Anomalie lunaire : le rover chinois a repéré quelqu’un chose d’étrange sur la face cachée


Le rover lunaire chinois Yutu-2 a découvert ce qui semble être des roches relativement jeunes au cours de ses récentes activités d’exploration de l’autre côté de la Lune.

lune

Le rover de la mission Chang’e-4 a pris des images de roches dispersées, apparemment plus claires, au cours du 13e jour lunaire de la mission, en décembre 2019, selon le blog scientifique chinois Our Space.

Les spécimens, qui sont très différents de ceux déjà étudiés par le rover, pourraient compléter les connaissances de l’équipe sur l’histoire géologique et l’évolution de la région, appelée cratère Von Kármán.

Une inspection plus approfondie des roches par l’équipe du rover a révélé une faible érosion, qui sur la Lune est causée par les micrométéorites et les énormes changements de température au cours des longs jours et nuits lunaires. Cette anomalie suggère que les fragments sont relativement jeunes. Au fil du temps, les roches ont tendance à s’éroder en sols.

La luminosité relative des roches indique également qu’elles pourraient provenir d’une zone très différente de celle explorée par Yutu-2.

Chang’e-4 a effectué un alunissage en douceur historique, le tout premier de l’histoire, sur la face cachée de la Lune en janvier 2019. Von Kármán, un cratère d’environ 180 kilomètres de large, a environ 3,6 milliards d’années. La lave l’a inondé à de multiples reprises depuis sa formation, le laissant relativement lisse et sombre. Le cratère lui-même se trouve dans le bassin du Pôle Sud-Aitken, un cratère d’impact encore plus massif et plus ancien.

Un fragment de roche vu par une caméra Yutu-2. (Crédit image : CNSA/CLEP/Our Space)

Dan Moriarty, chercheur du programme postdoctoral de la NASA au Goddard Space Flight Center dans le Maryland, a déclaré que la taille, la forme et la couleur des roches fournissent des indices sur leur origine.

“Comme les roches ont toutes une taille et une forme assez similaires, il est raisonnable de penser qu’elles pourraient toutes être liées”, a-t-il déclaré à Space.com. “Chang’e-4 a atterri sur une zone volcanique, une plaque de basalte, et ces matériaux volcaniques sont beaucoup plus sombres que la croûte lunaire normale des hautes terres. Si ces roches sont effectivement plus lumineuses que le sol, cela pourrait signifier qu’elles sont composées d’une plus grande proportion de matériaux brillants de la croûte des hautes terres que les sols volcaniques environnants.”

surface-Lune

Image de la surface du cratère Von Kármán de Yutu-2, diffusée en février 2020. (Crédit image : CNSA/CLEP)

Moriarty a fait remarquer que des images à plus haute résolution de la roche fourniraient plus d’informations. “Si la roche a l’apparence de nombreux fragments hétérogènes ‘soudés’ ensemble, cela indiquerait une brèche régolithique”, qui sont formés par l’immense chaleur d’un impact de météorite, a-t-il dit. “Si la roche semble plus cohérente, alors il pourrait s’agir d’une roche crustale primaire excavée par l’impact.”

La Chine a récemment publié un énorme lot de données et d’images étonnantes provenant de l’atterrisseur Chang’e-4 et du rover Yutu-2. Cependant, la publication n’a pas inclus les données du 13e jour, ce qui signifie que les images haute résolution de ces spécimens intrigants ne sont pas encore publiques.

Concernant l’âge des roches, Moriarty a déclaré que “frais” est un terme relatif : Dans ce cas, cela signifie que les roches se sont formées après les principaux événements de resurfaçage dans le cratère Von Kármán. “Cela pourrait donc être 10-100 millions d’années [il y a] ou 1-2 milliards d’années. C’est vraiment difficile à dire de façon définitive.”

Pour en savoir plus, l’équipe Yutu-2 a navigué sur le rover afin d’analyser l’un des spécimens avec son spectromètre infrarouge (VNIS), qui détecte la lumière qui est diffusée ou réfléchie par les matériaux pour révéler leur composition.

Comme les fragments sont petits et que le terrain lunaire est très difficile, l’équipe a fait des calculs minutieux et des ajustements fins afin de faire entrer les roches dans le champ de vision du VNIS, selon Our Space. Cela peut expliquer la distance relativement courte parcourue par Yutu-2 au cours du 13e jour lunaire : 12,6 mètres. Au total, Yutu-2 a parcouru 357 mètres depuis son arrivée dans le cratère Von Kármán.

rover-Lune

Yutu-2 revient sur les traces qu’il a faites dans le sol lunaire. (Crédit image : CNSA/CLEP)

Plus tôt en 2019, Yutu-2 a effectué de nombreuses approches sur un échantillon de roche non identifié, que Our Space a décrit comme “gélifié”.

L’atterrisseur Chang’e-4 et Yutu-2 ont terminé leur 14e jour lunaire de science et d’exploration le 31 janvier, avant le coucher du Soleil sur la zone d’atterrissage du cratère Von Kármán. Le 15e jour a commencé le 17 février, Yutu-2 devant se diriger vers le nord-ouest puis le sud-ouest pour atteindre un point cible désigné.

La Chine prévoit de lancer Chang’e-5, une mission de retour d’échantillons, au cours du second semestre de cette année. Il permettra de collecter environ 2 kilogrammes d’échantillons d’Oceanus Procellarum sur la face proche de la Lune avant de retourner sur Terre. Si cela réussit, la mission de secours Chang’e-6 pourrait tenter de récupérer des échantillons du bassin du bassin Pôle sud-Aitken ou du pôle sud lunaire vers 2023.

Lire aussi : L’équipe de Chang’e 4 vient de sortir de nouvelles photos étonnantes de la face cachée de notre Lune

Source : Space.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *