Des archéologues en Turquie découvrent un mystérieux royaume antique perdu dans l’histoire


On disait que tout ce qu’il touchait se transformait en or. Mais le destin a fini par rattraper le légendaire roi Midas, et une chronique longtemps perdue de son ancienne chute semble avoir littéralement fait surface en Turquie.

royaume

L’année dernière, des archéologues ont enquêté sur un ancien tumulus dans le centre de la Turquie, appelé Türkmen-Karahöyük. La grande région, la plaine de Konya, regorge de métropoles perdues, mais même ainsi, les chercheurs n’auraient pas pu être préparés à ce qu’ils allaient trouver.

Un fermier local a raconté au groupe qu’un canal voisin, récemment dragué, a révélé l’existence d’une grosse pierre étrange, marquée d’une sorte d’inscription inconnue.

“Nous pouvions la voir sortir de l’eau, alors nous avons sauté directement dans le canal – jusqu’à la taille en pataugeant”, explique l’archéologue James Osborne de l’Université de Chicago.

“Tout de suite, il était clair qu’il était ancien, et nous avons reconnu l’écriture dans laquelle il était écrit : Louvite, la langue utilisée dans la région à l’âge du bronze et du fer”.

pierre

La pierre à moitié submergée avec des inscriptions datant du VIIIe siècle avant J.-C. (James Osborne)

Avec l’aide de traducteurs, les chercheurs ont découvert que les hiéroglyphes de cet ancien bloc de pierre – appelé stèle – vantaient une victoire militaire. Et pas n’importe quelle victoire militaire, mais la défaite de la Phrygie, un royaume d’Anatolie qui existait il y a environ 3 000 ans.

La maison royale de Phrygie était dirigée par quelques hommes différents appelés Midas, mais la datation de la stèle, basée sur une analyse linguistique, suggère que les hiéroglyphes du bloc pourraient faire référence au roi Midas.

Les marquages de la pierre contenaient également un hiéroglyphe spécial symbolisant que le message de victoire venait d’un autre roi, un homme appelé Hartapu. Les hiéroglyphes suggèrent que Midas a été capturé par les forces de Hartapu.

“Les dieux de la tempête ont livré les rois [adverses] à sa majesté”, peut-on lire sur la pierre.

Ce qui est significatif, c’est que presque rien n’est connu sur le roi Hartapu, ni sur le royaume qu’il dirigeait. Néanmoins, la stèle suggère que le monticule géant de Türkmen-Karahöyük pourrait avoir été la capitale de Hartapu, s’étendant sur quelque 300 acres à son apogée, le cœur de l’ancienne conquête de Midas et de la Phrygie.

“Nous n’avions aucune idée de ce royaume”, dit Osborne. “En un éclair, nous avons eu de nouvelles informations sur le Moyen-Orient de l’âge de fer.”

inscriptions

Inscriptions en louvite découvertes sur une pierre provenant d’une fouille voisine. (Institut oriental)

Il y a encore beaucoup de fouilles à faire dans le cadre de ce projet archéologique en cours, et les découvertes faites jusqu’à présent doivent être considérées comme préliminaires pour l’instant. L’équipe internationale est impatiente de revisiter le site cette année, afin de découvrir tout ce que nous pouvons sur ce royaume apparemment perdu dans l’histoire.

“À l’intérieur de ce monticule, il y aura des palais, des monuments, des maisons”, déclare Osborne. “Cette stèle est une merveilleuse trouvaille, incroyablement chanceuse – mais ce n’est que le début.”

Vous pouvez en savoir plus sur les recherches ici et ici.

Lire aussi : Découverte d’un sarcophage romain antique avec un squelette féminin et une bouteille de parfum en Turquie

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *