De l’or, des temples et encore plus d’or ont été trouvés dans deux des villes englouties d’Égypte


Le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes a annoncé une série de découvertes faites lors de fouilles récentes dans les ruines de deux villes sous-marines – Canope et Héracléion, toutes deux dans la Baie d’Aboukir près d’Alexandrie. Pour résumer : il y a de l’or, de la poterie, des temples, et encore de l’or.

or-égypte-eau

À Canope, une équipe d’archéologues sous-marins dirigée par Franck Goddio a découvert les vestiges d’édifices qui, ensemble, ont permis d’augmenter d’un kilomètre la superficie totale de la ville immergée. L’équipe a également découvert des bijoux en or, des pièces d’or (de la période byzantine), une collection de poteries et des pièces de bronze (de la période ptolémaïque, 305-30 avant notre ère). Ces artefacts, disent-ils, suggèrent que la ville a été habitée entre le IVe siècle avant notre ère et l’ère islamique, à partir du VIIe siècle de notre ère.

À Héracléion (ou Thonis, comme on l’appelle en égyptien), les archéologues ont trouvé des parties du Garp Amun – le principal temple de la ville (et maintenant, complètement détruit). Il y avait aussi les restes d’un petit temple grec et des pièces de poterie et de vaisselle datant des IIIe et IIe siècles avant notre ère. De plus, il y avait des pièces de bronze du règne du roi Ptolémée II (285-246 av. J.-C.) et des sections de colonnes de la même époque.

Jusqu’en 2000, l’existence de Thonis-Héracléion n’était connue qu’en raison de sa documentation dans les textes classiques anciens ainsi que de sa mention occasionnelle dans les inscriptions trouvées sur terre. Selon le site de Franck Goddio, c’était le port d’entrée obligatoire en Égypte depuis la Grèce jusqu’à la fondation d’Alexandrie (du nom d’Alexandre le Grand) en 331 av. J.-C.

Selon la légende – selon l’écriture de l’historien grec Hérodote au Ve siècle avant notre ère – un grand temple a été construit dans la ville où le héros grec Héraclès a mis les pieds pour la première fois en Égypte. Elle aurait également été visitée par Pâris et Hélène avant que la guerre de Troie n’éclate.

Malgré sa fin tragique (au huitième siècle de notre ère et après diverses catastrophes naturelles, la ville s’est effondrée sur le fond de la mer Méditerranée), elle a eu une longue vie et a probablement été fondée vers le huitième siècle avant notre ère, a dit M. Goddio.

Sa ville voisine, Canope, est également référencée dans divers textes classiques. Sa première mention se trouve dans un poème de Solon, un homme d’État, législateur et poète athénien, de la première moitié du VIe siècle avant notre ère. Dans un autre poème – celui de Nicandre, il fut mordu par une vipère sur le sable de Thonis et mourut dans la ville. D’où son nom. Elle était connue pour sa signification religieuse et le mode de vie opulent de ses habitants.

Selon le communiqué de presse du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, des archéologues ont également travaillé sur quelque 75 navires découverts dans la région, dont un navire de style égyptien ancien datant du Ve siècle avant notre ère.

Cela fait partie d’un projet à long terme visant à explorer les villes englouties du port oriental d’Alexandrie et de la baie d’Aboukir.

Lire aussi : L’Égypte ouvre deux anciennes pyramides et dévoile des sarcophages et momies récemment découverts

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *