Théia et la proto-Terre : Une collision planétaire a-t-elle provoqué la vie sur Terre il y a plus de 4,4 milliards d’années ?

Il y a longtemps, la Terre a été frappée par une planète rebelle, et la collision planétaire qui en a résulté a éjecté ce qui est devenu plus tard la Lune en orbite autour de la planète maintenant fusionnée.

théia-proto-terre

Les chercheurs pensent maintenant que l’impacteur géant a aussi permis à la vie de s’enraciner sur notre planète beaucoup plus tard.

La théorie qui sous-tend la formation de la Lune postule l’existence antérieure d’une planète appelée Théia. Faisant environ la taille de Mars, l’impacteur géant s’est écrasé sur la Terre récemment formée.

La violence de la collision a projeté du matériel des deux corps célestes dans l’espace. Une partie de la masse fondue est retombée sur la Terre, qui avait alors englouti Théia, beaucoup plus petite et plus légère. D’autres sont entrés en orbite autour de la Terre et se sont réunis pour former la Lune.

Bien que Théia ait disparu depuis longtemps, elle a livré des matériaux très importants à la Terre. Les chercheurs de l’Université Rice ont émis l’hypothèse que la majeure partie du carbone, de l’azote et du soufre présents sur notre planète provenait de Théia.

Ces produits chimiques sont des matières premières importantes dans la formation de la vie organique telle que nous la connaissons. Sans eux, la Terre serait une boule de roche sans vie.

Les planètes rocheuses peuvent obtenir les éléments volatils dont la vie a besoin grâce aux collisions planétaires.

Rajdeep Dasgupta, chercheur sur à l’université Rice, a participé à la rédaction de l’article détaillant les résultats de l’expérience de son équipe. Il a expliqué que les planètes rocheuses auront plus de chances d’obtenir des éléments essentiels à la formation de la vie organique si elles ont été produites par des impacts géants avec d’autres planètes.

Pour de meilleurs résultats, l’impacteur géant se serait formé dans une autre partie du disque protoplanétaire entourant une étoile nouveau-née. Les éléments qui composent l’élément de frappe seraient différents de la planète rocheuse avec laquelle il est entré en collision.

Trois des ingrédients les plus importants pour la vie organique sont le carbone, l’azote et le soufre. Ce sont des éléments volatils à bas point d’ébullition. Il était très facile pour une planète ou une lune nouvellement formée de perdre la majeure partie de son approvisionnement en ces éléments volatils en raison des températures élevées et d’autres facteurs.

“Grâce à l’étude des météorites primitives, les scientifiques savent depuis longtemps que la Terre et les autres planètes rocheuses du système solaire intérieur sont appauvries par la volatilité”, explique Dasgupta. “Mais le timing et le mécanisme de la livraison volatile ont fait l’objet de vifs débats. Notre premier scénario est le premier qui peut expliquer le timing et la livraison d’une manière cohérente avec toutes les preuves géochimiques.”

Bien que disparue depuis longtemps, Théia a peut-être assuré la vie humaine sur Terre

L’équipe de recherche a simulé les températures et les pressions élevées à l’époque où une jeune planète constituait son noyau. En ajustant la quantité de soufre dans le mélange, ils pouvaient contrôler la quantité de carbone et d’azote ajoutée dans le noyau hypothétique jusqu’à ce qu’elle corresponde à celle de la Terre. Ils ont également effectué plus d’un milliard de simulations informatiques différentes du scénario.

Les résultats de leur expérience indiquent que la Terre a obtenu son mélange d’éléments volatils essentiels au maintien de la vie grâce à un impacteur géant de la taille de Mars, contenant beaucoup d’éléments volatils – dont beaucoup de soufre dans son noyau – et qu’il a frappé la planète assez fort pour former une lune. Les résultats correspondent aux théories actuelles sur la taille et la composition de Théia.

Les résultats permettront aux chercheurs de déterminer plus facilement si une lune ou une planète est capable de soutenir la vie organique.

“Cela supprime certaines conditions limites”, a expliqué M. Dasgupta. “Il montre que les substances volatiles essentielles à la vie peuvent arriver aux couches superficielles d’une planète, même si elles ont été produites sur des corps planétaires qui ont subi une formation de noyau dans des conditions très différentes.”

Lire aussi : Il y a 565 millions d’années, la Terre était “au bord de l’effondrement”

Sources : Cosmic News, Space.com, News.Rice.edu – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *