La météorite qui a frappé une maison du New Jersey pourrait provenir de la comète de Halley


Personne n’a été blessé par la chute de la météorite, et les dégâts subis par la maison devraient être facilement remboursés si la famille décide de vendre la météorite.

Cette météorite a traversé le plafond d’une maison du New Jersey et a fait une bosse dans le sol. Crédit photo : Service de police du canton de Hopewell

Une famille de Hopewell, dans le New Jersey, a eu une rare surprise lorsqu’une météorite s’est écrasée sur son toit. Selon le rapport de police, la pierre mesurait environ 10 centimètres sur 15 centimètres et était manifestement naturelle, plutôt qu’un morceau de débris spatial. Cet événement est peut-être la chose la plus excitante qui se soit produite dans cette ville de 2 000 habitants depuis des années, mais le rapport de police soulève la possibilité que l’objet soit encore plus intéressant qu’une météorite classique.

Le risque d’être touché par une météorite est minime – un seul cas a été signalé et cette personne malchanceuse s’en est tirée avec d’importantes contusions après que l’objet a rebondi sur sa radio. Une femme a eu la chance de s’en sortir il y a deux ans, lorsqu’une météorite a atterri sur son oreiller.

Selon la déclaration du service de police du canton de Hopewell (HTPD), dans ce cas, « la maison était occupée à ce moment-là, mais aucun blessé n’a été signalé… La météorite a pénétré le toit, le plafond et a ensuite percuté le parquet avant de s’immobiliser ».

Les météorites ne figurent probablement pas dans le manuel de formation des forces de police : « Le HTPD a contacté plusieurs autres agences pour obtenir de l’aide dans l’identification positive de l’objet et la protection des résidents et de l’objet. »

La météorite à côté du morceau de sol qu’elle a endommagé. Crédit photo : Département de police de Hopewell Township

« Cela pourrait être lié à la pluie de météorites actuelle appelée Eta Aquarids », poursuit le communiqué. « L’enquête se poursuit. »

En plus d’être l’une des pluies de météores les plus brillantes de l’année, les Eta Aquarids sont connues pour être des débris de la comète de Halley. Bien que la comète ait visité le système solaire interne pour la dernière fois il y a 37 ans, des morceaux de poussière arrachés à la comète lors de la fonte des glaces environnantes continuent de suivre son orbite. La Terre rencontre une partie de ces matériaux en mai et en octobre, formant les pluies de météores Eta Aquarids et Orionids, nommées d’après les parties du ciel d’où elles semblent provenir.

La plupart des Eta Aquarid sont de la taille d’un grain de sable ou plus petits, et ne se remarquent que par les températures extrêmes qu’ils atteignent lorsqu’ils percutent l’atmosphère à grande vitesse, ce qui les fait s’illuminer brièvement. Un objet de la taille de cette météorite, qui aurait été considérablement plus gros avant que ses couches externes ne brûlent en entrant dans l’atmosphère, n’a jamais été associé aux aquarides Eta. À ce stade, il est trop tôt pour dire si la référence à la pluie de météorites est une simple supposition de la police ou si des experts l’ont informée que cette possibilité est réelle.

La méthode d’arrivée du caillou signifie que son statut de météorite n’est pas vraiment mis en doute, même si le corps dont il provient est incertain. Cependant, certaines personnes concluent immédiatement que toute pierre d’aspect inhabituel, en particulier si elle est magnétique, est une météorite. Plusieurs tests méritent d’être effectués avant de décider de déranger le musée local. Si vous pensez avoir trouvé une météorite, évitez de détruire le champ magnétique, qui pourrait être sa caractéristique la plus intéressante d’un point de vue scientifique, en appliquant de puissants aimants à main.

S’il s’agit probablement de la première rencontre de Hopewell (New Jersey) avec une météorite, il n’en va peut-être pas de même pour Hopewell (Ohio). Il y a 2 100 à 1 500 ans, les routes commerciales ont créé un réseau de cultures amérindiennes dans et autour de la vallée de l’Ohio, qui s’étendait à un moment donné des Grands Lacs à la Floride. Les archéologues ont baptisé cette tradition “Hopewell” en référence aux monticules de terre découverts dans ce qui est aujourd’hui le parc national historique de la culture Hopewell. Selon une théorie, la tradition a décliné à la suite d’une explosion aérienne catastrophique qui a laissé des météorites éparpillées dans la vallée. Les comètes ont été tenues pour responsables de la chute d’autres civilisations, mais ces affirmations restent très controversées parmi les archéologues, et la théorie de Hopewell n’a pas encore été prouvée.

Lire aussi : La NASA offre 25 000 dollars pour des morceaux d’une météorite tombée dans le Maine

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *