Un nouvel article insolite dit que la Planète 9 pourrait en fait être un trou noir primordial


À la limite de notre système solaire, un objet inconnu manipule les trajectoires des morceaux de glace qui entourent le Soleil.

planète9-trou-noir

Les orbites ovales de ces objets pointent toutes dans la même direction et s’inclinent de la même manière, suggérant qu’une force invisible les rassemble.

Au début, les scientifiques pensaient que le coupable était une planète mystérieuse, qu’ils ont surnommée Planète Neuf (bien que certains l’appellent Planète X).

Mais un nouvel article suggère que l’attraction gravitationnelle pourrait provenir d’un trou noir primordial – un type de petit trou noir que les scientifiques ont théorisé et formé pendant le Big Bang.

Bien que l’existence de trous noirs primordiaux n’ait pas été confirmée, certains scientifiques pensent que l’Univers en regorge. S’ils existent, ces trous noirs pourraient constituer les 80 % de l’Univers que les scientifiques ne peuvent voir.

Ils savent que cette matière noire existe parce que sa gravité attire les choses à travers l’Univers.

Un nouvel article publié mardi sur arXiv, un dépôt en ligne pour la recherche qui n’a pas fait l’objet d’un examen par les pairs, suggère que la planète Neuf pourrait être un de ces anciens trous noirs. Les chercheurs ont proposé de nouvelles façons de traquer cette mystérieuse pièce manquante.

“Une fois que vous commencez à penser à des objets plus exotiques, comme les trous noirs primordiaux, vous pensez de différentes façons”, a déclaré James Unwin, physicien théoricien et coauteur de l’article, à Gizmodo.

“Nous préconisons qu’au lieu de simplement le chercher à la lumière visible, nous le recherchions peut-être dans les rayons gamma. Ou les rayons cosmiques.”

La Planète 9 explique les orbites étranges des objets distants

Aux confins de notre système solaire se trouvent des milliers de petits corps glacés qui forment une région que les astronomes appellent la ceinture de Kuiper. Six de ces objets semblent avoir des orbites bizarres qui indiquent qu’une source de gravité inconnue les attire.

En 2016, des simulations informatiques et des modèles mathématiques ont révélé que le coupable pourrait être une mystérieuse planète lointaine que nous n’avons jamais vue : Planète Neuf.

Dans cette étude, les scientifiques planétaires Konstantin Batygin et Michael Brown ont calculé que l’attraction gravitationnelle de la planète Neuf signifie qu’elle pourrait avoir jusqu’à 10 fois la masse de la Terre.

En moyenne, le corps mystérieux gravite autour du Soleil 20 fois plus loin que Neptune – environ 30 milliards de kilomètres. Il pourrait lui falloir entre 10 000 et 20 000 ans pour effectuer un tour du Soleil. (Pluton, par comparaison, met 248 ans à terminer son orbite.)

Batygin et Brown ont suggéré que la planète Neuf aurait pu se former de la même manière que les géants gazeuses que nous connaissons bien – Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune – en commençant comme un noyau de glace, puis en saisissant tout le gaz autour.

La planète Neuf s’est peut-être trop rapprochée de Jupiter ou de Saturne, suggèrent-ils, et a été projetée aux confins du système solaire, où elle suit maintenant une orbite excentrique et influence les objets de la ceinture de Kuiper.

Puisque le monde mystérieux exerce une force gravitationnelle si puissante sur une grande région du système solaire, Brown l’appelait “la planète la plus planétaire de l’ensemble du système solaire”. Mais ce n’est peut-être pas le cas.

Plutôt qu’une planète, ça pourrait être un trou noir primordial

Pour la nouvelle étude, les chercheurs ont examiné les données sur les orbites bizarres des six objets de la ceinture de Kuiper et ont également incorporé des observations récentes sur la façon dont la lumière traversant le système solaire semble se déformer en raison d’un objet (ou d’objets) que les scientifiques n’ont pas pris en compte.

Ces deux phénomènes étranges sont probablement causés par l’interférence d’objets inconnus, chacun ayant une masse similaire. Ainsi, un trou noir primordial pourrait être à blâmer pour les deux, selon l’étude. Ce pourrait être un trou noir de la taille d’une boule de bowling avec la masse de 10 Terres, ou un certain nombre de trous noirs primordiaux plus petits qui s’ajoutent à cette masse.

Les chercheurs ont également dit qu’un groupe dense de planètes flottant librement à l’extérieur de notre système solaire pourrait expliquer la flexion de la lumière.

Vraiment, dit Batygin à Gizmodo, la planète Neuf pourrait être n’importe quel objet de faible visibilité avec la bonne masse.

“La Planète Neuf pourrait être un hamburger de masse à cinq Terres”, a-t-il dit. “Mais un trou noir de la taille de ton portefeuille est un peu plus difficile à trouver.”

Les scientifiques à l’origine de la nouvelle étude ont déclaré que l’observation directe de l’objet mystérieux – si les astronomes peuvent le trouver – pourrait aider à déterminer si c’est une planète ou un trou noir.

Ainsi, la chasse à la planète Neuf, ont-ils suggéré, devrait inclure la recherche de sources mobiles de rayons X, de rayons gamma et d’autres types de rayonnement, puisque ces indices pourraient indiquer les bords d’un trou noir.

Si les scientifiques détectent de tels signaux, ils pourraient découvrir si la planète Neuf a toujours été un trou noir.

Lire aussi : Au lieu de la planète Neuf, quelque chose d’autre pourrait se cacher dans le système solaire extérieur

Sources : ScienceAlert, Business Insider – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *