La mission de Cassini révèle un autre vortex géant et mystérieux sur le pôle nord de Saturne

vortex saturne

Alors que la Terre entre dans sa saison hivernale, le pôle nord de Saturne se prépare pour l’été. Le géant gazier l’a signalé en révélant un tourbillon hexagonal d’air de plus en plus chaud dans la partie supérieure de son ciel. Un article paru dans Science Daily comparait cette nouvelle caractéristique à une formation météorologique antérieure et similaire située sur le pôle opposé du géant annelé.

Les deux formations hexagonales ont été découvertes par la mission Cassini. La sonde spatiale a repéré celle du pôle sud de Saturne juste après son arrivée en 2004.

Pendant ce temps, le pôle sud traversait l’été tandis que son homologue nord subissait la saison opposée. La partie supérieure du pôle plus chaud arborait également une tempête hexagonale, tandis que la partie hivernale n’était pas entachée d’un tel tourbillon.

En 2018, la situation s’est inversée. Le pôle sud de Saturne connaissait maintenant des températures plus froides alors même que le pôle nord commençait à se réchauffer.

Maintenant, le pôle nord montre des signes de développement d’un vortex similaire en forme d’hexagone. Les chercheurs croient que cet hexagone et l’hexagone précédent sont si énormes qu’ils peuvent affecter le temps sur l’autre hémisphère de Saturne. Ils croient même que les tempêtes séparées pourraient être les extrémités opposées de la même super tempête. (Lien : Écoutez le son de l’énergie électromagnétique de Saturne)

Les tourbillons hexagonaux de Saturne pourraient être les extrémités opposées de la même tempête

L’Université de Leicester (UL) a dirigé une nouvelle étude sur la curieuse configuration météorologique de Saturne. Ils ont découvert que le nouveau vortex du nord a exactement la même forme hexagonale que le vortex existant dans le pôle sud.

Ils en ont tiré deux théories. La première est que ces deux tempêtes, qui se trouvent à des altitudes différentes de moitiés opposées de Saturne, sont des formations météorologiques distinctes et sans rapport l’une avec l’autre qui, justement, prennent la même forme.

L’autre théorie est que les hexagones sont les extrémités opposées d’une même structure météorologique qui peut atteindre des centaines de kilomètres de haut. Les deux tourbillons se trouvent au niveau des nuages de Saturne, qui contient la majeure partie de son activité météorologique.

Cassini a détecté les vortex avec son spectromètre infrarouge. Cependant, la saison hivernale au pôle Nord a empêché la sonde spatiale d’étudier la stratosphère jusqu’à récemment.

Les hivers sur Saturne sont trop froids pour que le capteur infrarouge de Cassini puisse pénétrer. Les saisons durent aussi beaucoup plus longtemps que leurs équivalents terrestres.

Ce n’est qu’en 2009 que le pôle nord a commencé à perdre ses eaux hivernales. Il a fallu attendre jusqu’en 2014 pour qu’il se réchauffe suffisamment afin que Cassini puisse voir plus profondément dans son atmosphère.

Étudier le temps qu’il fait sur Saturne pourrait nous aider à comprendre le temps qu’il fait sur Terre

Les chercheurs ont découvert que l’hexagone nord se réchauffait rapidement à mesure que l’air dans le pôle commençait à se déplacer vers le bas. Certains gaz ont également commencé à apparaître à des concentrations plus élevées. Ces développements ont facilité l’étude du vortex par Cassini.

Leurs conclusions suggèrent que les deux pôles de Saturne agissent très différemment l’un de l’autre. Les vortex se distinguent également les uns des autres malgré leur apparence similaire. Celui qui vient d’apparaître dans le nord est plus jeune, plus froid et suit une dynamique différente de celui du sud.

Les partisans de la théorie des deux tourbillons pensent que les tempêtes séparées sont causées par des pôles disposés de façon asymétrique. Ils ne pensent pas que les vortex font partie de la même structure météorologique parce que les vents entre eux changent constamment.

Le groupe à un seul tourbillon a répondu que les ondes hexagonales ne devraient pas pouvoir se propager vers le haut. Pourtant, c’est exactement ce que fait le nouveau vortex. Par conséquent, il est possible que les vortex soient reliés entre eux.

La mission de Cassini s’est terminée en 2017. Il faudra de nombreuses années avant que la prochaine sonde spatiale atteigne Saturne pour en savoir plus sur ses tempêtes hexagonales.

Lire aussi : Est-ce que la planète Neuf existe vraiment ? Les astronomes disent qu’une planète fantôme se cache dans les profondeurs de notre système solaire

Sources : Cosmic NewsScienceDaily.com, Nature.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *