, a dit Katrina Spade, “et ces gens sont du milieu des années 80 et ils disent : ‘Écoutez, nous voulons ces options. Nous nous soucions du dernier geste que nous laissons sur cette terre.'”

Lire aussi : Canada : une énorme centrale pour absorber le CO2 de l’atmosphère !

Sources : ScienceAlert, The Washington Post – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *