L’énorme tempête hexagonale de Saturne pourrait être une “immense tour”


Il y a quelque chose d’étrange sur le pôle nord de Saturne. Une énorme structure hexagonale s’élevant très haut au-dessus des nuages indique que cette tempête à six faces qui domine le pôle nord de la géante gazeuse est beaucoup, beaucoup plus grande qu’on ne l’avait d’abord cru.

Découvert par la mission Voyager de la NASA en 1981, l’hexagone de Saturne est assez frappant et une nouvelle étude suggère que ce vortex à six côtés pourrait en fait mesurer des centaines de kilomètres.

Après Voyager, c’est la sonde spatiale Cassini qui est retournée vers la planète annulaire en 2004 pour poursuivre ces observations. La sonde a même repéré un tourbillon à haute altitude au pôle sud de la planète, mais ce tourbillon n’était pas hexagonal.

Récemment, dans le cadre d’une nouvelle étude utilisant les données de Cassini, les chercheurs ont découvert, pour la première fois, un vortex de haute altitude se formant au pôle nord de Saturne. Ce vortex a été repéré alors que l’hémisphère nord de la planète approchait de l’été. Et il a une forme hexagonale comme le célèbre hexagone découvert à l’origine plus près de la surface de la planète. Ces résultats suggèrent que le vortex de haute altitude peut être influencé par le vortex de basse altitude, formant potentiellement une immense et haute tour, selon des chercheurs.

tempête hexagonale

L’image ci-dessous présente un énorme cyclone d’approximativement 3 000 à 4 000 km de large, au-dessus du Pôle Nord de Saturne. (Cassini/ NASA)

tempête hexagonale

L’hexagone de Saturne, dans lequel se loge au centre le cyclone ci-dessus, fait environ 25 000 kilomètres de diamètre… assez grand pour y accueillir 4 Terres à l’intérieur. Cette image a également été acquise le 27 novembre. (Cassini/ NASA)

Leigh Fletcher de l’université de Leicester, au Royaume-Uni, auteur principal de cette nouvelle étude, a décrit l’hexagone de Saturne comme “un courant-jet sinueux” avec une “apparence hexagonale à six côtés vue de l’autre côté du pôle”.

Selon Andrew Ingersoll, de l’équipe Cassini Imaging de la NASA :

L’hexagone n’est qu’un courant d’air, et ses caractéristiques météorologiques.

Bien que nous connaissions l’hexagone de Saturne depuis 1981, cette découverte d’un tourbillon hexagonal à une altitude plus élevée a été un choc pour l’équipe.

Pour Fletcher :

La présence de l’hexagone, à des centaines de kilomètres au-dessus des nuages, fut une surprise totale.

L’équipe ne s’attendait pas à trouver une image presque miroir de la célèbre forme hexagonale de Saturne plus haut dans les nuages.

Malheureusement, les saisons de Saturne durent longtemps et Sandrine Guerlet du Laboratoire de Météorologie Dynamique (CNRS), en France précise que :

Une année saturnienne s’étend sur une trentaine d’années terrestres, de sorte que les hivers sont longs.

Ainsi, ces “vortex saisonniers”, ou vortex associés à des saisons comme l’été de Saturne, ne peuvent être observés pendant de longues périodes.

Cela signifie que Cassini n’a pas pu voir ce qui se passait dans les hautes altitudes du pôle Nord pendant de nombreuses années parce qu’il faisait simplement trop froid pour faire des observations.

Cependant, pour M. Fletcher, il n’est pas clair si le vortex est toujours là, mais qu’il est tout simplement trop froid pour être observé, ou si le vortex apparaît seulement pendant les saisons chaudes. Cependant, grâce à la durée de vie remarquable de Cassini, la sonde a pu observer la planète assez longtemps pour recueillir des données inestimables sur les incroyables tourbillons de Saturne.

Néanmoins, un certain nombre de questions demeurent pour Fletcher :

Comment l’hexagone est-il apparu, comment a-t-il été stable pendant si longtemps, et est-il relié d’une manière ou d’une autre à l’intérieur plus profond de Saturne ?

On ne sait pas non plus à quel point les tourbillons nord et sud se ressemblent, puisqu’un seul pôle semble avoir des tourbillons hexagonaux. Mais Fletcher a déclaré que malgré ces questions, ce travail est “une contrainte importante sur tous nos futurs modèles de cette structure fascinante”.

L’étude publiée dans Nature Communications : A hexagon in Saturn’s northern stratosphere surrounding the emerging summertime polar vortex et présentée sur le site de l’ESA : Saturn’s famous hexagon may tower above the clouds.

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *