Pourquoi le cofondateur de Whatsapp dit à tout le monde de supprimer Facebook ?


En 2014, Facebook a acheté Whatsapp pour 16 milliards de dollars. Cela a bien sûr fait des fondateurs de cette application très populaire, des hommes très riches. Alors que l’un, Jan Koum continue de diriger l’entreprise, l’autre, Brian Acton a démissionné plus tôt cette année pour créer sa propre fondation. Cependant, il n’a pas simplement quitté WhatsApp. Dans un récent message Twitter, Acton a dit à tous ses partisans de supprimer Facebook.

“Il est temps”, a écrit Acton, avec le hashtag, #deletefacebook. Il n’a pas donné d’indications sur le raisonnement qui sous-tend ce conseil, de sorte que nous ne savons pas vraiment s’il y a peut-être de la rancune, ou si Facebook est vraiment quelque chose dont nous devrions nous méfier.

Pensez-y, Facebook a essentiellement changé notre façon d’agir et a affecté la société dans son ensemble. Cela prend une grande partie de notre temps libre et même si cela nous a donné l’occasion de nouer des liens avec des amis et des membres de la famille du monde entier, beaucoup d’entre nous se sentent plus déconnectés que jamais. Quelque chose à propos de l’interaction avec les gens derrière un ordinateur ou un écran de téléphone cellulaire ne suffit pas, cela fait que beaucoup d’entre nous se sentent seuls et isolés. Sans compter que cela crée une forte dépendance. Faire défiler le fil d’actualités en attendant que quelque chose nous intéresse pour qu’on puisse continuer à défiler est devenu normal.

Mises en garde d’autres anciens fondateurs de Facebook

Acton n’est pas le premier ancien partenaire d’affaires de Facebook à nous avertir des risques potentiels associés à l’application de médias sociaux la plus populaire au monde.

Chamath Palihapitiya, le vice-président pour la croissance des utilisateurs de Facebook avant de quitter l’entreprise en 2011, a déclaré : “Les boucles de rétroaction à court terme, dictées par la dopamine que nous avons créées détruisent le fonctionnement de la société… Pas de discours civil, pas de coopération, de la désinformation, du mensonge.”

“Il ne s’agit pas d’annonces russes, mais d’un problème mondial. Il érode les fondements de la façon dont les gens se comportent les uns par rapport aux autres et entre eux.”

Dans une interview avec Axios, ancien président de Facebook, Sean Parker a dit ce qui suit :

“Quand Facebook se mettait en marche, il y avait des gens qui venaient me voir et me disaient : ‘Je ne suis pas sur les médias sociaux.’ Et je répondais : ‘D’accord. Tu sais, tu le seras.’ Et puis ils disaient : ‘Non, non, non, non, non. J’apprécie mes interactions dans la vie réelle. J’apprécie le moment. J’apprécie la présence. J’apprécie l’intimité.’ Et je disais : ‘On finira par t’avoir.’

Je ne sais pas si j’ai vraiment compris les conséquences de ce que je disais, parce qu’il y a les conséquences involontaires d’un réseau lorsqu’il atteint un milliard ou 2 milliards de personnes et… il change littéralement votre relation avec la société, avec les autres… Il interfère probablement avec la productivité de façons bizarres. Dieu seul sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants.”

Quelqu’un aurait-il pu comprendre les implications de ce qu’une chose aussi massive aurait pu apporter à notre société dans son ensemble ? Il a raison, Facebook a pris en charge certains aspects de notre vie de bien des façons.

“Le processus de réflexion qui a présidé à la création de ces applications, Facebook étant le premier d’entre elles…, il s’agissait de : ‘Comment pouvons-nous consommer le plus de temps et d’attention consciente possible ?'”

Soit Parker est simplement un ancien employé mécontent qui tente de se venger du géant de l’entreprise, soit il est légitimement préoccupé par ce que Facebook est devenu et les implications potentielles de ce que cela pourrait signifier pour notre société à l’avenir.

Devrions-nous tous nous débarrasser de Facebook ?

Peut-être qu’on devrait. Imaginez tout le temps libre que nous pourrions récupérer ? Aimer et commenter est la première chose que nous faisons quand nous nous réveillons le matin et la dernière chose que nous faisons avant d’aller au lit le soir. Il suffit d’être conscient, surtout si vous vous surprenez avec un peu de temps libre, 30 secondes, 10 minutes ou quelques heures, il est si facile de saisir instantanément votre téléphone et de commencer à faire défiler les informations.

Soyez conscient de la dépendance, puis brisez-la. Si vous avez besoin de faire une pause dans tous les médias sociaux de temps en temps pour vous rappeler comment était la vie avant que nous ne soyons constamment collés à nos petits écrans, nos écrans moyens et nos écrans plus grands, alors faites-le. Parfois, il est facile d’oublier que nous sommes en contrôle de notre vie, il est temps de reprendre le pouvoir !

Une bonne question à se poser est de savoir ce que nous faisions avant Facebook, eh bien nous pouvons encore le faire !

Source : Collective Evolution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *