Découverte : Les ondes magnétiques du Soleil réagissent au son

Le processus dynamique de fusion thermonucléaire au cœur du Soleil ne se limite pas à la production de lumière et de chaleur.

Il produit également de puissantes ondes sonores qui se propagent jusqu’à la couronne de l’étoile et affectent le puissant champ magnétique du corps céleste.

Des chercheurs de l’Université Northumbria ont fait cette découverte, qui allait à l’encontre des théories établies sur le comportement des ondes magnétiques du Soleil. Ils ont publié leurs conclusions dans la revue Nature Astronomy.

L’équipe britannique a examiné plus d’une décennie de données sur le Soleil. Ils ont déterminé que les ondes acoustiques proviennent de l’intérieur de l’étoile et déclenchent des changements dans les ondes d’Alfvén de la couronne, la couche la plus externe du Soleil.

Les ondes magnétiques de cette région atmosphérique sont appelées ondes d’Alfvén en l’honneur du chercheur suédois Hannes Alfven, le premier homme à décrire ces ondes magnétohydrodynamiques. Les ondes d’Alfvén sont profondément impliquées dans le mouvement de l’énergie autour du Soleil lui-même et dans tout le système solaire.

Les ondes sonores dans le Soleil font vibrer les ondes magnétiques de la couronne.

L’école de pensée dominante soutenait que les ondes d’Alfvén étaient nées à la surface du Soleil. Cette région contient de l’hydrogène chauffé à des températures de 6 000°C. L’hydrogène bouillant agite le champ magnétique de la couronne à des milliers de kilomètres au-dessus de celle-ci.

Cependant, les chercheurs de Northumbria ont rapporté que le champ magnétique de la couronne répond également à un autre facteur – les ondes acoustiques déclenchées par les oscillations du Soleil. Ces ondes acoustiques excitent les ondes d’Alfvén avec une force telle que toute la couche atmosphérique réagit en vibrant sur une gamme de fréquences distincte.

Une fois que les chercheurs ont su le chercher, ils se sont rendu compte que le marqueur vibratoire apparaît sur toute la couronne. Il a également maintenu une présence persistante au cours de la période de 10 ans couverte par l’étude.

Les chercheurs ont théorisé que le marqueur vibratoire est une constante fondamentale du Soleil. Par extension, il pourrait être présent dans d’autres étoiles, y compris celles qui sont d’une classe différente de celle de l’étoile de séquence principale de type G au centre de notre système solaire.

“La découverte d’un marqueur aussi distinctif – potentiellement une nouvelle constante du Soleil – est très excitante”, a expliqué le chercheur de Northumbria, le Dr Richard Morton, auteur principal de l’article. “Nous avons toujours pensé que les ondes magnétiques étaient excitées par l’hydrogène à la surface, mais maintenant nous avons montré qu’elles sont excitées par ces ondes sonores.”

Le vent solaire tire son souffle des oscillations acoustiques du Soleil.

La couronne du Soleil peut atteindre des températures d’un million de degrés Celsius. Comparée aux températures de surface, la couronne est plus de cent fois plus chaude.

Les experts pensent que cette immense chaleur provient de l’énergie émise par les ondes d’Alfvén. Les ondes magnétiques sont aussi la source de la température et de l’accélération du vent solaire, un flux de particules chargées hautement énergétiques qui se propage dans l’espace à une vitesse d’un million de kilomètres par heure.

Les vents solaires peuvent perturber l’atmosphère des planètes et même d’autres étoiles. Lorsqu’ils frappent le champ magnétique d’un monde, ils déclenchent des aurores et d’autres phénomènes atmosphériques. Ils peuvent aussi perturber les systèmes électroniques sur Terre.

“Nos preuves montrent que les oscillations acoustiques internes du Soleil jouent un rôle important dans l’excitation des ondes magnétiques Alfvenic”, a déclaré M. Morton. “Cela peut donner aux vagues des propriétés différentes et suggère qu’elles sont plus sensibles à une instabilité, ce qui pourrait conduire à des vents solaires plus chauds et plus rapides.”

Lire aussi : Le mystérieux cycle de 11 ans de notre Soleil semble être déterminé par l’alignement des planètes

Sources : Cosmic.news, ScienceDaliy, Nature – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *