Roscosmos sait ce qui a causé le trou dans l’ISS, et la NASA veut des réponses


Le petit trou à bord de la Station spatiale internationale (ISS) qui a causé tant de drames en août de l’année dernière suscite toujours la controverse, plus d’un an plus tard.

soyuz-dock

Selon de nouveaux rapports, la Russie connaît maintenant la source du trou, mais il ne semble pas que la NASA ait été informée.

Lors d’un entretien avec les participants d’une conférence scientifique pour les jeunes sur le thème de la cosmonautique, Dmitry Rogozin, directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos, a révélé que l’enquête sur cet incident avait été fructueuse.

“Le trou était dans les quartiers d’habitation [de la capsule]. On a pris tous les échantillons. Nous savons exactement ce qui s’est passé, mais nous ne vous dirons rien”, a-t-il dit, comme l’a rapporté l’agence de presse russe RIA Novosti.

“Nous avons besoin de garder une sorte de secret”, a-t-il ajouté, sans doute en guise de remarque humoristique, compte tenu de son jeune public.

Le trou a été découvert en août 2019 lorsque les astronautes à bord de l’ISS ont remarqué qu’ils perdaient lentement mais régulièrement de la pression atmosphérique.

Une fouille de la station a révélé la source – un minuscule trou de 2 millimètres dans l’engin spatial Soyouz MS-09, la navette de Roscosmos utilisée pour transporter les astronautes à destination et en provenance de l’ISS. À son arrivée, il s’amarre sur le module Rassvet et sert de logement et de radeau de sauvetage potentiel jusqu’à ce qu’une partie de celui-ci retourne sur Terre, transportant des astronautes dont la mission est terminée.

Les astronautes ont bouché le trou avec de l’époxy et du ruban adhésif et se sont lancés dans une enquête, allant même jusqu’à effectuer une sortie dans l’espace pour inspecter l’extérieur de l’engin spatial afin de déterminer si le trou avait été perforé par un micrométéorite – car si de minuscules roches pouvaient perforer des trous dans la station, ce serait de précieux renseignements.

Plus tard, il a été déterminé que le trou avait été créé par un foret, bien que cela ait été accidentel ou intentionnel, ou au sol ou dans l’espace (ce qui serait hautement improbable en raison de la physique newtonienne), n’avait pas encore été révélé. Le module d’atterrissage de l’engin spatial est revenu sur Terre en toute sécurité en décembre 2018, tandis que les quartiers d’habitation détachés – avec le trou – ont brûlé à la rentrée.

Roscosmos a poursuivi son enquête et RIA Novosti a signalé qu’il s’agissait d’une erreur de fabrication, ce que Rogozin a rapidement démenti. Ce qui a causé le trou n’a pas encore été révélé officiellement.

Selon l’administrateur de l’agence américaine Jim Bridenstine, les résultats de l’enquête n’ont pas encore été communiqués à la NASA, que les remarques de Rogozin soient ou non de mauvais goût.

“Ils ne m’ont rien dit”, a dit Bridenstine au Houston Chronicle lors d’une conférence sur l’énergie. “Je ne veux pas laisser un élément (la relation) revenir en arrière, mais il est clairement inacceptable qu’il y ait des trous dans la Station spatiale internationale.”

Il a également dit qu’il parlerait avec Rogozin.

La relation entre les deux agences spatiales est très importante pour la NASA, qui a mis fin à son propre programme de navettes en 2011. Depuis, elle s’est fiée au programme Soyouz de la Russie pour transporter ses astronautes à bord de l’ISS, à un coût variant de 21,3 à 81,9 millions de dollars par astronaute et par voyage aller-retour.

Les missions de ravitaillement sans équipage de la NASA sont assurées par Dragon de SpaceX et Cygnus de Northrop Grumman.

SpaceX est actuellement en phase de test de son vaisseau spatial Crew Dragon et prévoit lancer son premier vol astronaute d’ici le 15 novembre de cette année. Le transport des astronautes CST-100 Starliner de Boeing est également en cours de développement, avec l’espoir de lancer un équipage d’ici le 30 novembre.

Toutefois, les deux projets ont subi des retards et la question de savoir s’ils respecteront ces délais demeure ouverte.

Lire aussi : Le trou à l’origine de la fuite dans l’ISS a été réalisé par une perceuse

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *