Stephen Hawking croyait que les humains devraient aller sur la Lune avant Mars, nous dit Buzz Aldrin


L’astronaute d’Apollo 11 a récemment reçu la médaille Stephen Hawking pour l’ensemble de ses réalisations.

  • Buzz Aldrin est un astronaute d’Apollo 11 qui fut le deuxième homme à marcher sur la Lune.
  • La NASA prévoit actuellement de renvoyer des humains sur la Lune et d’établir une “porte de l’espace lointain” qui enverrait éventuellement des astronautes sur Mars.
  • Pendant ce temps, des entreprises privées, comme Mars One et SpaceX, planifient des voyages sur la planète rouge.

Stephen Hawking a soutenu que les agences spatiales devraient établir des bases sur la Lune avant de se rendre sur Mars, selon Buzz Aldrin. L’astronaute d’Apollo, qui a été le deuxième homme à marcher sur la Lune, a fait ces remarques alors qu’il acceptait la médaille Stephen Hawking pour l’ensemble de son œuvre au festival Starmus à Zurich.

“J’étais dans son bureau et j’avais hâte que nous fassions une orbite continue entre la Terre et Mars. Il a dit, avec sa voix robotique : ‘coloniser la Lune d’abord’, et j’ai réalisé qu’il y a tant de choses que nous devons faire avant d’envoyer des gens sur Mars et que la Lune est absolument le meilleur endroit pour le faire”, a dit Buzz Aldrin, comme le rapporte le Daily Star. “Et j’espère que nous pourrons le faire avec des partenaires internationaux pour qu’ils puissent aider à payer les factures.”

Buzz Aldrin a récemment plaidé pour un retour sur la Lune dans un article d’opinion pour le Washington Post.

“Les yeux des Etats-Unis – et notre engagement unifié – devraient se concentrer sur l’ouverture de la porte, à notre époque, à la grande migration de l’humanité vers Mars”, a écrit M. Aldrin, ajoutant que cela ne devrait se produire que lorsque les agences spatiales auront établi “un retour international durable vers la Lune”.

M. Hawking a écrit dans son dernier livre, Brief Answers to the Big Questions, qu’il s’attend à ce que “nous puissions voyager n’importe où dans le système solaire, sauf peut-être sur les planètes extérieures” dans les 100 prochaines années.

Les agences spatiales doivent-elles d’abord aller sur la Lune ou sur Mars ?

C’est un débat en cours dans l’industrie spatiale. Parmi les avantages du choix de Mars, mentionnons la possibilité d’extraire des produits chimiques comme le méthane, qui pourrait servir de combustible, de terraformer la planète pour qu’elle puisse un jour abriter une atmosphère habitable et de trouver une vie extraterrestre. En attendant, il serait plus facile, plus sûr et moins coûteux d’établir des bases sur la Lune ; des importations régulières pourraient soutenir des colonies lunaires ; et la faible gravité de la Lune rendrait relativement plus facile la fabrication de matériaux et de matériel lourd pour les missions spatiales.

Alors que des entreprises comme SpaceX et Mars One planifient des voyages sur la planète rouge, la NASA a choisi de renvoyer les astronautes à la surface lunaire en 2024. La NASA prévoit ensuite construire ce qu’elle appelle une porte d’entrée dans l’espace profond, qui serait une petite station spatiale en orbite autour de la Lune et abritant quatre astronautes à la fois, servant “de porte d’entrée vers l’espace profond et la surface lunaire”. Dans une phase ultérieure des missions, la NASA utiliserait cette passerelle pour lancer un vaisseau spatial réutilisable vers d’autres destinations du système solaire, dont Mars.

Cette approche de la Lune vers Mars s’aligne sur une tendance observée dans l’histoire de l’exploration de l’humanité, a déclaré l’astronaute retraité de la NASA Chris Hadfield à New Scientist.

“Pendant des dizaines de milliers d’années, les humains ont suivi un modèle sur Terre : l’imagination, l’exploration à l’aide de la technologie, la colonisation”, a-t-il dit. “C’est comme ça que les premiers humains sont arrivés en Australie il y a 50 000 ou 60 000 ans, et comment nous sommes passés de Yuri Gagarin et Alan Shepard en orbite autour de la Terre aux premières personnes qui ont laissé des empreintes de pas sur la Lune, aux personnes vivant en orbite.”

La NASA n’a pas fourni d’échéancier précis pour envoyer des humains sur Mars, mais les missions pourraient avoir lieu dans les années 2030. SpaceX vise à mettre des humains sur Mars d’ici 2024, bien que certains disent que ce délai est ambitieux. Mars One vise à envoyer des astronautes sur Mars d’ici 2031.

Entre-temps, Blue Origin prévoit d’envoyer des humains sur la Lune et d’établir une colonie lunaire permanente en 2024. Jeff Bezos, PDG d’Amazon, qui possède également Blue Origin, a récemment parlé des aspirations lunaires de son entreprise lors de la conférence re:Mars à Las Vegas.

“Pour faire de grandes choses dans l’espace, nous devons utiliser des ressources spatiales, et donc la Lune est grande. La raison pour laquelle nous allons dans l’espace, à mon avis, c’est pour sauver la Terre. Si nous voulons continuer à faire grandir cette civilisation, nous avons besoin de la Lune”, a-t-il dit. “Je parle de quelque chose sur lequel nos petits-enfants vont travailler et sur lequel leurs petits-enfants vont travailler, et ainsi de suite. Ce n’est pas quelque chose que cette génération va accomplir, mais nous devons déplacer l’industrie lourde hors de la Terre. Ce sera mieux fait dans l’espace de toute façon. Ce sera beaucoup plus facile dans l’espace, et la Terre sera une zone résidentielle avec une industrie légère.”

Lire aussi : Le dernier livre de Stephen Hawking suggère que le voyage dans le temps sera possible un jour

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *