Edward Snowden qualifie d’abus les modèles d’entreprises de Facebook, Google et Amazon


Les entreprises de technologie ont conclu un pacte avec le Diable, a dit le célèbre lanceur d’alerte.

Cela fait six ans qu’Edward Snowden a divulgué des documents sur les pratiques de surveillance de masse de la National Security Agency.

Lors de la conférence Web Summit de cette année à Lisbonne, s’adressant à une foule d’investisseurs, d’entrepreneurs et de dirigeants du secteur de la technologie, il a affirmé que les entreprises de ce secteur avaient conclu un “pacte avec le Diable” dans leurs rapports avec le gouvernement des États-Unis.

Le célèbre dénonciateur a également déclaré que le RGPD est un pas dans la bonne direction, bien qu’il ne règle pas le problème principal.

Nous devons protéger tout le monde de la collecte de données

Snowden n’a pas donné de coups de poing lorsqu’il s’est adressé à la grande foule de techniciens – qui l’a accueilli avec des applaudissements – par liaison vidéo.

“Ces gens se livrent à des abus, en particulier lorsqu’on regarde Google et Amazon, Facebook et leur modèle d’affaires”, a-t-il expliqué, lorsqu’on lui a demandé de parler des grandes technologies.

“Et pourtant, selon eux, tout est légal. Qu’il s’agisse de Facebook ou de la NSA, nous avons légalisé l’abus de la personne par le biais du personnel.”

Les entreprises de technologie sont de plus en plus dirigées par les États-Unis “pour agir dans des rôles quasi-gouvernementaux”, a-t-il dit.

Bien qu’il se soit passé beaucoup de choses et que les gens aient les bons types de conversations, a expliqué le responsable de la NSA, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour protéger le public de la surveillance massive.

Comme Snowden l’a dit lui-même, “le seul moyen de protéger quelqu’un est de protéger tout le monde”.

Le RGPD passe à côté de l’essentiel

Lorsqu’on lui a demandé si le RGPD était un pas dans la bonne direction, M. Snowden a répondu qu’il s’agissait d’un “bon effort” et qu’il a relevé la barre – bien qu’il ait répondu que la barre était placée très bas.

En fin de compte, même s’il se sent convaincu par le RGPD, le règlement de l’UE sur la protection des données passe à côté de l’essentiel en mettant l’accent sur la protection des données. Cela, a-t-il dit, ne résout pas le véritable problème de la collecte massive de données et de la surveillance.

Comme le souligne CNET, plusieurs amendes ont été infligées à la suite du RGPD, dont 50 millions d’euros (57 millions de dollars) pour Google. À titre de référence, Alphabet, la société mère de Google, a déclaré un revenu de 8,94 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2018.

Qu’est-ce qui a poussé Snowden à divulguer les documents de la NSA ?

M. Snowden a également parlé de sa propre image de lanceur d’alerte rebelle au début de l’exposé. Il a dit qu’il était toujours une personne “carrée”, travaillant pour le gouvernement parce que c’était dans sa famille.

En fin de compte, il a estimé devoir prendre des mesures en voyant le fonctionnement interne de la surveillance américaine et la façon dont elle donnait à chacun un dossier permanent et permettait souvent de suivre les individus qui n’avaient commis aucun crime.

Comme Snowden l’a dit, dès son premier jour de travail pour la CIA, il a signé un serment pour protéger la Constitution et le peuple des États-Unis.

De nombreuses années plus tard, cependant, il s’est rendu compte qu’il faisait partie d’un “complot visant à violer ce serment qu’il a prêté le tout premier jour”.

Lire aussi : Edward Snowden : c’est une erreur de considérer la NSA comme une menace plus grave à la vie privée que les grandes entreprises technologiques

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *