Connexion cosmique : L’emplacement complexe des temples grecs antiques et des étoiles


Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ?

énigmes-Grèce

Les temples grecs anciens ont-ils été construits entièrement au hasard ? Ces structures anciennes cachent-elles des secrets enfouis dans la pierre ? Et y a-t-il quelque chose de plus à leur sujet ?

Selon plusieurs théories, les temples anciens n’ont pas été construits au hasard. Leur emplacement peut refléter les mouvements des corps célestes, comme le Soleil et les planètes, par rapport à la surface de la Terre, et leur connexion avec le cosmos peut être beaucoup plus étendue.

Pour les amateurs d’histoire, la Grèce est le paradis sur Terre. Les temples grecs anciens sont certaines des structures qu’une personne doit absolument visiter une fois dans sa vie. C’est pourquoi, chaque année, des millions de touristes se rendent en Grèce afin de voir de leurs propres yeux certaines des structures les plus étonnantes construites par les civilisations anciennes.

Les colonnes éblouissantes, les frises minutieusement détaillées et les statues bien conservées laissent les gens stupéfaits.

Cependant, les touristes ne sont peut-être pas conscients du fait que l’endroit où les temples ont été construits est un trésor en soi. C’est presque comme si tout était lié, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

Le temple de Poséidon au cap Sounion forme un triangle isocèle avec celui d’Héphestion à Athènes et le temple d’Aphaïe à Égine. Celui d’Apollon à Delphes, celui d’Aphée à Égine et le Parthénon forment également des triangles isocèle parfaits.

L’idée que les temples anciens – pas seulement ceux de Grèce – reflètent les corps cosmiques n’est pas nouvelle, pas plus que l’idée d’une triangulation du monde grec.

Beaucoup d’auteurs ont théorisé sur la question de savoir si l’emplacement des temples reflète ou non les corps célestes. Les civilisations anciennes imitaient-elles vraiment les corps célestes en plaçant des monuments à des endroits précis sur Terre ?

Et si les temples grecs étaient vraiment construits pour s’aligner avec des corps célestes spécifiques ? Dans l’affirmative, quel était leur but ?

La vérité est qu’il n’y a pas de consensus clair sur la question de savoir si les temples et monuments anciens reflètent ou non les corps astronomiques.

Le débat remonte au début de la seconde moitié du siècle dernier.

Néanmoins, la relation entre la position de certains monuments et temples et les corps cosmiques n’est pas nouvelle, mais fait plutôt partie d’une relation sacrée entre l’architecture religieuse, l’astronomie ainsi que la mythologie.

Jean Richer, professeur de littérature française à l’Université de Nice et auteur de La géographie sacrée du monde grec, décrit cette relation comme “le grand dessein” qui unit non seulement les lieux sacrés à la population mais aussi au ciel.

Le professeur Richer, qui s’intéressait particulièrement au symbolisme, aux doctrines ésotériques et à la mythologie, imagina une Grèce divisée en 12 secteurs, qui reflétait les 12 signes du zodiaque, où le sanctuaire de Delphes est “le nombril” du continent grec.

Bien que de tels liens puissent exister, les théories de la “géométrie sacrée” telles que celle de Richer n’ont jamais joui d’une grande renommée dans l’orthodoxie scientifique.

Par exemple, Efrosyni Boutsikas, archéologue à l’Université du Kent en Angleterre, affirme que si nous parlons de créer des formes géométriques précises comme un triangle isocèle, nous avons besoin de précision au millimètre. Le chercheur explique que ces temples sont à plusieurs mètres de distance, vous pouvez donc prendre ceux qui vous donnent un triangle isocèle plus précis, mais cela ne signifie pas que la forme géométrique avait une signification cachée pour les Grecs anciens.

Malgré le scepticisme, de nouvelles études sur les structures et leur emplacement peuvent donner des raisons de croire.

George Pantazis et Evangelia Lambrou, professeurs associés de l’Université technique nationale d’Athènes, ont utilisé des techniques géodésiques pour déterminer l’orientation des temples grecs et s’il existe ou non un lien entre eux et l’astronomie.

Pour le savoir, le duo scientifique a étudié le Parthénon et l’Héphestion, deux des plus grandes structures construites à l’époque classique, toutes deux consacrées (même en partie) à la déesse Athéna.

Étonnamment, ils ont découvert un positionnement extraordinairement symétrique entre les temples et, en outre, les chercheurs ont découvert que les deux sont orientés vers l’est.

L’orientation astronomique des temples est liée au lever du Soleil le jour de célébration du dieu auquel le site sacré est dédié.

Pantazis et Lambrou ont découvert que le lever du Soleil doit se produire exactement sur l’axe central du temple afin d’illuminer la statue centrale du dieu adoré.

Cependant, il y a plus de preuves pour soutenir l’idée que certains temples et monuments étaient essentiellement liés aux étoiles.

Une autre étude réalisée par le professeur Alun Salt, de l’Université de Leicester, suggère que les temples grecs ont été construits pour s’aligner avec les étoiles, bien qu’à une plus petite échelle que Richer ne l’avait imaginé.

Les recherches indiquent que l’alignement est-ouest prédominant ne peut s’expliquer par une simple coïncidence et qu’il suit probablement une convention religieuse basée sur l’astronomie.

La seule exception parmi les 40 temples étudiés est le temple d’Hécate, probablement construit en l’honneur de la déesse de la Lune.

Pour répondre à la question de savoir pourquoi ces temples ont été construits en relation avec les étoiles, nous pourrions nous pencher sur la mythologie ou la religion. Certains temples construits selon des phénomènes astronomiques auraient pu mettre en évidence le rôle des dieux ou aider à interpréter les présages célestes dans les temps anciens.

Cependant, ce n’est là qu’une des nombreuses possibilités.

Néanmoins, il est important de noter qu’un tel lien entre les temples et les étoiles n’est pas unique à la Grèce. En fait, de nombreux autres monuments auraient été érigés dans un passé lointain pour imiter le ciel nocturne.

Prenons l’exemple du positionnement des trois pyramides de Gizeh. Les trois pyramides sont censées imiter les trois étoiles principales de la ceinture d’Orion.

Lire aussi : 3 Énigmes archéologiques de la Grèce antique

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *