Des monolithes préhistoriques découverts pour la première fois dans le centre de la France


Des archéologues français ont découvert pour la première fois des pierres monolithiques rares dans la partie centrale du pays, sur un site contenant un squelette du Néolithique.

monolithes-France-découverte

Présents dans toute l’Europe occidentale, du Royaume-Uni à l’Italie et même jusqu’en Afrique du Nord et en Inde, les menhirs sont des curiosités communes qui attirent aussi bien les touristes que les chercheurs.

Une série de ces pierres dressées forment ce que nous appelons Stonehenge.

Mais on ne trouve pas de telles pierres dans le centre de la France. Enfin, jusqu’à maintenant.

Selon l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) :

La fouille de 1,6 hectares a révélé une trentaine de monolithes, de 1m à 1,60m. Ces menhirs forment un alignement plus ou moins rectiligne et continu, s’étirant sur 150 m dans l’emprise de la fouille et probablement au-delà. Ils sont bordés d’un autre alignement de grands blocs de pierre, dans la continuité desquels, cinq pierres forment un ensemble de fers à cheval. Enfin, six blocs, régulièrement espacés, forment un cercle de 15 m de diamètre.

Très visible dans le paysage, le plus grand alignement présente une perspective étonnante : les plus grands menhirs sont principalement au sommet de la pente vers le nord, les plus petits au sud, moins éloignés les uns des autres. Cet alignement suit un axe nord-sud, à proximité du passage d’un col.

La découverte a été faite près de Veyre-Monton lors de l’élargissement d’une autoroute importante.

Vue aérienne du site néolithique dans le centre de la France. Image via l’INRAP.

Malheureusement, comme d’autres monolithes, les pierres ont apparemment été abattues et recouvertes comme si la communauté voulait enterrer des croyances du passé, très probablement celles des premiers chrétiens, et le site rappelle aux chercheurs d’autres sites similaires.

Comme certains monuments, dont Belz dans le Morbihan, les menhirs de Veyre-Monton ont été détruits. Poussés dans de grandes fosses, parfois mutilés ou couverts de terre, les monolithes semblent avoir été intentionnellement retirés du paysage.

Cet ensemble évoque d’abord les grands monuments mégalithiques armoricains, notamment celui de Carnac, mais il fait partie d’un réseau dense d’expressions mégalithiques présentes dans toute l’Europe occidentale.

Situées dans le nord-ouest de la France en Bretagne, les pierres de Carnac sont un exemple étonnant de monolithes encore debout qui représentent les peuples néolithiques d’aujourd’hui.

Les pierres de Carnac dans le nord-ouest de la France sont un exemple de monolithes néolithiques. C’est ainsi que les pierres récemment trouvées dans le centre de la France auraient eu l’air si elles n’avaient pas été endommagées. Image via Wikimedia.

L’INRAP souligne que les menhirs auraient nécessiter beaucoup d’efforts pour être déplacés sur le site et les maintenir debout, et ils ont une bonne idée de leur lieu d’origine.

Les menhirs de basalte proviennent d’origines différentes. Leur poids inférieur à une tonne n’implique pas de prouesses techniques pour leur transport, mais représente néanmoins un investissement humain considérable. Entre autres, on peut imaginer que différentes communautés ont contribué à l’alignement en apportant des pierres de leur territoire. Deux des sites d’extraction possibles, les plateaux de Crest et de Corent, sont des lieux d’occupation importants du Néolithique et du Protohistoire.

Et ce n’est pas tout. Parfois, les menhirs sont sculptés pour être anthropomorphes, et un menhir trouvé sur le site est exactement cela.

Anthropomorphique, la statue a une éminence arrondie, posée sur des épaules sommairement latérales, et deux petits seins. Ces reliefs ont été obtenus en taillant toute la surface de la pierre. Cinquante centimètres sous les seins, abductions symétriques, très érodées, mais formant un chevron gravé pourrait correspondre aux avant-bras placés sur l’abdomen.

Un menhir sculpté dans ce qui semble être une figure anthropomorphique. Image via l’INRAP.


Une autre vue de la pierre menhir anthropomorphique. Image via l’INRAP.

L’équipe a également trouvé les restes d’un cairn, qui servait souvent de tumulus funéraires au Néolithique, dont certains sont encore visibles aujourd’hui.

Exemple d’un cairn complet du Néolithique situé dans le nord-ouest de la France. Image via Wikimedia.

Malheureusement, même le cairn semble avoir été démantelé et enterré pour l’effacer du paysage.

Comme l’alignement des menhirs, le cairn a finalement été délibérément retiré du paysage. Les pierres qui constituaient son élévation ont été arrachées du monument et jetées dans une grande fosse à côté.

L’équipe estime qu’au moins 30 tonnes de pierres ont été utilisées pour construire le cairn et ont été transportées à quelques kilomètres de là.

Et comme un vrai cairn funéraire, l’équipe a vite trouvé un squelette.

Le cairn, long de 14 m et large de 6,5 m, quadrangulaire, est construit autour d’une tombe. Cette sépulture accueille les restes d’un grand homme. Son corps était protégé par un réceptacle de bois aujourd’hui disparu, entouré et coincé de blocs. Compte tenu de leur taille, certains de ces blocs peuvent correspondre à des menhirs déplacés ou même délibérément fragmentés.

L’image aérienne du cairn est complète avec une tombe ouverte contenant un squelette. Image via l’INRAP.


Vue du cairn et de la tombe de plus haut. Image via l’INRAP.

L’INRAP a salué le site comme étant le premier du genre à être mis au jour dans la région.

“C’est la première fois que de tels alignements, cairn et statue-menhir, sont mis en lumière en Auvergne, et plus largement dans le centre de la France.

Nous ne savons presque rien des gens qui ont érigé les menhirs. Nous ne connaissons pas leur langue, ni leurs croyances religieuses. Nous pouvons supposer, cependant, que les premiers chrétiens les croyaient païens. Les archéologues croient qu’il y avait autrefois beaucoup plus de sites monolithiques dans le monde que les 10 000 qui existent aujourd’hui. Ainsi, peut-être qu’un jour, ils découvriront un monolithe qui nous fournira les connaissances dont nous avons besoin sur ces humains préhistoriques d’il y a plusieurs milliers d’années. D’ici là, ce n’est qu’un autre mystère majeur qui attend d’être résolu.

Plus de discussion sur les mégalithes de FRANCE 24 en anglais ci-dessous :


Lire aussi : Découverte en France de l’un des plus importants gisements d’œufs de dinosaures du monde

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *