Il y a plus d’un tableau périodique. Voici quelques modèles que vous n’avez probablement jamais vus

En 1869, un Sibérien du nom de Dmitri Mendeleev a présenté une toute nouvelle version du tableau périodique des éléments à ses pairs de la Société chimique russe.

Cliquez sur l’image pour agrandir

Il avait classé les éléments par ordre de poids atomique, formant la base d’une fascinante carte qui révélait des modèles parmi les principaux éléments constitutifs de la matière. Cela fait 150 ans que Mendeleev a eu cette idée et a créé les bases du tableau périodique tel que nous le connaissons.

Mais il n’est pas le seul à avoir réussi à arranger les éléments d’une manière qui ait un sens plus profond.

Avant Mendeleev, un certain nombre de scientifiques s’étaient essayés à l’arrangement des 63 éléments connus à l’époque.

Depuis, les scientifiques ont trouvé un total de 118 éléments, et il y a eu de nombreuses tentatives pour les réarranger, avec des graphiques en forme d’escargots étranges ou de fleurs tridimensionnelles.

Voici quelques-uns de nos favoris ci-dessous :

L’original

Vous le savez, vous l’aimez, c’est le tableau périodique original. Il est organisé par numéro atomique, configuration électronique et sur les propriétés chimiques des éléments.

La version du tableau de Mendeleev avait moins d’éléments que celui ci-dessus, mais il a laissé de l’espace pour plus, et prédit les propriétés des éléments qui n’avaient pas encore été découverts.

Étonnamment, la plupart de ces prédictions se sont avérées exactes.

La Tour

Ce tableau, dessiné en 2006 par Valery Tsimmerman, s’empare du tableau de Mendeleev et le jette par la fenêtre (pas vraiment, mais c’est le plus différent de tous les tableaux sur cette liste).

Au lieu d’être basé sur des nombres atomiques, celui-ci – appelé le tableau périodique ADOMAH – est systématisé autour des quatre nombres quantiques de la configuration électronique.

Ces quatre nombres sont utilisés pour décrire la disposition et les mouvements des électrons dans un atome.

L’idée a été dérivée d’un tableau plus ancien de l’ingénieur et biologiste Charles Janet. Son travail a réarrangé les éléments en fonction de la configuration électronique – essentiellement la probabilité de trouver un électron à une certaine distance du noyau d’un atome.

Ce que nous préférons, c’est que le concepteur a qualifié la tour de “parfaite disposition des éléments” et qu’il a même un pull avec le contour du tableau qui y figure.

La Spirale

(DePiep/Wikimedia/CC-BY-3.0)

Si le dernier tableau était purement fonctionnel, celui-ci est surtout esthétique et design. L’œuvre en spirale, créée en 1964 par le chimiste Theodor Benfey, est plutôt belle.

Commençant au milieu de la spirale avec l’hydrogène, il tourne vers l’extérieur dans l’ordre du numéro atomique avant de se ramifier dans les métaux de transition, les lanthanides, les actinides et les superactinides actuellement non découverts.

La fleur 3D

Ok, donc celui-ci demande un peu d’effort pour se faire une idée, mais ce n’est pas vraiment trop compliqué.

Il n’y a pas d’hydrogène ou d’hélium sur celui-ci. La première section, de couleur sarcelle (ou pétale), contient les métaux alcalins à l’avant et les métaux alcalino-terreux à l’arrière. Ensuite, les autres pétales contiennent le reste des éléments, regroupés selon leurs qualités élémentaires.

Vous pouvez voir une variation en mouvement ci-dessous :

Le ruban arc-en-ciel

Appelé le tableau périodique à ruban frisé, il a été créé par James Franklin Hyde en 1975.

Hyde était un chimiste organosilicié, c’est pourquoi il a mis le silicium sur le devant de la scène (dans la section beige au milieu des deux cercles), soulignant combien cet élément est lié à de nombreux autres éléments du tableau.

Mais le tableau commence toujours au centre du cercle de droite avec l’hydrogène, avant de s’étendre dans les différents groupes. Les nombreuses couleurs mettent en valeur les relations périodiques des éléments.

Les belles courbes en font l’un de nos tableaux préférés, mais c’est aussi très intense.

Lire aussi : Science étrange : la majeure partie de l’Univers est constituée d’un «fluide sombre» inconnu et invisible

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *