Une astuce simple de 12 minutes pour améliorer instantanément votre humeur

Vous vous sentez déprimé ? Si vous voulez arrêter de vous vautrer dans votre propre misère, de nouvelles recherches suggèrent que la meilleure méthode est de cesser de vous concentrer sur vous-même et de penser simplement aux autres à la place.

améliorer humeur

Oui, cela ressemble à un message d’intérêt public à la fin d’une émission pour enfants, mais parmi les méthodes testées par les chercheurs dans le cadre d’une nouvelle étude, le fait de sortir, de se promener et de penser positivement aux autres en se baladant pendant 12 minutes a donné les meilleurs résultats.

Les personnes ayant participé à cette activité ont déclaré ressentir moins d’anxiété, plus de bonheur et d’empathie et plus de liens que le groupe témoin.

“Se promener et offrir de la gentillesse aux autres dans le monde réduit l’anxiété et augmente le bonheur et les sentiments de connexion sociale”, a déclaré le psychologue Douglas Gentile de l’Iowa State University.

“C’est une stratégie simple qui ne prend pas beaucoup de temps que vous pouvez intégrer dans vos activités quotidiennes.”

Pour être parfaitement clair, vous n’avez pas besoin d’interagir avec qui que ce soit, donc si votre anxiété est d’ordre social, elle peut aussi vous aider.

Voici ce que les chercheurs ont fait pour trouver ce résultat. Au total, 496 participants à l’étude ont été répartis en groupes affectés à une condition particulière que l’équipe voulait étudier.

Chaque groupe a été chargé de répondre à un sondage avant de passer 12 minutes à marcher dans les couloirs de l’université et de penser à d’autres personnes qu’ils ont vues. La différence résidait dans le type de pensées que chaque groupe devait penser.

Les 127 personnes du groupe “d’amour bienveillant” devaient regarder les gens qu’ils voyaient et penser “Je souhaite que cette personne soit heureuse”, aussi sincèrement que possible.

Pendant ce temps, 125 personnes du groupe d’interdépendance ont été chargées de réfléchir à ce qu’elles avaient en commun avec les gens qu’elles voyaient, c’est-à-dire ce qu’elles avaient en commun avec eux, comme des classes similaires, des espoirs et des craintes qu’elles pourraient partager, ou des restaurants qu’elles pourraient fréquenter.

109 autres personnes ont été placées dans le groupe de comparaison sociale descendante – ces participants ont dû penser à des façons dont ils étaient meilleurs que les autres personnes qu’ils avaient vues.

Et les 135 personnes du groupe témoin ont reçu l’ordre de se concentrer uniquement sur les détails externes sans porter de jugement, comme les couleurs et les textures des vêtements, le maquillage et les articles que d’autres personnes pouvaient avoir sur elles.

À leur retour, les participants ont dû répondre à d’autres sondages, mesurant l’anxiété, le bonheur, la satisfaction, l’empathie, la connectivité, la bienveillance et le contentement.

Le groupe des personnes aimantes et bienveillantes a obtenu les meilleurs résultats, avec moins d’anxiété et plus d’empathie, d’attachement et d’attention. Le groupe interconnecté a également obtenu d’excellents résultats en ce qui a trait à l’interdépendance et à l’attention aux autres.

Étonnamment, le type de personnalité et le sexe ne semblaient pas jouer un rôle. Les personnes qui ont obtenu une note élevée à un test de narcissisme pour la recherche n’avaient pas plus de difficulté à penser avec bonté que celles qui ont obtenu une note élevée à un test de pleine conscience.

Le groupe de comparaison sociale descendante, par contre, a obtenu des résultats nettement inférieurs à ceux du groupe de l’amour bienveillant – ce qui contredit les recherches antérieures dans les années 1980 selon lesquelles la comparaison sociale descendante permet aux gens de se sentir mieux dans leur peau.

Des recherches plus récentes avaient déjà suggéré que ce n’était peut-être pas le cas, et c’est ce que les chercheurs ont également constaté. Le groupe de comparaison sociale descendante a obtenu des résultats beaucoup moins élevés en ce qui concerne l’empathie, la bienveillance et le sentiment d’appartenance que le groupe des personnes aimantes et bienveillantes.

“Au fond, la comparaison sociale descendante est une stratégie concurrentielle”, a déclaré Dawn Sweet, psychologue à l’Iowa State University. “Cela ne veut pas dire qu’elle ne peut pas avoir d’avantages, mais l’esprit de compétition a été lié au stress, à l’anxiété et à la dépression.”

C’est un résultat qui pourrait être lié au phénomène relativement récent par lequel les utilisateurs actifs des médias sociaux se sentent déprimés. Auparavant, elle était liée à la comparaison sociale ascendante – le sentiment que la vie des autres telle qu’elle est présentée sur les médias sociaux est meilleure que celle de l’observateur, ce qui entraîne des sentiments d’inadéquation et de faible estime de soi.

Mais cette recherche montre qu’elle peut aller dans les deux sens – que peu importe avec qui vous vous comparez, vous vous sentirez un peu ridicule.

Peut-être qu’on devrait tous essayer de pratiquer un peu plus de bonté à la place ?

La recherche a été publiée dans Journal of Happiness Studies.

Lire aussi : Essayez ces 5 habitudes quotidiennes pour améliorer votre vie cette année

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *