Les mystérieuses îles artificielles en Écosse ont des milliers d’années de plus que ce que nous pensions

Dans le passé lointain du nord des îles britanniques, les anciens humains n’habitaient pas toujours sur la terre ferme.

Dans toute l’Écosse, l’Irlande et le Pays de Galles, les fondations de milliers d’îles artificielles mystérieuses survivent encore aujourd’hui : appelées crannogs, ces étranges structures ont été construites il y a longtemps par des mains préhistoriques, dans les eaux froides des rivières, lacs et bras de mer.

Depuis combien de temps exactement ces choses ont été façonnées ? C’est quelque chose qui n’a jamais été entièrement compris. Traditionnellement, les archéologues estimaient que les crannogs écossais n’étaient pas antérieurs à l’âge du fer et avaient été construits vers 800 avant notre ère.

Mais au cours des dernières années, on a découvert que ces structures d’ingénierie pourraient être beaucoup plus anciennes, et une nouvelle étude confirme que les formations sont en fait des milliers d’années plus anciennes que nous ne le pensions.

(Fraser Sturt)

En utilisant la datation au radiocarbone de quatre sites situés dans les Hébrides extérieures (les îles occidentales de l’Écosse), les chercheurs ont découvert d’anciens crannogs datant de 3640-3360 avant notre ère, ce qui signifie que les premiers humains ont construit ces îles artificielles géantes il y a environ 5 500 ans, avant même la construction du Stonehenge.

“Ces crannogs représentent un effort monumental fait il y a des milliers d’années pour construire des mini-îles en empilant de nombreuses tonnes de roches sur le fond du loch”, a dit l’archéologue Fraser Sturt de l’Université de Southampton.

Ce n’est pas la première fois que les archéologues se demandent si les crannogs pourraient avoir des origines néolithiques. Selon les fouilles menées dans les années 80 au crannog, Eilean Dòmhnuill pourrait remonter à des milliers d’années, mais pendant des décennies, aucun autre spécimen comparable n’a été retrouvé.

Les choses ont changé en 2012, lorsque l’ancien plongeur de la Royal Navy Chris Murray, qui résidait sur l’île de Lewis en Écosse, est devenu intrigué par un crannog dans les eaux du Loch Arnish.

Plongeant à côté des vestiges de la plate-forme altérée, M. Murray a fait une découverte totalement inattendue : caché sous la surface du lac autour de l’île artificielle, il a trouvé une collection éparpillée de pots remarquablement bien conservés du Néolithique ancien et moyen, situés sur le fond du loch.

Céramique néolithique récupérée au Loch Arnish en 2012. (Chris Murray)

En collaboration avec Sturt et d’autres chercheurs, l’équipe a enquêté sur Loch Arnish et plusieurs autres crannogs – dont certains n’avaient jamais été identifiés dans les archives archéologiques et ont été localisés à l’aide de Google Earth.

Au total, les chercheurs ont découvert plus de 200 récipients en céramique néolithique jetés par cinq crannogs – preuve d’une pratique culturelle étendue et mystérieuse que nous ne connaissions pas jusqu’à présent.

“L’étude et les fouilles de ces sites ont démontré – pour la première fois – que les crannogs étaient une caractéristique répandue du Néolithique et qu’ils étaient peut-être des endroits spéciaux, comme en témoigne le dépôt de culture matérielle dans l’eau environnante”, rapportent les chercheurs dans un nouvel article.

“Ces résultats remettent en question les conceptions actuelles de la colonisation néolithique, de la monumentalité et de la pratique sédimentaire, tout en suggérant que d’autres chiens canneurs ‘non datés’ en Écosse et en Irlande pourraient avoir des origines néolithiques.”

Les investigations du site, qui comprenaient un mélange de relevés sous-marins et aériens, ainsi que des fouilles et des analyses au radiocarbone, ont révélé des preuves évidentes que les crannogs étaient d’origine humaine. Les anciens bâtisseurs ont créé les structures en empilant des rochers pour faire des îlots artificiels.

Sur l’un des sites, Loch Bhorgastail, d’anciennes pièces de bois ont également été observées sur les bords du crannog, qui auraient été placées pour accroître la stabilité de la structure de la roche.

Six crannogs qui ont produit des matériaux néolithiques. (Garrow & Sturt, Antiquity, 2019)

Parfois, une chaussée en pierre mène à l’île ; à d’autres endroits, il semble qu’il n’y ait pas de chaussée, ce qui suggère que le crannog aurait pu être atteint par bateau, ou peut-être par un pont en bois.

Bien qu’il ne reste aucune autre trace de bois sur aucun des sites, on pense que les crannogs ont pu porter des structures en bois et des habitations construites au-dessus d’eux, d’où la poterie ancienne a été jadis lancée – et non, semble-t-il, par accident.

“Les quantités de matériaux maintenant identifiés autour de plusieurs sites, et la position de ces navires par rapport aux îlots, suggèrent que des pots ont été intentionnellement déposés dans l’eau”, écrivent les chercheurs.

“De nombreux navires avaient beaucoup de suie sur leurs surfaces externes, et certains avaient des résidus internes carbonisés ; ils avaient clairement été utilisés avant le dépôt.”

Quant à ce que signifiaient ces anciennes dispositions dans le loch, et les autres buts que pouvaient avoir les crannogs, nous ne savons pas.

Mais étant donné la quantité de travail qui a dû être consacrée à la création de ces structures géantes – conçues avec des pierres pesant jusqu’à 250 kilogrammes par pièce – il est clair qu’elles devaient avoir une importance particulière pour la communauté préhistorique qui a déjà habité ces espaces mystérieux.

Peut-être les crannogs étaient-ils réservés à d’importantes fêtes de célébration, ou utilisés dans les rituels mortuaires, avec le fond aqueux du loch encadrant en quelque sorte l’altérité de ces rassemblements d’il y a longtemps.

“Ils auraient nécessité un énorme investissement de main-d’œuvre pour construire et sont probablement restés des endroits importants pendant longtemps”, expliquent les chercheurs.

“Ces îlots auraient aussi pu être perçus comme des lieux spéciaux, leur environnement aquatique créant une séparation de la vie quotidienne. Le processus de passage vers les îlots a peut-être mis l’accent sur cette séparation ; les pratiques qui ont eu lieu sur ces îlots semblent avoir été très différentes de celles de la vie ‘normale’.”

Les résultats sont rapportés dans Antiquity.

Lire aussi : Le mystère du Triangle de Pag : L’étrange formation terrestre reste inexpliquée

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *