Un rapport au sujet des Libertés sur Internet met en garde : “La désinformation fonctionne mieux que la censure”


Le rapport se concentre sur le “champ de bataille” des médias sociaux.

Un organisme de surveillance à but non lucratif de premier plan qui classe les pays en fonction de leur liberté sur Internet a mis en lumière l’augmentation de la surveillance des médias sociaux dans le monde entier.

Les États-Unis ont chuté pour la troisième fois consécutive dans leur classement de la liberté sur Internet, en grande partie à cause de l’augmentation de la désinformation diffusée en ligne dans tout le pays.

La liberté en ligne dans le monde, quant à elle, a chuté pour la neuvième année consécutive.

Le capitalisme de surveillance

En tête de la liste du rapport Freedom on the Net de Freedom House figure l’Islande, qui n’a fait l’objet d’aucune poursuite civile ou pénale contre les internautes pour s’exprimer en ligne, et l’Estonie.

Les États-Unis figurent en bonne place sur la liste, même si leur situation s’est progressivement détériorée au cours des dernières années.

Au bas de l’échelle se trouvent la Chine et l’Iran, dont les citoyens sont classés comme ayant l’Internet le moins libre. Les classements sont basés sur le nombre de restrictions que les gouvernements appliquent à Internet et aux médias sociaux.

L’Espagne et le Chili, qui ont tous deux connu des troubles civils et d’énormes protestations ces dernières semaines, constituent des exceptions notables au rapport.

Nous devons réparer les médias sociaux

Le rapport de Freedom House affirme que les médias sociaux et les autres plateformes numériques sont le “nouveau champ de bataille” des forces démocratiques.

“De nombreux gouvernements constatent que sur les médias sociaux, la propagande fonctionne mieux que la censure”, a déclaré Mike Abramowitz, président de Freedom House.

Depuis le scandale de Cambridge Analytica, il est clair que les gouvernements utilisent des données publiques pour influencer les résultats des élections. Selon le rapport, la solution peut être trouvée en réparant les médias sociaux.

Au cours de l’année écoulée, Freedom House a évalué 65 pays pour son rapport. Dans 47 d’entre eux, les forces de l’ordre ont arrêté des personnes pour avoir affiché des messages politiques, sociaux ou religieux en ligne.

Quarante pays ont mis en œuvre des programmes avancés de surveillance des médias sociaux. Dans 38 pays, les dirigeants politiques ont employé des services et des individus pour les aider à se forger une opinion en ligne en utilisant les médias sociaux.

“En plus de faciliter la diffusion de la propagande et de la désinformation en période électorale, les plateformes de médias sociaux ont permis la collecte et l’analyse de vastes quantités de données sur des populations entières”, explique le rapport. “L’avenir de la liberté sur Internet repose sur notre capacité à réparer les médias sociaux.”

Lire aussi : «Cette nouvelle affaire Zemmour vient cristalliser la haine de la liberté d’expression», selon Me T.Mercier

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *