Huit grandes salles et passages secrets dont vous n’avez peut-être pas entendu parler

Les salles et les passages secrets sont des choses merveilleuses.

Ils peuvent être utilisés pour éloigner les personnes importantes du regard du public, comme lieu de refuge ou moyen d’atteindre la sécurité, pour entreposer des trésors importants et pour permettre aux domestiques de se déplacer dans la maison sans être vus par les invités.

Il y a des centaines de bâtiments dans le monde qui utilisent des salles et tunnels secrets. Examinons-en quelques-uns.

Le Colisée

Vue de face du Colisée de Rome la nuit, couronné par la Voie Lactée

L’amphithéâtre Flavien, également connu sous le nom de Colisée, à Rome, en Italie, possède l’un des plus grands complexes de tunnels jamais construits. Pendant les représentations, les chambres souterraines, ou hypogée – dérivé du grec ancien “hupogeios” signifiant souterrain – auraient été une ruche d’activité.

Non seulement un espace où les gladiateurs peuvent attendre leur tour dans l’arène, mais tout ce qui est nécessaire pour créer les spectacles de divertissement qui se déroulent au Colisée est conservé sous le plancher.

L’arène du Colisée, qui montre les murs de l’hypogée. Photo par Jean-Pol GRANDMONT CC BY-SA 3.0

Parmi le paysage, des gens, des canaux de drainage (l’arène était parfois inondée pour de “vraies” batailles simili-marines), et d’énormes pièces de machinerie, des animaux sauvages étaient gardés en bas dans des cages.

Les animaux seraient déplacés vers une couche juste en dessous du niveau de l’arène au moyen d’un ascenseur actionné par l’homme. Les esclaves servaient à faire tourner un système complexe de cabestans – des treuils verticaux en forme de croix – qui hissaient la cage jusqu’à une rampe, d’où l’animal affamé ne sortait qu’au sol de l’aréna.

Vue de l’intérieur du Colisée par C. W. Eckersberg, 1815

Le décor a été hissé sur scène de la même manière, créant l’illusion qu’il venait d’apparaître soudainement. Heinz-Jürgen Beste de l’Institut archéologique allemand de Rome travaille sous le Colisée depuis plus de 14 ans.

Il a dit à Smithsonian que lorsqu’il a commencé à explorer les structures, “j’ai compris pourquoi ce site n’avait jamais été correctement analysé avant”.

Le beau Colisée de Rome, Italie

Sa complexité était carrément horrifiante. Pour donner une idée de l’échelle, Beste conclut que “l’hypogée contenait 60 cabestans, de deux étages chacun et tournés par quatre hommes par niveau”.

Le Vatican à Rome

Cité du Vatican, Basilique Saint-Pierre au coucher du soleil de Via della Conciliazione

Le Vatican à Rome, résidence du Pape, a un mur creux qui a été construit en 1277. Derrière ce mur se trouve un tunnel qui relie les appartements du Pape à la tombe de l’empereur romain Hadrien, le Castel Sant Angelo, qui a été transformé en forteresse au Moyen Age.

De nombreux papes utilisèrent ce passage pour s’échapper et en 1527, il sauva probablement la vie du pape Clément VII lors du pillage de Rome. Selon ABC News, il y a aussi une salle de bain secrète dans les appartements du Pape.

La nécropole sous la basilique Saint-Pierre au Vatican. Photo par Mogadir CC BY 3.0

Dans son livre A Journey Through the Historic Underbelly of Europe, Tony Perrottet écrit que la salle de bains, connue sous le nom de Stufetta della Bibbiena, est décorée de fresques érotiques du maître italien Raffaello Sanzio da Urbino (Raphael).

La salle a été repeinte et restaurée par la suite, mais les autorités du Vatican ont nié son existence jusqu’à ce que des photos sombres prises dans les années 1930 apparaissent. Perrottet a réussi à faire une brève visite dans la pièce cachée mais n’a pas été autorisé à prendre des photos.

Mausolées de la nécropole du Vatican avec classement temporel des bâtiments. Photo par Mogadir CC BY 3.0

Il a fait quelques dessins rapides de certains des sujets, y compris une Vénus nue peignant ses cheveux près d’une rivière avec un Pan visiblement excité regardant de derrière un buisson.

La maison Corrie ten Boom à Haarlem

Musée Ten Boom sur la Barteljorisstraat à Haarlem, Pays-Bas. Photo par Jane023 CC BY-SA 3.0

Corrie ten Boom de Haarlem aux Pays-Bas et sa famille se sont engagés dans la résistance clandestine néerlandaise pendant les années de l’Holocauste. La famille était horlogère et vivait dans des appartements au-dessus de leur magasin.

Dans les années 1940, ils ont fait construire une pièce secrète derrière un faux mur à l’intérieur de la chambre de Corrie à sa demande. Cette pièce faisait partie du réseau de refuges où se cachaient des centaines de Juifs qui quittaient l’Allemagne pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’ils soient trahis par un compatriote néerlandais et arrêtés en 1944.

Vue du musée Ten Boom et de la Barteljoristraat depuis la ruelle Schoutensteeg. Photo par Jane023 CC BY-SA 3.0

Les Juifs qui se cachaient dans la pièce secrète n’ont pas été retrouvés et se sont échappés par la suite. Bien que la plupart des membres de sa famille soient morts dans des camps de concentration, Corrie a été libérée du camp vicieux de Ravensbrück, manquant de peu la chambre à gaz, et a installé un lieu sûr pour les malades mentaux qui étaient généralement exécutés par les nazis.

Après la guerre, elle a établi un centre de réhabilitation à Bloemendaal, dans la province de Hollande du Nord, pour les survivants des camps de concentration. En 1971, elle a écrit The Hiding Place et est devenue conférencière sur les horreurs de l’Holocauste. Corrie est décédée en 1983 aux États-Unis à l’âge de 91 ans. La maison est maintenant ouverte au public et une excellente visite virtuelle du quartier, de la maison et de la pièce secrète peut être vue sur tenboom.com. On peut y voir le quartier, la maison et la salle secrète.

Tunnel du sous-sol de la Maison-Blanche

La Maison-Blanche la nuit

Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Franklin Delano Roosevelt était président des États-Unis, un tunnel du sous-sol de la Maison-Blanche qui mène au Trésor national a été adapté pour mener à un abri secret construit pour protéger le président.

Quand Roosevelt vit la pièce grossièrement aménagée, il refusa de revenir. Théoriquement, le tunnel et la salle secrète pouvaient encore être utilisés en cas d’urgence, mais un meilleur abri anti-aérien a été construit dans les années 1940 sous le site actuel de l’aile est.

Le corridor de Vasari

Le Corridor de Vasari de Palazzo Vecchio à Uffizi. Photo par Freepenguin CC BY-SA 3.0

En 1564, l’architecte, peintre et écrivain Giorgio Vasari a construit le corridor de Vasari pour relier le palais Pitti et les bureaux de François Ier de Médicis, deuxième grand-duc de Toscane, à Florence en Italie.

Le couloir, d’une longueur d’environ 800 mètres, est une passerelle fermée avec des fenêtres cintrées et de riches planchers de bois. Il est décoré de la collection du Cardinal Léopold de Médicis, qui comprend plus de mille des plus belles œuvres d’art des XVIIe et XVIIIe siècles de Bernini, Peter Paul Rubens, Delacroix et autres.

Vue intérieure du couloir Vasari depuis la galerie des Offices vers Palazzo Pitti. Photo par Diomidis Spinellis CC BY-SA 4.0

Le couloir n’était destiné qu’à la famille Médicis, qui a dominé Florence pendant environ 300 ans en tant que marchands, banquiers et politiciens. Le pape Léon X, patron de Michel-Ange, et le pape Clément VII étaient tous deux de la famille Médicis.

Le couloir Vasari a permis à la famille et à ses invités de traverser les rues animées de Florence sans avoir à faire face à la foule et aux routes sales.

Laurent de Médicis

Il a été ouvert aux visites privées en 1973, mais a cessé d’accueillir des visiteurs en 2016 à la suite d’inspections effectuées par le service d’incendie. Le couloir Vasari est actuellement en cours de rénovation et devrait rouvrir en 2021.

La Statue de la Liberté

Vue en contre-plongée de la Statue de la Liberté sur Liberty Island, New York City, NY, USA

La Statue de la Liberté, avec le visage de la mère du sculpteur, veille sur le port de New York depuis 1886, date à laquelle elle fut offerte en cadeau par le peuple français.

La statue de cuivre creuse de 93 mètres a été transportée de France sur 350 frégates et il a fallu quatre mois pour la remonter.

Déballage du visage de la statue de la Liberté, livrée le 17 juin 1885

En 1933, la Statue de la Liberté a été confiée au Service des parcs nationaux. À l’origine, il y avait une échelle de 12 mètres dans son bras et dans la torche, d’où les visiteurs les plus courageux pouvaient profiter de vues incroyables de la ville.

En 1916, l’Europe est impliquée dans la Première Guerre mondiale et les Allemands, qui savaient que les États-Unis aidaient la Grande-Bretagne et la France avant leur entrée en guerre, bombardent un dépôt de munitions sur un quai reliant l’île Black Tom à Jersey City.

L’escalier en colimaçon à l’intérieur de la Statue de la Liberté, Liberty Island, NYC

L’explosion a tué plusieurs personnes, avec des centaines de blessés, et selon AM New York, le bras et la torche de la Statue de la Liberté ont été endommagés et l’accès a été fermé.

En 1982, une restauration de 87 millions de dollars a été entreprise pour réparer les dommages et remplacer le flambeau, mais l’accès des visiteurs se limitait à la couronne, qui est accessible par un escalier de 377 marches.

Statue de la Liberté, travaux en cours

Les travailleurs du parc national grimpent toujours sur l’échelle pour effectuer l’entretien de la nouvelle torche, dorée à la feuille d’or 24 carats, selon les plans originaux du sculpteur de la statue, Frederic Auguste Bartholdi.

Ce ne sont là que quelques endroits qui utilisent des pièces cachées et des tunnels secrets. De nombreuses structures à travers le monde, en particulier des châteaux, des pyramides égyptiennes et mayas, des bâtiments historiques et des ruines, ont profité du secret et de la protection que ces lieux offraient et certains n’ont peut-être pas encore été trouvés.

Église d’Angleterre

La reine Elizabeth I d’Angleterre par un artiste inconnu, XVIe siècle

En Angleterre, sous le règne de la reine Elizabeth I, l’Église d’Angleterre, fondée par son père le roi Henri VIII, a transformé le pays en royaume protestant.

Auparavant, le catholicisme était la principale religion pratiquée, mais, à l’époque turbulente du changement de religion de la nation, les catholiques étaient encore nombreux.

Esquisse montrant l’entrée dissimulée d’un trou fait par un prêtre à la Partingdale House en Angleterre

Menacés de mort pour avoir tenu des offices religieux publics, les prêtres catholiques parcouraient la campagne, organisant des cérémonies secrètes dans des maisons privées ou des chapelles cachées. Quand la Reine a eu vent de telles pratiques, elle a envoyé des soldats pour capturer les prêtres.

Cela a conduit à la construction de petits trous secrets, connus sous le nom de trous à prêtres, dans les maisons des catholiques fidèles. Alors que de nombreux prêtres ont survécu à cause des petites pièces secrètes, certains sont morts par suffocation en attendant que les hommes de la Reine s’en aillent. Web Urbanist nous raconte que pendant la guerre civile anglaise, le roi Charles II a utilisé ces trous de prêtres pour se frayer un chemin de Londres vers la sécurité.

Lire aussi : 7 sites fascinants du patrimoine mondial de l’UNESCO

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *