Les scientifiques développent un nouveau test pour déceler les symptômes du diabète 10 ans avant la maladie

diabète

Un nouvel espoir dans la lutte contre le diabète a émergé avec un simple test sanguin qui pourrait identifier les personnes en bonne santé qui ont un risque d’avoir la maladie mortelle.

Le nouveau contrôle de la maladie pourrait permettre à certaines personnes de savoir quelques années à l’avance qu’ils courent un risque, cela permettrait de changer le mode de vie de quelques personnes avant l’apparition de la maladie.

Il pourrait également identifier les personnes qui, bien qu’étant en surpoids, ne sont pas en danger par rapport à la maladie.

Dr Wei Jia de l’université de Hawaï, qui a dirigé la recherche, a déclaré : “Actuellement, il n’y a pas de tests cliniques qui vous indiquent la probabilité de développer un diabète. Savoir si vous êtes susceptible d’être atteint en quelques années est une découverte importante. Les gens peuvent avec bon espoir être testés pendant des examens physiques pour savoir s’ils seront atteints à l’avenir”.

Il est supposé, dit-il, que les gens obèses ont un risque plus élevé d’être pré-diabétique – avec des niveaux de glucose plus élevés que la normale.

“Cependant, parfois les gens qui sont obèses peuvent encore être en bonne santé. Si les gens savent qu’ils sont spécifiquement pré-diabétique, ils peuvent avoir une manière plus ciblée de traiter le problème.”

diabète-4millions-britannques

Environ quatre millions de britanniques souffrent actuellement de diabète

L’équipe de recherche du Dr Jia a développé un moyen d’identifier une gamme de marqueurs d’acides gras non saturés dans le sang et ils croient que cela peut aider à prédire le risque.

Le même groupe d’acides gras peut également indiquer des conditions liées au diabète tels que l’hypertension artérielle et la résistance à l’insuline.

Les résultats de recherche, publiés dans la revue de EBioMedicine, ont montré que ces derniers peuvent désigner quelqu’un qui est pré-diabétique longtemps avant les façons conventionnelles de mesure de la maladie.

Les niveaux des acides gras peuvent changer jusqu’à 10 ans avant que les individus ne soient diagnostiqués.

Cela signifie que ceux qui ont  montré des risques élevés à la maladie pourraient avoir une dizaine d’années pour changer leurs modes de vie et les régimes alimentaires dans le but d’éviter la condition.

Les experts estiment que la Grande-Bretagne se dirige vers une crise majeure du diabète avec des millions de personnes qui ignorent qu’elles encourent un risque.

diabète-symptômes

La pression artérielle, le tour de taille et l’IMC sont également de très bons indicateurs potentiels pour détecter un diabète

Les vies de près de quatre millions de britanniques sont déjà gâchées par le diabète, mais ce chiffre devrait passer à 6,25 millions en 2035.

D’ici là, le coût pour l’économie est estimée à 40 milliards de livre sterling.

Contrairement au diabète de type 1, une maladie auto-immune de type 2 est largement déterminée par le mode de vie et est liée à l’obésité.

La condition augmente le risque de développer d’autres conditions mortelles comme la maladie cardiaque et rénale, des accidents vasculaires cérébraux et la cécité.

Le diabète est causé par des problèmes avec l’hormone d’insuline, qui régule le sucre dans le sang.

2035-diabète

Près de 2,5 millions de Britanniques de plus sont attendus pour être diagnostiqué avec un diabète d’ici 2035

L’insuline est fabriquée dans le pancréas.

Dans un corps sain, les cellules dans le pancréas s’activent lorsque les niveaux de sucre dans le sang augmentent après que nous avons mangé.

L’obésité est associée avec le risque de développer un diabète de type 2, des maladies du foie, des maladies cardiovasculaires et le cancer.

Cependant, il a été de plus en plus reconnu que l’obésité n’est pas nécessairement dangereuse et qu’environ 25 à 40% des personnes obèses peuvent effectivement rester en bonne santé sans aucuns signes de complications physiques.

L’équipe du Dr Jia a mené des études sur quatre groupes distincts impliquant 452 personnes aux États-Unis et en Chine sur plus de 10 ans.

L’étude a inclus de mettre quelques-uns des participants sur des régimes alimentaires spécialisés.

Le professeur Kamlesh Khunti, du centre de recherche sur le diabète de Leicester, a déclaré que cette dernière recherche américaine en était seulement à ses «premières étapes».

Il a ajouté : “Au Royaume-Uni, nous avons ouvert la voie à ce type de recherche. La pression artérielle, le tour de taille et l’indice de masse corporelle sont de très bons indicateurs de ceux qui sont susceptibles de développer du diabète”.

Source : Daily Express

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *