Hypothèse de la planète Neuf : Il y a encore plus d’arguments en sa faveur


Mike Brown de Caltech et Konstantin Batygin publient deux articles analysant les preuves de l’existence de la planète Neuf.

Batygin et Brown ont présenté les premières preuves qu’il pourrait y avoir une planète géante traçant une orbite bizarre et très allongée à travers le système solaire externe le 20 janvier 2016.

Hypothèse de la planète Neuf

Cette illustration montre des orbites d’objets éloignés de la ceinture de Kuiper et de la planète Neuf. Les orbites rendues en violet sont principalement contrôlées par la gravité de la planète Neuf et présentent un amas orbital serré. Les orbites vertes, par contre, sont fortement couplées à Neptune et présentent une plus grande dispersion orbitale.

Une étude récente offre de nouveaux détails sur la nature et la localisation présumées de la planète, qui a fait l’objet d’une recherche internationale intense depuis l’annonce de Batygin et Brown en 2016.

L’hypothèse de la Planète Neuf est fondée sur des preuves suggérant que le regroupement d’objets dans la ceinture de Kuiper, un champ de corps glacés qui se trouve au-delà de Neptune, est influencé par les remorqueurs gravitationnels d’une planète invisible, mais la question est de savoir si ce regroupement se produit effectivement ou si c’est un artefact résultant du biais dans la façon et l’emplacement des objets observés.

Brown et Batygin ont mis au point une méthode pour quantifier le degré de biais dans chaque observation individuelle, puis ont calculé la probabilité que le regroupement soit faux. Cette probabilité, ont-ils constaté, est d’environ un sur 500.

“Bien que cette analyse ne dise rien directement sur la présence de la planète Neuf, elle indique que l’hypothèse repose sur une base solide”, a déclaré Mike Brown de Caltech, titulaire de la chaire Richard et Barbara Rosenberg d’astronomie planétaire, dans un communiqué de presse.

Hypothèse de la planète Neuf

Impression artistique de la planète Neuf comme un géant de glace éclipsant la Voie Lactée centrale, avec un Soleil étoilé au loin. CC BY-SA 4.0

Sur la base des nouveaux modèles, Batygin et Brown – avec Fred Adams et Juliette Becker (BS’14) de l’Université du Michigan – ont conclu que la planète Neuf a une masse d’environ cinq fois celle de la Terre et a un axe orbital semi-majeur aux environs de 400 unités astronomiques (UA), la rendant plus petite et plus proche du Soleil que prévu auparavant et potentiellement plus claire.

“À cinq masses terrestres, la planète Neuf est susceptible de rappeler beaucoup une super-Terre extrasolaire typique”, dit Batygin, professeur adjoint de science planétaire. Les Super-Terre sont des planètes dont la masse est supérieure à celle de la Terre, mais nettement inférieure à celle d’une géante gazeuse. “C’est le chaînon manquant du système solaire pour la formation de la planète. Au cours de la dernière décennie, des études de planètes extrasolaires ont révélé que des planètes de taille similaire sont très communes autour d’autres étoiles semblables au Soleil. La planète Neuf sera ce qu’on trouvera de plus proche d’une fenêtre sur les propriétés d’une planète typique de notre galaxie.”

Bien que Brown et Batygin aient toujours accepté la possibilité que la planète Neuf n’existe peut-être pas, ils disent que plus ils examinent la dynamique orbitale du système solaire, plus les preuves à l’appui semblent solides.

Les modèles qui en ont résulté ont accru leur confiance dans l’existence de la planète Neuf.

“Ma caractéristique préférée de l’hypothèse de la Planète Neuf est qu’elle est testable par observation”, dit Batygin. “La perspective de voir un jour de vraies images de la Planète Neuf est absolument électrisante. Bien que la découverte de la planète Neuf soit un grand défi astronomique, je suis très optimiste sur le fait que nous l’imagerons au cours de la prochaine décennie.”

Lire aussi : Au lieu de la planète Neuf, quelque chose d’autre pourrait se cacher dans le système solaire extérieur

Sources : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *