De nouveaux fossiles suggèrent que des ancêtres humains ont évolué en Europe et non en Afrique

Les experts affirment que les mâchoires d’un ancien singe européen révèlent un ancêtre humain clé.

évolution-humaine

  • Les os de la mâchoire d’un singe de 8 millions d’années ont été découverts à Nikiti, en Grèce, dans les années 90.
  • Les chercheurs pensent qu’il pourrait s’agir d’une espèce auparavant inconnue et d’un des premiers ancêtres évolutionnaires de l’humanité.
  • Ces fossiles peuvent changer notre façon de voir l’évolution de notre espèce.

L’Homo sapiens est sur Terre depuis 200 000 ans – à quelques dizaines de milliers d’années près. Une grande partie de cette époque est enveloppée dans le brouillard de la préhistoire. Ce que nous savons a été reconstitué en déchiffrant les fossiles à travers les principes de la théorie évolutionnaire. Pourtant, les nouvelles découvertes offrent la possibilité de remodeler ces connaissances et d’amener les scientifiques à de nouvelles conclusions, qui n’avaient pas encore été prises en considération.

Un ensemble de dents de 8 millions d’années a peut-être justement fait cela. Des chercheurs ont récemment inspecté la mâchoire supérieure et inférieure d’un ancien singe européen. Leurs conclusions suggèrent que les ancêtres de l’humanité sont peut-être apparus en Europe avant de migrer en Afrique, bouleversant potentiellement un consensus scientifique qui existe depuis l’époque de Darwin.

Repenser l’histoire de l’origine de l’humanité

évolution-humaine

Le frontispice de Thomas Huxley’s Evidence as to Man’s Place in Nature (1863) dessiné par l’artiste d’histoire naturelle Benjamin Waterhouse Hawkins. (Photo : Wikimedia Commons)

Comme le rapporte New Scientist, les os de la mâchoire d’hominidés de 8 à 9 millions d’années ont été trouvés à Nikiti, dans le nord de la Grèce, dans les années 90. À l’origine, les scientifiques pensaient que les os appartenaient à un membre d’Ouranopithecus, un genre de singe d’Eurasie éteint.

David Begun, anthropologue à l’Université de Toronto, et son équipe ont récemment réexaminé les os de la mâchoire. Ils font valoir que l’identification initiale était incorrecte. En se basant sur les canines et les racines prémolaires du fossile, ils identifient que le singe appartient à un proto-hominidé inconnu auparavant.

Les chercheurs émettent l’hypothèse que ces proto-hominidés étaient les ancêtres évolutionnaires d’un autre grand singe européen, Graecopithecus, que la même équipe a provisoirement identifié comme un hominidé précoce en 2017. Graecopithecus vivait dans le sud-est de l’Europe il y a 7,2 millions d’années. Si la prémisse est correcte, ces hominidés auraient migré en Afrique il y a 7 millions d’années, après avoir subi une grande partie de leur développement évolutionnaire en Europe.

David souligne que le sud-est de l’Europe était autrefois occupé par les ancêtres d’animaux comme la girafe et le rhinocéros. “Il est largement admis que c’était la faune trouvée de la plupart de ce que nous voyons aujourd’hui en Afrique”, a-t-il déclaré à New Scientists. “Si les antilopes et les girafes ont pu entrer en Afrique il y a 7 millions d’années, pourquoi pas les singes ?”

Il a récemment exposé cette idée lors d’une conférence de l’American Association of Physical Anthropologists.

Il est intéressant de noter que M. Begun a déjà fait des hypothèses similaires auparavant. Écrivant pour le Journal of Human Evolution en 2002, David Begun et Elmar Heizmann du Muséum d’histoire naturelle de Stuttgart ont discuté d’un fossile de grand singe trouvé en Allemagne qui pourrait être l’ancêtre (au sens large) de tous les grands singes vivants et humains.

“Trouvé en Allemagne il y a 20 ans, ce spécimen a environ 16,5 millions d’années, soit 1,5 million d’années de plus que les espèces similaires d’Afrique de l’Est”, a déclaré M. Begun dans un communiqué. “Cela suggère que la lignée des grands singes et des humains est apparue en Eurasie et non en Afrique.”

Migrer hors d’Afrique

Dans La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe, Charles Darwin a proposé que les hominidés descendent d’Afrique. Compte tenu du nombre relativement restreint de fossiles disponibles à l’époque, Darwin se montre astucieux en affirmant que son hypothèse reste la théorie dominante.

Depuis l’époque de Darwin, nous avons mis au jour de nombreux autres fossiles et découvert de nouvelles preuves en génétique. Ainsi, notre histoire d’origine africaine a fait l’objet de nombreuses mises à jour et révisions depuis 1871. Aujourd’hui, elle s’est scindée en deux théories : la théorie “hors d’Afrique” et la théorie multirégionale.

La théorie “hors d’Afrique” suggère que le berceau de toute l’humanité était l’Afrique. L’Homo sapiens a évolué exclusivement et récemment sur ce continent. À un moment de la préhistoire, nos ancêtres ont migré d’Afrique en Eurasie et ont remplacé d’autres sous-espèces du genre Homo, telles que les Néandertaliens. C’est la théorie dominante parmi les scientifiques, et les preuves actuelles semblent l’appuyer au mieux – cependant, disons cela dans certains milieux et soyez prêt pour un débat de fin de soirée qui va bien au-delà du dernier appel.

La théorie multirégionale suggère que les humains ont évolué en parallèle dans différentes régions. Selon ce modèle, les hominidés Homo erectus ont quitté l’Afrique pour s’établir en Eurasie et (peut-être) en Australie. Ces populations disparates se sont finalement transformées en humains modernes grâce à une bonne dose de flux génétique.

Bien sûr, il y a les grandes lignes des modèles très nuancés, et nous omettons beaucoup de discussions. Il y a, par exemple, un débat sur la question de savoir si les fossiles de l’Homo erectus africain devraient être considérés aux côtés des fossiles asiatiques ou s’ils devraient être étiquetés comme une sous-espèce différente, l’Homo ergaster.

Les partisans du modèle hors d’Afrique ne savent pas si les humains non africains descendent d’une seule migration hors d’Afrique ou d’au moins deux grandes vagues de migration suivies de beaucoup de croisements.

Sommes-nous allés à l’est ou au sud d’Eden ?

Tous les anthropologues ne sont pas d’accord avec les conclusions de Begun et de son équipe. Comme l’a noté le New Scientist, il est possible que le singe Nikiti ne soit pas du tout apparenté aux hominidés. Il se peut qu’il ait évolué de façon indépendante, développant des dents pour manger des aliments similaires ou mâcher de la même manière que les hominidés précoces.

En fin de compte, le singe Nikiti à lui seul n’offre pas assez de preuves pour améliorer le modèle hors d’Afrique, qui est soutenu par un registre fossile plus robuste et des preuves ADN. Mais d’autres preuves peuvent être découvertes pour donner plus de crédibilité à l’hypothèse de David Begun ou nous conduire à des idées encore irréfléchies sur l’évolution de l’humanité.

Lire aussi : L’IA trouve les traces d’une espèce perdue dans l’ADN humain

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *