Chris Hughes, cofondateur de Facebook, appelle au démantèlement du RS : « le pouvoir de Mark Zuckerberg est sans précédent et anti-américain »

Dans un éditorial publié dans le New York Times, l’un des cofondateurs de Facebook a appelé à la dissolution du réseau social.

Chris Hughes, qui a aidé Mark Zuckerberg à lancer Facebook de son dortoir à Harvard il y a 15 ans, a déclaré que la Federal Trade Commission devrait annuler l’acquisition de WhatsApp et Instagram par Facebook afin de créer une concurrence accrue sur les marchés des médias sociaux et de la messagerie.

Hughes a co-fondé Facebook en 2004 à Harvard avec Zuckerberg et Dustin Moskovitz. Il a quitté Facebook en 2007 et a déclaré dans un article de LinkedIn qu’il avait gagné un demi-milliard de dollars pour ses trois années de travail.

« Cela fait 15 ans que j’ai cofondé Facebook à Harvard et je n’ai plus travaillé pour la société depuis une décennie. Mais je ressens un sentiment de colère et de responsabilité », a déclaré Hughes dans l’article du New York Times.

Hughes avance l’argument économique selon lequel Facebook est en situation de monopole, ce qui a limité la concurrence et freiné l’innovation. Il est impossible pour les utilisateurs de passer à un autre réseau social, car il n’existe aucun concurrent sérieux. Hughes affirme qu’aucun nouveau réseau social n’a été lancé depuis 2011 et que 84% des dépenses en publicités sur les médias sociaux vont directement à Facebook. Il cite la dissolution de AT&T par la FTC dans les années 1980, ainsi que la vente de Wild Oats par Whole Foods en 2009, comme un précédent quant à la manière dont cette rupture pourrait se produire.

Ancienne photo de Chris Hughes et Mark Zuckerberg

Pour lui, le problème avec Facebook va même bien au-delà du simple problème relatif à l’économie. Hughes avances que les algorithmes des fils d’actualité dictent le contenu que des millions de personnes voient chaque jour, ses règles de contenu définissent ce qui constitue un discours de haine, et il n’existe aucun contrôle démocratique de ces processus. La propriété de Zuckerberg sur la majorité des actions de Facebook signifie qu’il n’y a aucun contrôle interne sur son pouvoir, et qu’aucune agence gouvernementale ne se consacre à la supervision d’une entreprise comme Facebook.

« L’influence de Mark est stupéfiante, bien au-delà de toute autre personne du secteur privé ou du gouvernement. Il contrôle trois plateformes de communication principales – Facebook, Instagram et WhatsApp – utilisées par des milliards de personnes chaque jour », écrit Hughes. « Le conseil d’administration de Facebook fonctionne plus comme un comité consultatif que comme un superviseur, car Mark contrôle environ 60% des actions avec droit de vote. Mark seul peut décider comment configurer les algorithmes de Facebook pour déterminer ce que les gens voient dans leurs fils d’actualités, quels paramètres de confidentialité ils peuvent utiliser et même quels messages sont livrés. Il définit les règles permettant de distinguer les discours violents et incendiaires des discours simplement offensants, et il peut choisir de bloquer un concurrent en l’acquérant, en le bloquant ou en le copiant ».

« Mark est une personne bonne et gentille », a noté Hughes, « mais je suis outré que sa focalisation sur la croissance l’ait conduit à sacrifier sécurité et civilité au bénéfice des clics ». « Je suis déçu de moi-même et de la première équipe de Facebook pour ne pas avoir réfléchi davantage à la manière dont l’algorithme News Feed pourrait changer notre culture, influencer les élections et responsabiliser les dirigeants nationalistes. Et je suis inquiet que Mark se soit entouré d’une équipe qui renforce ses convictions au lieu de les défier ».

Des organismes de réglementation du monde entier surveillent de près les pratiques de partage de données, ainsi que les discours de haine et la désinformation sur ses réseaux. Certains législateurs américains ont également insisté pour que des mesures soient prises pour dissocier les grandes entreprises de technologie ainsi que la réglementation fédérale sur la protection de la vie privée.

« Nous sommes une nation avec une tradition de contrôle des monopoles, aussi bien intentionnés que soient les dirigeants de ces sociétés. Le pouvoir de Mark est sans précédent et anti-américain. L’Amérique a été construite sur l’idée que le pouvoir ne devrait pas être concentré dans une seule personne, car nous sommes tous faillibles. C’est pourquoi les fondateurs ont créé un système de freins et de contrepoids. Ils n’avaient pas besoin de prévoir la montée de Facebook pour comprendre la menace que représenteraient les entreprises gigantesques pour la démocratie », a estimé Hughes.

Le réseau social de Facebook compte plus de 2 milliards d’utilisateurs à travers le monde. Il possède également WhatsApp, Messenger et Instagram, chacun utilisé par plus d’un milliard de personnes. Facebook a acheté Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014.

Hughes voudrait que Mark Zuckerberg soit tenu pour responsable des manquements de la société

Facebook a rejeté l’appel de Hughes pour que WhatsApp et Instagram soient transformés en sociétés distinctes, et a déclaré que l’accent devrait être mis sur la régulation de l’Internet. Zuckerberg sera à Paris vendredi pour rencontrer le président français Emmanuel Macron afin de discuter de la régulation de l’internet.

« Facebook accepte que la réussite implique la responsabilité. Mais vous n’imposez pas l’obligation de rendre des comptes en appelant à la dissolution d’une entreprise américaine prospère », a déclaré le porte-parole de Facebook, Nick Clegg, dans un communiqué.

« La responsabilité des entreprises de technologie ne peut être réalisée que par l’introduction laborieuse de nouvelles règles pour Internet. C’est exactement ce que Mark Zuckerberg a demandé », a-t-il continué.

Le sénateur américain Richard Blumenthal, un démocrate, a déclaré qu’il estimait que Facebook devait être démantelé et que la division antitrust du ministère de la Justice devait commencer une enquête.

Hughes a également suggéré que Zuckerberg soit tenu responsable de la confidentialité et des autres manquements de la société.

« Le gouvernement doit demander des comptes à Mark. Pendant trop longtemps, les législateurs se sont émerveillés de la croissance explosive de Facebook et ont négligé leur responsabilité de veiller à la protection des Américains et à la compétitivité des marchés. Bientôt, la Federal Trade Commission devrait infliger une amende de 5 milliards de dollars à l’entreprise, mais cela ne suffit pas. Facebook ne propose pas non plus de nommer une sorte de responsable de la protection de la vie privée. Après le témoignage de Mark au Congrès l’an dernier, il aurait fallu lui demander d’assumer vraiment ses erreurs. Au lieu de cela, les législateurs qui l’ont interrogé ont été ridiculisés et présentés comme étant trop vieux et déconnectés pour comprendre le fonctionnement de la technologie. C’est l’impression que Mark voulait que les Américains obtiennent, car cela signifie que peu de choses changeront ».

Lire aussi : Mark Zuckerberg ainsi que d’autres cadres dirigeants de Facebook sont poursuivis en justice

Sources : Developpez.com par Stéphane le calmeTribune de Chris Hughes sur le New York Times

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *