Une ancienne guerrière retrouvée enterrée avec des bijoux rares créés sous l’Empire romain


Une tombe contenant un squelette vieux de 2 000 ans a récemment été déterrée dans la république russe de Kabardino-Balkarie, et il semble que les restes soient ceux d’une ancienne guerrière qui vivait sous l’Empire romain.

Selon le Daily Mail :

“Elle a été trouvée dans le district fédéral du Caucase du Nord et on pense qu’elle était d’un ‘statut élevé’ au sein de sa communauté – peut-être la femme, la sœur ou la mère d’un grand guerrier ou d’un chef.”

Les archéologues qui ont découvert le tombeau ont été particulièrement intéressés par les bijoux découverts en même temps, dont deux “anneaux très précieux” avec des centres en verre foncé. L’archéologue Anna Kadieva a noté :

“Elle avait deux bagues sur les doigts fabriquées à l’aide d’une technologie assez complexe.”

“Chacune d’elles est coulée dans du verre blanc transparent avec des fibres dorées du même matériau, avec une installation en verre foncé au milieu.”

On pense que cette femme était originaire du peuple guerrier des Alans qui est arrivé dans le Caucase aux Ier et IIe siècles après J.-C., rapporte Ancient Origins. Les anneaux étaient probablement “de fabrication romaine”, et une description de ces anneaux met en évidence la quantité de travail nécessaire à leur fabrication :

“Un médaillon d’améthyste violette brillante a également été découvert et les archéologues ont découvert que les perles trouvées sur les chaussures de la femme étaient faites de verre contenant de la ‘cornaline’, un minéral orangé appartenant à la famille du quartz et largement utilisé à l’époque romaine pour graver des pierres précieuses sur les bagues en forme de cachets (ou sceaux) pour imprimer sur les lettres des sceaux en cire.”

La finition des anneaux est similaire à celle de l’ancien empire romain.

La connexion du Caucase

Bien que la plupart d’entre nous aient entendu parler de la région du Caucase, vous ignorez peut-être que cette région était autrefois d’une grande importance, car l’isthme constitue en soi un pont terrestre entre les steppes eurasiennes et l’Asie occidentale. Cela a donc servi de moyen de passer entre l’Europe et l’Asie pendant les jours où Rome était la puissance dominante dans une grande partie du monde connu. C’est aussi une région riche en souvenirs des débuts de la planète :

“Les enquêtes et les fouilles menées par les chercheurs soviétiques jusqu’aux années 1990 ont révélé l’existence de sites archéologiques depuis le début de l’Holocène, soit environ les 11 700 dernières années de l’histoire de la Terre”.

L’emplacement de la tombe contenant la femme guerrière.

Trouver les origines des guerriers anciens

Il y a des milliers d’années, les populations de la région étaient également dispersées le long des côtes de la mer Noire et de la mer Caspienne et dans les bassins des rivières Kura et Arax. Et au cours des deux dernières décennies, de vastes fouilles archéologiques ont eu lieu dans les endroits qui abritaient la majorité de la population. Les résultats de ces missions internationales ont donné lieu à de nombreuses découvertes.

Tout cela amène les chercheurs à spéculer que les bijoux trouvés dans la tombe russe pourraient avoir été des “joyaux de guerre”, note Ancient Origins :

“Les soldats romains atteignirent le Caucase du Sud à la fin du IIe siècle av. J.-C. et le royaume de Colchide fut complètement détruit et incorporé dans l’Empire romain en tant que province du Lazicum. Les 600 années précédentes de l’histoire du Caucase du Sud ont été marquées par la lutte entre Rome et les Sassanides de Perse qui, selon HistoryNet, se sont alliés aux Romains pendant les guerres romano-persanes.”

Le tombeau où les bijoux ont été trouvés.

En 69 après J.-C., l’Empire romain était au beau milieu d’une guerre civile sanglante, dont une partie s’est déroulée dans la région du Caucase où se trouve la tombe du guerrier :

“Les habitants des royaumes de Colchide (Caucase) et de Pontus, un ancien district du nord-est de l’Anatolie jouxtant la mer Noire, ont organisé un important soulèvement tribal contre la domination romaine qui s’est terminé sans succès. Ces bijoux minuscules, délicats et rares, trouvés avec les restes de la femme de 2000 ans, ont tous été fabriqués et portés en ces temps turbulents où les ‘barbares’ de l’Europe du Nord étaient conquis par Rome : des objets de guerre.”

Un des squelettes trouvés dans la tombe russe.

D’autres études sur les découvertes sont prévues, mais pour l’instant, nous avons un aperçu de l’histoire qui pourrait bien finir par nous éclairer encore plus sur ce que nous savons de l’Empire romain et comment il a pris fin soudainement.

En savoir plus sur l’incroyable découverte en Russie :

Lire aussi : Les Amazones étaient plus qu’un mythe : des preuves archéologiques et écrites pour les anciennes guerrières

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *