La cerise de terre : Ce fruit bizarre pourrait bientôt devenir aussi commun qu’une fraise


Le nom n’est pas appétissant : on l’appelle la cerise de terre. Il est possible que vous n’ayez pas entendu parler de ce fruit, mais avec quelques modifications génétiques, il pourrait devenir un aliment de base de supermarché plus tôt que vous ne le pensez.

C’est parce que les scientifiques ont utilisé le cerisier de terre comme un cas d’essai expérimental pour illustrer à quel point l’édition du génome CRISPR peut accélérer la domestication des plantes sauvages.

Pour une culture relativement obscure comme le cerisier de Virginie (Physalis pruinosa), la route aurait été longue et difficile pour être acceptée par l’agriculture traditionnelle sans l’aide des scientifiques.

C’est parce qu’il est difficile à cultiver et que ses fruits tombent sporadiquement de la vigne sur le sol, souvent avant qu’il ne soit mûr, ce qui le rend difficile à cultiver sur une grande échelle.

Il faudrait des décennies, des siècles, voire plus, pour apprivoiser ces carences par la domestication traditionnelle des plantes – en développant judicieusement ses traits désirables au fil des générations et des saisons successives.

Les choses ont tendance à aller un peu plus vite avec CRISPR. Dans une nouvelle étude, des chercheurs ont démontré que le même processus de domestication peut avoir lieu en quelques années seulement, grâce au contrôle incroyable procuré par l’édition génétique précise.

“Je crois fermement qu’avec la bonne approche, le cerisier de terre pourrait devenir une importante culture de petits fruits”, affirme Zachary Lippman, chercheur principal et phytologue au Cold Spring Harbor Laboratory.

“Je pense que nous sommes maintenant à un endroit où la technologie nous permet de l’atteindre.”

En collaboration avec des chercheurs du Howard Hughes Medical Institute et du Boyce Thompson Institute, Lippman a séquencé une partie du génome de la cerise de terre et a utilisé CRISPR pour manipuler ses gènes.

Cela a permis d’influencer une hormone qui régule la floraison, d’encourager la plante à devenir plus compacte et de produire des fruits en grappes plutôt qu’individuellement.

Une autre retouche rend les fruits eux-mêmes plus denses, tandis qu’une troisième modification augmente la taille globale du fruit, en augmentant le nombre de sections ensemencées.

“C’est une assez bonne preuve qu’avec la modification génétique, on peut envisager d’intégrer d’autres plantes sauvages ou des cultures orphelines à la production agricole”, dit M. Lippman.

“Plus nous aurons de flèches dans notre carquois pour répondre aux besoins agricoles à l’avenir, mieux nous nous porterons.”

Aux fins de la présente étude, c’est tout ce que l’équipe a fait, mais les chercheurs n’en ont pas encore terminé avec la cerise de terre.

Ensuite, l’équipe cherche comment modifier la saveur et la couleur du fruit. La cerise de terre d’aujourd’hui a un goût à la fois tropical et aigre, avec des notes de vanille et une odeur enivrante. Toutefois, personne ne sait où les scientifiques pourraient l’emmener dans les années à venir.

Pour manipuler la cerise de terre, les chercheurs se sont appuyés sur ce que les scientifiques savaient déjà sur le génome de la tomate et sur les gènes et les mutations qui contrôlent la croissance de ses fruits.

À mesure que ce genre de science se développe, la capacité des chercheurs à contrôler les cultures sur mesure et à les accélérer en vue d’atteindre des niveaux de production agricole de masse pourrait changer la façon dont les humains cultivent et mangent les aliments.

“Nous avons ciblé des gènes dont nous savions par expérience qu’ils pouvaient rendre la plante plus compacte et plus facile à gérer”, a déclaré Joyce Van Eck, de l’Institut Boyce Thompson, à CNN.

“Les fermiers disent : ‘Si vous arrivez à les faire bien se tenir, nous en ferons pousser des hectares.'”

Les résultats sont rapportés dans Nature Plants.

Source : Science Alert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *