Le plus vieux papyrus du monde révèle comment les pyramides égyptiennes ont été construites

vieux papyrus

L’Égypte a captivé l’imagination du monde depuis l’époque des anciens. Elle a connu l’une des civilisations les plus anciennes, qui s’est fusionnée et a refait surface sous l’influence de la Grèce et de Rome, avant de devenir finalement un centre d’apprentissage arabe. Encore aujourd’hui, c’est l’un des deux principaux centres de la culture arabe et les ventes de livres arabes se mesurent à leur succès en Égypte et en Arabie Saoudite seulement.

Elle a également eu un prix Nobel, à Naguib Mahfouz également en 1988.

Quoi qu’il en soit, maintenant que nous avons fait de l’Égypte un centre de grande compréhension humaine, passons au cœur du sujet : les pyramides de Khéops.

Ce sont les plus anciennes et les seules merveilles antiques du monde qui subsistent encore, sans doute et scepticisme. Nous disons cela parce que l’un des autres, les jardins suspendus de Babylone, n’existait peut-être pas du tout selon les experts.

Les grandes pyramides ont servi de tombeau au pharaon Khéops, et la construction a duré tout le long de son règne. Elles sont massives, construites avec des millions de pierres parfaitement taillées et alignées à un angle particulier pour créer la pente parfaite de la pyramide. Chaque pierre pesait en moyenne environ deux tonnes et demie, les plus grosses pesant entre 6 et 10 tonnes.

Egypt's Great Pyramid: The new evidence

If you thought the pyramids were built by aliens, giants or giant aliens, this will change your mind.

Publiée par Channel 4 sur Mardi 3 octobre 2017

Il n’est pas étonnant que toute une école de pensée populaire comme la théorie des astronautes antiques ait pensé que, parmi de nombreux monuments similaires, les pyramides aussi étaient le résultat d’une technologie extraterrestre et qu’en aucun cas une culture antique de l’âge du bronze n’aurait pu atteindre une telle ingéniosité.

C’est là qu’un manuscrit de papyrus égyptien est venu à la rescousse de sa mère patrie.

Il s’avère que dans une tournure dramatique de l’événement, le plus ancien des manuscrits sur qpapyrus découvert jusqu’à ce jour, montre aux archéologues le secret de l’ingénierie égyptienne ancienne.

Le parchemin détaille son auteur Merer et ses compétences dans le transport de la pierre dans le bâtiment ultime de l’ancienne merveille. Ce que l’on croyait auparavant a été réfuté en partie, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le professeur Mohammed Abd El-Maguid a travaillé sur ce manuscrit. Le manuscrit dit que Merer a utilisé un système élaboré de transport d’eau pour transporter des blocs individuels d’une carrière de pierre sur les rives du Nil, à l’emplacement de la pyramide.

D’abord, la pierre a été découpée en bloc. Puis, grâce à un système de leviers relevés, elle était chargée à un endroit précis sur le bateau qui attendait. Un pouce par-ci, un pouce par-là et le bateau coulait. Cela a été fait avec l’œil d’un ingénieur avisé.

Ensuite, le bateau naviguerait par la rivière à travers le désert, pour atteindre le site de la pyramide.

Là, grâce à un système de rails élaborés et de rouleaux en bois, des blocs individuels étaient transportés par des ouvriers et des esclaves.

Maguid, qui a lui-même recréé les étapes avec une suite d’ouvriers, a remarqué à quel point cette formule pouvait être rapide. Encore une fois, l’ingéniosité, le sens de l’ingénierie et non l’aide d’extraterrestre.

Les ingénieurs égyptiens, y compris Merer, ont été confrontés à la question de façonner le bloc pour qu’il s’adapte au bord de la pyramide. Même alors, ils ont trouvé une solution mathématique élégante, devançant le théorème de Pythagore de plusieurs siècles. Ils ont essentiellement utilisé un ratio de 11 et 14 unités pour la hauteur et la largeur de la coupe.

Et c’était si précis que d’anciens récits de voyageurs racontent comment les jointures étaient presque invisibles dans de la pierre blanche.

On ne peut qu’être émerveillé et époustouflé par les compétences de ces ingénieurs, alors qu’ils n’avaient que leur esprit, leurs marteaux, leurs ciseaux et leurs cordes nouées sur mesure.

La question qui se pose vraiment est la suivante : avons-nous progressé ou la civilisation a-t-elle reculé ?

Source : TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche

2 Commentaires

  1. Sorin

    Bonjour, affabulation sur les écrits de Merer à aucun moments dans les écrits il est question de la pyramide de kheops kephren ou Mykérinos , il s agit certes de construire quelque chose mais on ne sait pas quoi?

  2. pierre

    Encore une théorie fumeuse de l’orthodoxie en place qui veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes et continue à propager le mensonge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *