Trump ordonne aux entreprises américaines de cesser d’assembler leurs produits en Chine et de commencer à chercher immédiatement des alternatives


Dans sa dernière tentative de ramener la fabrication de produits électroniques aux États-Unis, le président Trump a lancé un appel à toutes les entreprises américaines, leur recommandant de cesser d’assembler leurs produits en Chine.

trump-chine-commerce

Le président Donald Trump a déclaré vendredi que les entreprises américaines doivent “commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en ramenant vos entreprises à domicile et en fabriquant vos produits aux Etats-Unis”.

Les tweets du président ont fait suite à l’imposition par le gouvernement chinois de droits de rétention sur des importations américaines d’une valeur de 75 milliards de dollars alors que la guerre commerciale entre les deux pays continue de s’intensifier.

“Notre pays a perdu stupidement des milliards de dollars avec la Chine depuis de nombreuses années. Ils ont volé notre propriété intellectuelle à raison de centaines de milliards de dollars par an et ils veulent continuer. Je ne laisserai pas cela arriver! Nous n’avons pas besoin de la Chine …”

Trump a également déclaré qu’il commandait à tous les services américains de livraison, y compris FedEx, Amazon, UPS et la United States Post Office, “de rechercher et de refuser toutes les livraisons de fentanyl en provenance de Chine (ou d’ailleurs!)” :

“En outre, j’ordonne à tous les transporteurs, y compris Fed Ex, Amazon, UPS et la Poste, de RECHERCHER ET REFUSER toutes les livraisons de fentanyl en provenance de Chine (ou ailleurs!). Le Fentanyl tue 100 000 Américains par an. notre économie, à cause de nos gains au cours des deux dernières années et demie, est BEAUCOUP plus grande que celle de la Chine. Nous continuerons dans cette voie! “

Quelques heures plus tard, le président Trump est revenu à la charge contre la Chine sur Twitter en parlant d’imposer une nouvelle série de droits de douane sur les importations en provenance de Chine. Ils incluent la hausse d’un droit de douane de 25% sur des marchandises chinoises d’une valeur de 250 milliards de dollars à 30% dès le 1er octobre.

Par ailleurs, le plan initial de Trump visant à taxer les importations chinoises restantes à 10% à compter du 1er septembre est désormais passé à 15%.

L’industrie technologique craint des répercussions sur les consommateurs

En juin, la Silicon Valley a averti l’administration Trump que les iPhone, ordinateurs portables et les consoles de jeux vidéo vont coûter beaucoup plus cher si la Maison Blanche venait à imposer de nouvelles taxes aux importations en provenance de Chine.

“Nous vous exhortons à ne pas appliquer ces taxes”, pouvait-on lire dans une lettre d’Apple au représentant américain du Commerce, Robert Lighthizer.

De nombreux composants électroniques entièrement assemblés, y compris les ordinateurs portables et les smartphones, ont été exemptés des anciennes taxes de l’administration Trump sur les produits fabriqués en Chine. Le gouvernement américain envisageait alors d’imposer une taxe de 25% sur toutes les importations restantes en provenance de Chine alors que la Maison-Blanche intensifie sa guerre commerciale avec Beijing.

La discussion autour des taxes proposées était ouverte aux commentaires du public et beaucoup de grandes marques, qui dépendent de la Chine pour assembler leurs appareils, ont expliqué que ce n’était pas une bonne idée.

“Les fabricants américains d’ordinateurs portables comptent actuellement sur des fournisseurs chinois pour satisfaire la demande américaine. La transition vers d’autres sources d’approvisionnement n’est pas envisageable à court terme”, pouvait-on lire dans une lettre de Dell, HP, Intel et Microsoft. “En conséquence, les tarifs proposés menacent d’augmenter considérablement le coût des ordinateurs portables aux États-Unis.”

Les produits électroniques grand public ayant généralement de faibles marges, les vendeurs n’auront d’autre choix que de répercuter les coûts du tarif sur les acheteurs, qui peuvent inclure des consommateurs ordinaires, des écoles et des entreprises, ont indiqué les entreprises. “Au mieux, ces consommateurs continueraient à utiliser des modèles plus anciens qui ne leur permettent pas de bénéficier des dernières fonctionnalités de sécurité. Au pire, une augmentation des prix obligerait certains consommateurs à se passer totalement d’ordinateurs portables”, ajoute leur lettre.

Pour contrer les droits de douane, de nombreux fournisseurs de produits électroniques ont envisagé de délocaliser la production chinoise vers d’autres régions telles que l’Asie du Sud-Est. Mais une telle délocalisation prend du temps et de l’argent, ce qui pourrait détourner des ressources de la recherche et du développement de produits, ont indiqué les entreprises. “Une grande partie de ces R&D est réalisée dans des installations américaines avec des contributions de travailleurs américains”, indique leur lettre.

Apple a présenté des arguments similaires dans sa lettre. “La liste proposée de taxes couvre tous les principaux produits d’Apple, notamment les iPhone, iPad, Mac, AirPods et AppleTV, ainsi que les pièces et les batteries utilisées pour réparer les produits aux États-Unis”, a déclaré la société.

Dans une lettre séparée, Microsoft, Nintendo et Sony ont également demandé à Lighthizer d’éviter d’imposer des droits de douane aux consoles de jeux vidéo. L’année dernière, les sociétés ont vendu collectivement plus de 15 millions de systèmes de jeux vidéo aux États-Unis, tout en employant environ 8 000 personnes dans tout le pays.

Néanmoins, Trump a exhorté les fournisseurs, en particulier Apple, à ramener leur usine d’assemblage aux États-Unis. “Je voudrais qu’Apple construise ses usines aux Etats-Unis. Je ne veux pas qu’il les construisent en Chine”, a déclaré Trump le mois dernier.

Lire aussi : Une nouvelle étude révèle les énormes prêts cachés de la Chine aux pays pauvres

Sources : Developpez par Stéphane le calme – Tweets Trump (1, 2), lettre d’Apple, lettre de Microsoft, Nintendo et Sony


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *