Continent perdu ? Les scientifiques ont trouvé des parties de l’Amérique du Nord en Australie


Georgetown, dans le nord du Queensland (Australie), faisait autrefois partie de l’Amérique du Nord, disent les chercheurs.

C’est ce que semble suggérer la découverte et l’étude subséquente d’une série de roches et de fossiles dans la région.

Si c’est le cas, cela signifierait que l’Australie était connectée au Canada il y a environ 1,7 milliard d’années.

L’idée que les deux continents étaient jadis reliés n’est pas surprenante.

De telles spéculations existent depuis la fin des années 1970, lorsque les scientifiques ont proposé que cette connexion remonte au continent de Rodinia, il y a environ 1,13 milliards d’années.

Cependant, et même sous cette théorie, il manquait une date.

Les résultats obtenus à Georgetown, une petite ville dans le nord-est de l’Australie, semblent aujourd’hui donner un nouvel élan à cette théorie.

Les roches trouvées à Georgetown sont différentes de toutes les autres roches du continent australien.

Cependant, elles présentent d’énormes similitudes avec les roches anciennes que l’on trouve au Canada, dans la section exposée de la croûte continentale appelée bouclier canadien.

Une découverte inattendue, selon des chercheurs de l’Université Curtin, de l’Université Monash et du Queensland Geological Survey en Australie, qui révèle quelque chose sur la composition de l’ancien supercontinent Nuna.

Selon Adam Nordsvan, chercheur principal : “Notre recherche montre qu’il y a environ 1 700 millions d’années, les roches de Georgetown ont été déposées en eau peu profonde lorsque la région faisait partie de l’Amérique du Nord. Georgetown s’est séparé de l’Amérique du Nord et est entré en collision avec la région du mont Isa, dans le nord de l’Australie, quelque 100 millions d’années plus tard. C’était un élément fondamental de la réorganisation continentale globale quand presque tous les continents de la Terre se sont réunis pour former le supercontinent appelé Nuna.”

La dernière fois que les continents étaient proches les uns des autres, c’était le grand supercontinent connu sous le nom de Pangée, qui s’est scindé il y a environ 175 millions d’années.

Cependant, avant Pangée, la planète a connu plusieurs configurations de supercontinents, dont Nuna, également appelée Columbia, qui existait il y a environ 2 500 à 1 500 millions d’années.

L’équipe de chercheurs est arrivée à cette conclusion après avoir examiné les données sédimentologiques et les nouvelles données géochronologiques existantes de Georgetown et du mont Isa, une autre ville éloignée du nord-est de l’Australie.

“Les recherches en cours de notre équipe montrent que cette ceinture montagneuse, contrairement à l’Himalaya, n’aurait pas été très élevée, ce qui suggère que le processus d’assemblage continental final qui a conduit à la formation du supercontinent Nuna n’a pas été une collision difficile comme la récente collision de l’Inde avec l’Asie”, a déclaré le co-auteur Zheng-Xiang Li.

“Cette nouvelle découverte est une étape clé pour comprendre comment le premier supercontinent Nuna de la Terre a pu se former, un sujet que notre équipe multidisciplinaire poursuit toujours à l’Université Curtin.”

La recherche a été publiée dans la revue Geology.

Crédit image : Shutterstock.

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *