Des scientifiques découvrent une femme qui ne ressent aucune douleur ni anxiété

Cette découverte pourrait mener à l’amélioration des traitements de la douleur chronique.

douleur ou anxiété

  • En Écosse, une femme ne ressent pratiquement aucune douleur et ne signale aucune trace d’anxiété ou de dépression.
  • Son corps semble également guérir les blessures très rapidement, laissant peu ou pas de cicatrices.
  • Les humains ressentent la douleur comme un avertissement avant qu’une blessure grave ne se produise, il n’est donc pas nécessairement souhaitable de ne ressentir absolument aucune douleur.

Il y a quelques années, Jo Cameron, 66 ans, s’apprêtait à subir une opération douloureuse de la main, elle a informé le médecin qu’elle ne ressentait aucune douleur et n’aurait pas besoin d’anesthésie.

Devjit Srivastava, consultante en anesthésie et en médecine de la douleur à l’hôpital Raigmore, en Écosse, a déclaré au Time : “En fait, je l’ai ignorée. Je ne pouvais pas la croire.”

Srivastava lui a quand même fait une anesthésie. Mais après l’intervention, Srivastava a été surprise d’apprendre que Cameron n’avait pas demandé ou pris les analgésiques recommandés, et un examen de son passé médical a révélé qu’elle n’avait jamais ressenti de douleur ou eu besoin d’analgésiques, bien qu’elle ait enduré un accouchement, des fractures ou des coupures. Elle avait aussi été brûlée une fois, une blessure qu’elle n’avait remarquée qu’après avoir senti de la chair brûlée.

Après avoir rendu visite à des généticiens de la douleur en Angleterre, Cameron a appris qu’elle a deux mutations génétiques extrêmement rares qui la rendent insensible à la douleur. Les mutations semblent également jouer un rôle dans la capacité de son corps à se remettre rapidement de blessures “avec peu ou pas de cicatrice résiduelle”, et elles pourraient expliquer ses niveaux remarquablement bas d’anxiété et de dépression – elle a obtenu les scores les plus bas possibles sur différents questionnaires qui mesurent les symptômes des conditions.

“Je n’avais aucune idée jusqu’à il y a quelques années qu’il y avait quelque chose d’inhabituel dans le peu de douleur que je ressentais. Je pensais juste que c’était normal”, a déclaré Cameron dans un communiqué de presse.

Une mutation précieuse

La découverte est détaillée dans une étude de cas, publiée jeudi dans le British Journal of Anaesthesia, qui décrit comment Cameron possède une mutation dans un gène qui code pour une enzyme que les chercheurs appellent FAAH-OUT, qui a des liens connus avec la sensibilité à la douleur. Elle a également une microdélétion dans le gène FAAH – une découverte qui semble significative si l’on considère que les recherches passées ont montré que les souris sans le gène FAAH montrent une sensation de douleur réduite, une guérison accélérée des plaies et une réduction de l’anxiété.

Les scientifiques étudient depuis longtemps les personnes insensibles à la douleur, mais c’est la première fois que la mutation est identifiée.

“Chacune de ces mutations nous apprend quelque chose et indique un gène particulier comme cible potentielle pour de nouveaux analgésiques plus efficaces”, a déclaré le Dr Stephen G. Waxman, neurologue à Yale, au New York Times.

On espère que de telles découvertes mèneront à de meilleurs traitements de la douleur chronique, qui touche environ 50 millions d’adultes aux États-Unis et qui est souvent la raison pour laquelle les gens deviennent dépendants des opioïdes. Les scientifiques prévoient également d’étudier comment les blessures de Cameron semblent guérir rapidement et laisser peu de cicatrices.

Bien qu’il y ait très peu de gens dans le monde qui souffrent d’insensibilité à la douleur, il pourrait y en avoir d’autres.

“Les personnes qui sont rarement insensibles à la douleur peuvent être utiles à la recherche médicale, car nous apprenons comment leurs mutations génétiques influent sur la façon dont elles ressentent la douleur, et nous encourageons donc tous ceux qui ne ressentent pas de douleur à se manifester”, a déclaré le Dr James Cox, auteur de cette étude.

Lire aussi : Une maladie rare laisse une femme incapable d’entendre la voix des hommes

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *