La nourriture « génétiquement éditée » – la prochaine étape de la Grande Réinitialisation ?


Le discours de la reine a été intéressant cette année.

Pour tous ceux qui, en dehors du Royaume-Uni, ne comprennent pas ce qu’est le “discours de la reine”, il s’agit d’un événement d’État grotesque au cours duquel la reine (ou, dans ce cas, le prince Charles, puisque sa majesté est malade, décédée secrètement ou a des “problèmes de mobilité”) prononce un discours sur ce que “son gouvernement” a l’intention de faire au cours des 12 prochains mois.

Bien entendu, la Reine n’écrit pas le discours, n’a aucune influence sur son contenu et n’a aucun contrôle sur ce que “son” gouvernement a l’intention de faire. Elle n’est qu’un porte-parole dans un grand chapeau doré.

C’est l’équivalent britannique de l’État de l’Union, mais avec des costumes d’Halloween faits de pierres brillantes volées.

Tout cela n’est rien d’autre qu’une grande déclaration d’intention dorée de l’État profond britannique, enveloppée de vison et drapée de médailles qu’ils n’ont jamais gagnées. C’est une blague, mais ça vaut la peine de l’écouter.

Ou, si vous avez l’estomac sensible, vous pouvez simplement lire le texte intégral le lendemain sur le site Web du gouvernement britannique (c’est ce que je fais).

Une grande partie du contenu est entièrement prévisible.

Davantage d’argent pour l’Ukraine, avec la promesse que le Royaume-Uni sera “le premier à défendre la sécurité dans le monde”. Plus de censure en ligne via le “Online Safety Bill”. Un registre obligatoire pour les enfants scolarisés à domicile via le “Schools Reform Bill”.

Il est également question de “sécuriser la constitution” en introduisant la “Déclaration des droits” du Royaume-Uni. Nous avons analysé ce cheval de Troie particulier en février dernier.

Mais la partie que j’ai trouvée la plus intéressante est le projet déclaré d’“encourager l’innovation agricole et scientifique au Royaume-Uni” par le biais du projet de loi sur la technologie génétique (élevage de précision).

La proposition de loi (qui, pour une raison quelconque, n’est pas disponible sur le site web du Parlement) fait suite à l’“assouplissement de la réglementation” de la recherche génétique annoncé par le DEFRA en janvier dernier.

Pour citer l’Institut national de botanique agricole (NIAB), la législation “sortirait certaines techniques de reproduction de précision du champ d’application des règles restrictives sur les OGM”.

En substance, les nouveaux aliments “génétiquement modifiés” seraient distincts des anciens aliments “génétiquement modifiés” et ne seraient donc pas soumis aux mêmes règles et à la même surveillance.

La distinction revendiquée est que l’édition génétique, par opposition à la modification génétique, n’introduit pas d’ADN provenant d’autres espèces. Par conséquent, il ne fait qu’accélérer ce qui pourrait potentiellement se produire naturellement avec le temps.

Vous pouvez penser qu’il ne s’agit que de sémantique, et qu’une telle loi ne fera que fournir une échappatoire à TOUS les aliments “génétiquement modifiés” pour qu’ils puissent simplement se rebaptiser “aliments génétiquement édités”, et ainsi éviter la réglementation. Mais c’est d’un cynisme dégoûtant et vous devriez avoir honte d’y penser.

Dans l’ensemble, il s’agit d’un message assez clair, qui n’est pas particulièrement surprenant. Ce qui est remarquable, c’est que – par pure coïncidence, j’en suis sûr – cela semble coïncider avec une nouvelle poussée sur le front des aliments génétiquement modifiés dans d’autres pays du monde entier.

En décembre 2021, la Suisse a ajouté un amendement à son moratoire sur les cultures OGM, autorisant l’utilisation de certaines techniques d’“édition de gènes.

Le mois dernier, l’Égypte a annoncé sa nouvelle souche de blé génétiquement modifié. Il y a deux jours à peine, le Centre national de recherche en biotechnologie agricole d’Éthiopie a annoncé qu’il avait effectué des recherches sur le coton et le maïs génétiquement modifiés et que le pays allait désormais les cultiver.

Malgré l’interdiction totale de la Russie de cultiver et/ou d’importer des cultures génétiquement modifiées, le pays a néanmoins lancé un projet de 111 milliards de roubles pour créer jusqu’à 30 variétés de plantes et d’animaux d’élevage génétiquement modifiés.

La déréglementation britannique des aliments génétiquement modifiés est toujours décrite comme une mesure “post-Brexit” – l’UE étant critiquée dans le monde entier pour son “principe de précaution” sur les cultures génétiquement modifiées – et pourtant, en avril dernier déjà, l’UE appelait à une “remise à plat” des cultures génétiquement modifiées.

En fait, aujourd’hui même, le magazine European Biotechnology rapporte ce qui suit :

La Commission européenne a lancé sa consultation finale sur la déréglementation des nouvelles techniques de sélection en agriculture.

pourquoi cela ? Pourquoi maintenant ?

Nous assistons donc à une augmentation soudaine de la variété des cultures génétiquement modifiées disponibles et à une pression simultanée pour la déréglementation de l’industrie dans les pays occidentaux.

Pourquoi font-ils cela maintenant ?

Eh bien, il y a une crise alimentaire.

Ou, plus exactement, ils viennent de créer une crise alimentaire. Et comme le veut le cliché de la dialectique hégélienne, le “problème” qu’ils ont fabriqué a maintenant besoin de leur “solution” inventée.

Nous devrions nous attendre à voir le génie génétique présenté comme une solution à notre crise alimentaire dans un avenir très proche… comme hier. Ou même, il y a deux mois.

C’est à cette vitesse qu’ils travaillent maintenant, en faisant à peine semblant de dissimuler leur plan. Ils crachent la réponse si rapidement qu’il est évident qu’ils connaissaient la question à l’avance.

Le 15 mars, alors que l’“opération spéciale” en Ukraine datait de moins de trois semaines, le Time faisait déjà la une :

La guerre oblige les agriculteurs à reconsidérer les cultures GM

…et rapportait :

La modification génétique pourrait rendre le système alimentaire britannique moins sensible aux troubles géopolitiques

Une semaine plus tard, Verdict a publié un article intitulé “Améliorer l’autosuffisance alimentaire avec des cultures GM pendant les crises géopolitiques”.

La semaine dernière, le Times of Israel s’est interrogé :

L’édition de gènes peut-elle aider les agriculteurs à satisfaire la demande croissante de nourriture ?

Il y a quatre jours, le Manila Times a publié un article intitulé “En temps de pénurie alimentaire : Revisiter les cultures génétiquement modifiées”.

Il y a deux jours (donc avant que le discours de la reine ne mentionne spécifiquement le projet de loi sur l’édition génétique), le Press & Journal d’Écosse a publié un article d’opinion intitulé : “Le gouvernement écossais doit lever l’interdiction des cultures génétiquement modifiées pour atténuer la crise du coût de la vie”.

Hier, la société de “services d’information” IHS Markit a publié un article sur la réglementation des OGM en Europe, dans lequel elle affirmait :

Le conflit Ukraine-Russie a démontré la fragilité et la vulnérabilité des chaînes d’approvisionnement alimentaire mondiales et européennes. Dans le monde entier, les gouvernements des principaux pays producteurs agricoles sont en train de rattraper les États-Unis, à la fois pour mieux légiférer sur les produits génétiquement modifiés (GM) et pour les différencier de l’ancienne technologie des organismes génétiquement modifiés (OGM), et de ses connotations négatives pour certains consommateurs, commentateurs, agriculteurs, détaillants, politiciens et législateurs.

Et pas plus tard qu’aujourd’hui, le Genetic Literacy Project a publié un article du Canadien d’origine ukrainienne David Zaruk, qui s’insurge contre le “principe de précaution” de l’UE en matière d’OGM et appelle à adopter les “nouvelles technologies” pour prévenir la faim généralisée et accroître la souveraineté alimentaire.

Et ce n’est pas fini.

… n’oublions pas le changement climatique, les gars

Bien sûr, il n’y a pas que la crise alimentaire qui compte – donner aux géants de l’industrie le champ libre pour modifier génétiquement toute la nourriture que nous mangeons sera également bon pour la planète. On en parle beaucoup ces derniers temps.

Le 8 février de cette année, l’université de Bonn a publié une nouvelle étude affirmant que “le génie génétique peut avoir un effet positif sur le climat”.

Le 24 février de cette année, l’ONG “Alliance for Science”, basée à Cornell, a publié un article affirmant que “les OGM pourraient réduire l’empreinte climatique de l’Europe”, sur la base de l’étude susmentionnée.

Dans une réponse au discours de la Reine, l’Institut national d’agriculture et de botanique du Royaume-Uni a affirmé que les modifications génétiques rendraient l’agriculture “plus durable”.

Pour rappeler que nous ne parlons pas seulement de cultures, mais aussi de bétail génétiquement modifié, la Deutsche Welle a suggéré en février que des “moutons climatiques et des cochons écologiques génétiquement modifiés pourraient combattre le réchauffement de la planète”.

Il y a trois semaines, Stuff.NZ demandait simplement :

Les OGM peuvent-ils sauver la planète ?”

Le discours est clairement établi : Les aliments génétiquement modifiés nous sauveront tous de la crise alimentaire et du réchauffement climatique. Et tout ce qu’ils peuvent imaginer d’autre.

Les couteaux sont sortis pour les produits biologiques

Non contents d’alimenter en permanence le débat sur les OGM, les médias s’en prennent également à l’agriculture biologique.

Le Wall Street Journal rapporte :

La crise ukrainienne révèle la folie de l’agriculture biologique : Alors que les prix des denrées alimentaires s’envolent, le monde doit admettre qu’il ne peut pas vivre sans une agriculture moderne et efficace.

Le Telegraph accuse les politiques d’agriculture biologique d’avoir “fait basculer le Sri Lanka dans un chaos sanglant”.

L’article de l’“Allliance for Science” mentionné plus haut fait tout pour critiquer les plans de l’UE en faveur de l’agriculture biologique “de la ferme à la table”, affirmant que “[l’agriculture biologique] a des rendements plus faibles et serait associée à des augmentations des émissions mondiales de [gaz à effet de serre] en provoquant des changements d’affectation des terres ailleurs”.

Dans le même temps, Erik Fyrwald, PDG du groupe agrochimique suisse Syngenta (qui présente donc un certain conflit d’intérêts), a déclaré au journal suisse NZZ am Sonntag que l’Occident devait “arrêter l’agriculture biologique pour faire face à la future crise alimentaire”, ajoutant que l’agriculture biologique est pire pour la planète, car le labourage des champs libère davantage de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Nous avons déjà vu des “sectes” de bien-être accusées de colporter des “théories du complot anti-vax” l’année dernière, cela s’étendra facilement aux agriculteurs biologiques et à leurs clients.

REMARQUE : Dans un parallèle intéressant (encore une fois, probablement totalement accidentel), l’épidémie de grippe aviaire qui couve actuellement a également durement touché les agriculteurs biologiques et les éleveurs en plein air, avec un article (sponsorisé) du Guardian demandant si la grippe aviaire “à longueur d’année” pourrait signifier “la fin des œufs en plein air”.

Conclusion

Après avoir vu comment s’est déroulée la campagne pour le “vaccin” Covid19, il n’est pas difficile de voir comment la pression en faveur des OGM va évoluer. Les cultures et les animaux d’élevage génétiquement modifiés vont devenir la nouvelle “science établie”.

Ils seront vendus au public comme étant moins chers, plus nutritifs, meilleurs pour l’environnement et bons pour “prévenir les futures pandémies” (oui, ils ont littéralement déjà dit cela).

Naturellement, toute personne qui résiste à la pression en faveur des aliments génétiquement modifiés et/ou qui pleure la mort programmée de l’agriculture biologique sera accusée de “remettre en question la science”.

Manger des aliments génétiquement modifiés britanniques sera “faire sa part” et “aider l’Ukraine”, tandis que les personnes qui veulent des produits biologiques plus chers seront jugées “antipatriotiques” ou “égoïstes”.

De même que les sceptiques du Covid ont été accusés de répandre la “désinformation russe”, malgré la complicité volontaire de la Russie dans le mensonge du Covid, ceux qui s’opposent aux aliments génétiquement modifiés seront accusés de “partager les points de vue des Russes” ou de “faire le travail de Poutine pour lui”, alors que la Russie est bien à bord du train de l’édition de gènes.

À partir de là, tout devient très prévisible. Les agriculteurs biologiques seront probablement des “espions russes théoriciens du complot anti-vax” d’ici la fin de l’été.

…Cela explique probablement pourquoi Bill Gates a acheté tant de terres agricoles l’année dernière, aussi.

Lire aussi : Bill Gates devient le plus grand propriétaire de terres agricoles aux États-Unis et annonce des « pénuries alimentaires » pour l’humanité

Source : Zero Hedge – Traduit par Anguille sous roche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *