3 Énigmes archéologiques de la Grèce antique


L’une des plus grandes énigmes archéologiques est une statue de 7 000 ans sculptée dans du granit représentant une sorte d’homme-oiseau.

énigmes-Grèce

La Grèce antique est généralement reconnue comme la culture séminale ayant servi de base à la civilisation occidentale. La culture de la Grèce a eu une influence puissante sur l’empire romain, qui l’a répandu dans beaucoup de ses territoires en Europe.

La civilisation grecque antique a eu une influence considérable sur la langue, la politique, les systèmes éducatifs, la philosophie, la science et les arts, donnant naissance au courant de la Renaissance des XVe et XVIe siècles en Europe occidentale, et resurgissant aussi pendant les mouvements néoclassiques des XVIIIe et XIXe siècles en Europe ainsi qu’en Amérique.

La civilisation grecque était essentiellement maritime, commerciale et expansive. Une réalité historique dans laquelle la composante géographique a joué un rôle crucial dans la mesure où les caractéristiques physiques de la péninsule balkanique méridionale, de relief accidenté, d’activité agricole compliquée et de communications internes, tandis que sa longue longueur côtière a favorisé son expansion outre-mer.

Certains chercheurs affirment que les premiers Jeux olympiques antiques vers 776 av. J.-C. marquent le début de la période connue sous le nom de Grèce antique. Entre la fin de la période mycénienne et les premiers Olympiens, il y a une époque appelée les siècles obscurs en Grèce, dont il n’existe aucune référence écrite, et il n’existe que quelques vestiges archéologiques anciens.

Néanmoins, l’histoire de la Grèce antique est digne d’éloges et d’admiration.

Les premières découvertes qui témoignent de l’occupation humaine du territoire que nous identifions aujourd’hui comme Grèce remontent aux populations du Paléolithique, vers 7000-6000 av. J.-C. Les gens ont fini par développer l’agriculture et sont ainsi devenus progressivement sédentaires, ont étendu la pratique de la poterie et ont créé des institutions politiques de base.

Plus tard, ils ont commencé à utiliser le bronze, mais le raffinement de leur utilisation s’est produit après le contact avec les populations immigrantes.

La plupart des érudits affirment que les Grecs qui allaient devenir le peuple grec ont migré vers les Balkans par vagues successives à partir du milieu de l’âge du bronze, vers 2 000 ans av. J.-C. D’autres sources universitaires soutiennent que le processus de migration a déjà commencé au cinquième millénaire avant J.-C., lorsque des gens de Mésopotamie et de Syrie se sont rendus dans la région.

Selon ces sources, les premiers immigrants ont trouvé des habitants autochtones qui ont laissé aux nouveaux arrivants beaucoup de traditions, tandis que celles-ci ont apporté dans la région la culture de la poterie, l’agriculture et les formes de religion. Finalement, la civilisation grecque s’est développée et a évolué pour devenir l’une des cultures les plus importantes et les plus influentes à la surface de la planète.

En plus des nombreuses innovations dans des domaines tels que la philosophie, la sociologie et la science, les Grecs anciens nous ont laissé de nombreuses énigmes archéologiques.

Dans cet article, nous examinons trois des plus grands mystères archéologiques de la Grèce antique.

La machine d’Anticythère

L’un des mystères les plus fascinants que l’on puisse retracer jusqu’à la Grèce antique est un étrange ordinateur analogique du monde antique, qui aurait été utilisé pour prédire les positions et les éclipses à des fins de calendrier et astrologiques.

Le dispositif sophistiqué, une merveille unique du monde antique, aurait également été poursuivi en justice par les anciens afin de suivre le cycle de quatre ans des jeux sportifs de la Grèce antique.

Considéré comme le premier ordinateur de l’histoire, l’ancien artefact a été retrouvé sur une épave de l’île d’Anticythère en 1901 et identifié en 1902 comme un appareil à engins par l’archéologue Valerious Stais.

Un ordinateur grec ancien ? La machine d’Anticythère (Fragment A – avant) ; visible est le plus grand engrenage du mécanisme, d’environ 14 centimètres de diamètre. Crédit image : Wikimedia Commons.

Bien qu’il n’y ait aucun texte écrit mentionnant le dispositif, et nous n’avons absolument aucune idée de qui l’a créé, les chercheurs croient que le mécanisme a été construit et conçu par des scientifiques grecs entre 150 et 100 av. J.-C. L’artefact est unique, et aucun autre dispositif similaire n’a été trouvé dans le monde.

La machine d’Anticythère est un ancien ordinateur analogique complexe composé d’au moins 30 engrenages en bronze. L’analyse du dispositif fragmenté a montré qu’il avait très probablement plus de 30 vitesses, ce qui lui a permis de suivre avec précision le mouvement de la Lune et du Soleil dans le zodiaque et de prédire les éclipses en cours de route. Les chercheurs disent que l’artefact a même été possible de modéliser l’orbite irrégulière de la Lune, où la vitesse de la Lune est plus élevée dans sa périgée que dans son apogée.

Son créateur original reste perdu dans l’histoire, bien que les chercheurs croient que l’astronome grec Hipparque de Rhodes aurait participé d’une manière ou d’une autre à la construction de la machine.

Ses plans, tout comme son origine sont perdus dans l’histoire, et la connaissance de la construction de ce type de technologie a été perdue dans l’antiquité. Bien que des œuvres technologiques ressemblant au mécanisme soient apparues dans le monde médiéval byzantin et islamique, des dispositifs d’une complexité similaire ou égale à celle de l’Anticythère n’apparaissent qu’avec la création des horloges astronomiques en Europe au XIVe siècle.

Si la Grande Pyramide de Gizeh est la seule merveille ancienne du monde, la machine d’Anticythère méritait certainement le titre de dispositif technologique le plus sophistiqué et le plus mystérieux du monde antique.

L’énigme entourant le disque de Phaistos

Un autre artefact datant de la Grèce antique a été découvert en 1908 par l’archéologue italien Luigi Pernier dans l’ancien palais minoen de Phaistos.

L’ancien disque mesure 15 centimètres de diamètre et est recouvert d’une série complexe de symboles et de spirales des deux côtés.

La face B du disque de Phaistos, telle qu’exposée au Musée Archéologique d’Héraklion après la rénovation de 2014. Crédit image : Wikimedia Commons.

Considéré comme l’un des plus grands mystères archéologiques de l’histoire, le disque de Phaistos a refusé de révéler ses secrets. Jusqu’à cette date, son lieu de fabrication d’origine, sa signification et sa finalité demeurent des sujets très débattus parmi les chercheurs.

Il comporte 231 jetons composés de 45 signes distincts, qui auraient été faits à la surface du disque en pressant une sorte de sceau de hiéroglyphes dans le disque en argile molle. Le message que porte le disque n’a toujours pas été traduit, bien que de nombreuses tentatives aient été faites pour le faire. Selon les érudits, le disque de Phaistos a 61 “mots”, 31 sur la face A et 30 sur la face B.

Les chercheurs disent que son contenu n’est pas assez clair pour être un script, bien que la plupart des tentatives de décryptage suggèrent qu’il pourrait l’être. La raison pour laquelle les experts n’ont pas été en mesure de déchiffrer le message est qu’il n’y a pas d’exemples connus de symboles identiques ou similaires comme ceux qui figurent sur le disque sur tout autre objet de l’antiquité.

Un homme-oiseau de 7000 ans ?

Littéralement appelée énigme archéologique vieille de 7000 ans, cette petite statue qui selon les experts représente un oiseau, a été sculptée dans du granit sans l’aide d’outils en métal. L’analyse initiale a révélé que la statue remonte très probablement à la période néolithique finale. La région exacte où l’objet a été sculpté reste un mystère bien que certains experts suggèrent qu’il provenait quelque part des régions du nord de la Grèce, en Thessalie ou en Macédoine.

Une statuette néolithique vieille de 7000 ans est temporairement exposée au Musée archéologique national d’Athènes, en Grèce, le 10 février 2017. REUTERS/Alkis Konstantinidis

Mesurant 36 centimètres, l’étrange figurine a un nez pointu, des pattes cylindriques et un ventre rond. Ses origines et sa finalité exacte restent une énigme. Selon le Musée archéologique national d’Athènes, la figure est asexuée car elle ne montre aucun signe de poitrine ou de sexe.

La question de savoir si l’absence de seins ou de parties génitales est intentionnelle ou non demeure controversée et peut être le résultat d’un processus difficile de sculpture du granit sans l’utilisation d’outils métalliques.

Certains chercheurs prétendent que c’était peut-être intentionnel de la part de sociétés anciennes de transmettre un message sur le genre.

“Il pourrait s’agir d’un personnage humain avec un visage d’oiseau ou d’une entité semblable à un oiseau qui n’a rien à voir avec l’homme mais avec l’idéologie et le symbolisme de la société néolithique”, a révélé Katya Manteli, archéologue au musée, dans une interview avec Reuters.

La figure en forme d’oiseau est unique car contrairement à la plupart des figures néolithiques en pierre tendre, celle-ci a été sculptée dans la roche dure malgré le manque d’outils métalliques de l’époque.

Lire aussi : En Grèce, découverte de la plus vieille trace manuscrite de L’Odyssée d’Homère sur une tablette antique

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *