Après tout, certains humains peuvent détecter le champ magnétique de la Terre


Certains humains ont hérité d’un sens biologique du champ magnétique terrestre.

Certains humains peuvent détecter le champ magnétique de la Terre – via une caractéristique neurologique appelée magnétorécepteurs – selon une étude récente, rapporte Popular Mechanics.

Les ondes cérébrales humaines dans les champs magnétiques

Il y a longtemps, les scientifiques croyaient que la magnétoréception animale n’était pas possible, et lorsqu’ils ont commencé à apprendre comment les oiseaux et autres animaux utilisaient la magnétoréception pour naviguer dans le monde, ce scepticisme s’est déplacé vers l’intérieur pour exclure les humains.

Après tout, l’idée que les humains puissent ressentir des champs magnétiques ressemble à de la fantaisie.

Mais cette hypothèse a depuis perdu du terrain au profit d’une expérience réalisée en 2019 – précédemment rapportée par Gizmodo – dans le cadre de laquelle les chercheurs ont construit une cage de Faraday spécialement équipée. Dans cette cage, les scientifiques ont disposé des bobines qui – lorsqu’elles sont actives – génèrent un champ magnétique. Les scientifiques pouvaient passer aux bobines en mode “fictif”, c’est-à-dire sans champ magnétique. Mais cela semblait quand même fonctionner.

À l’intérieur de la cage, les sujets d’essai sceptiques se sont détendus dans un espace sombre et silencieux. “Pendant les expériences, les participants étaient assis les yeux fermés dans l’obscurité totale. Les participants étaient aveugles aux modes actifs ou fictifs, aux séquences d’essai et aux horaires de début des essais. La chambre d’expérimentation était sombre, silencieuse et isolée de la salle de contrôle pendant les essais”, ont déclaré les chercheurs, selon Popular Mechanics.

Les champs magnétiques créent des ondes cérébrales

Dans la pièce sombre et calme, tous les sujets d’essai ont été confrontés de la même manière pour éliminer le biais directionnel du champ magnétique. Ils ont ensuite été immergés dans des forces magnétiques pendant que les chercheurs enregistraient les ondes cérébrales des sujets.

“Nos résultats indiquent que les cerveaux humains collectent et traitent de manière sélective les données directionnelles des récepteurs de champ magnétique”, concluent les scientifiques. “Une telle activité neurale est une condition préalable nécessaire à toute expression comportementale ultérieure de magnétoréception, et elle représente un point de départ pour tester si une telle expression existe.”

Les résultats complets des chercheurs expliquent comment les scientifiques ont su que les animaux perçoivent la magnétoréceptivité comme un signal biologique direct – c’est la façon dont les oiseaux naviguent pendant la migration saisonnière, et comment les tortues de mer évaluent les dangers des cours d’eau. Et ils le font en dépit des indices subliminaux des champs magnétiques locaux générés par l’environnement lui-même, superposés à la magnétosphère générale de la planète.

Les volcans génèrent souvent des champs magnétiques locaux, et “un animal se déplaçant dans des caractéristiques magnétiques de ce type recevra une série de signaux d’avertissement contre l’utilisation du champ magnétique pour la navigation à longue distance”.

Porter la sensibilité magnétique à l’homme

Les chercheurs ont constaté la même capacité de différenciation chez l’homme. “La sélectivité de la réponse favorisait les stimuli écologiquement valables, en distinguant des rotations de vitesse et d’ampleur par ailleurs égales. Cela indique que l’effet est dû à un mécanisme biologiquement réglé plutôt qu’à une influence physique générique”, disent-ils, rapporte Popular Mechanics.

Cela signifie que les humains de l’étude ont montré une activité cérébrale qui ne réagit qu’à l’imitation du champ magnétique global de la Terre, sans sensibilité aux coups de fouet du magnétisme local. Pour les chercheurs, cela signifie que les humains ont peut-être développé leur propre magnétoréception de la même manière que les animaux : par une utilisation continue et une incitation à long terme.

Si nous pouvons détecter les champs magnétiques, c’est une capacité que nous avons activement utilisée, et non pas à cause d’une coïncidence environnementale. On ne sait pas encore si nous avons hérité des capacités magnétoréceptives du chasseur-cueilleur d’autrefois, mais les chercheurs fondent de grands espoirs sur les expériences à venir : “Toute l’étendue de cet héritage reste à découvrir.”

Lire aussi : Une nouvelle expérience démontre que le cerveau humain peut détecter le champ magnétique de la Terre

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *