Un homme garde une roche pendant des années en pensant que c’est de l’or. Il s’avère que c’est une météorite super rare

En 2015, David Hole faisait de la prospection dans le parc régional de Maryborough près de Melbourne, en Australie.

Armé d’un détecteur de métaux, il a découvert quelque chose qui sort de l’ordinaire : une roche très lourde et rougeâtre reposant dans de l’argile jaune.

Il l’emporta chez lui et essaya tout pour l’ouvrir, étant sûr qu’il y avait une pépite d’or à l’intérieur de la roche – après tout, Maryborough est dans la région des Goldfields, où la ruée vers l’or australienne a atteint son apogée au 19e siècle.

Pour ouvrir sa trouvaille, M. Hole a essayé une scie à roche, une meuleuse d’angle, une perceuse, mettant même la chose dans de l’acide, mais pas même une masse ne pouvait faire une fissure. C’est parce que ce qu’il essayait si fort d’ouvrir n’était pas une pépite d’or. Comme il l’a découvert des années plus tard, c’était une météorite rare.

Le géologue du musée de Melbourne, Dermot Henry, a déclaré au Sydney Morning Herald qu’elle avait un aspect sculpté et à fossettes.

“Ça se forme quand elles traversent l’atmosphère, elles fondent à l’extérieur, et l’atmosphère les sculpte.”

Incapable d’ouvrir la “roche”, mais toujours intrigué, M. Hole a emmené la météorite au Melbourne Museum pour être identifié.

“J’ai regardé beaucoup de roches que les gens considèrent comme des météorites”, a déclaré M. Henry à 10daily.

En fait, après 37 ans de travail au musée et d’examen de milliers de roches, M. Henry explique que seulement deux des offrandes se sont révélées être de véritables météorites.

C’était l’une des deux.

roche-météorite

(Melbourne Museum)

“Si vous avez vu un rocher sur Terre comme celui-ci et que vous l’avez ramassé, il ne devrait pas être si lourd”, a déclaré un autre géologue du Melbourne Museum, Bill Birch, à The Sydney Morning Herald.

Les chercheurs ont récemment publié un article scientifique décrivant la météorite de 4,6 milliards d’années, qu’ils ont appelée Maryborough d’après la ville près de laquelle elle a été trouvée.

C’est un énorme 17 kilogrammes, et après avoir utilisé une scie à diamant pour couper une petite tranche, ils ont découvert que sa composition a un pourcentage élevé de fer, ce qui en fait une chondrite ordinaire H5.

Une fois ouvert, vous pouvez également voir les minuscules gouttelettes cristallisées de minéraux métalliques qui s’y trouvent, appelées chondres.

“Les météorites fournissent la forme la moins chère d’exploration spatiale. Elles nous transportent dans le temps et nous donnent des indices sur l’âge, la formation et la chimie de notre système solaire (y compris la Terre)”, explique Dermot Henry.

“Certaines donnent un aperçu de l’intérieur profond de notre planète. Dans certaines météorites, il y a de la ‘poussière d’étoiles’ encore plus ancienne que notre système solaire, ce qui nous montre comment les étoiles se forment et évoluent pour créer des éléments du tableau périodique.”

“D’autres météorites rares contiennent des molécules organiques comme les acides aminés, les éléments constitutifs de la vie.”

météorite-rare

(Birch et al., PRSV, 2019)

Bien que les chercheurs ne sachent pas encore d’où vient la météorite et depuis combien de temps elle peut être sur Terre, ils ont quelques suppositions.

Notre système solaire était autrefois un amas de poussière et de roches chondrites. La gravité a fini par rassembler une grande partie de ce matériau en planètes, mais les restes se sont surtout retrouvés dans une énorme ceinture d’astéroïdes.

“Cette météorite particulière provient probablement de la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter, et elle a été poussée hors de là par des astéroïdes qui s’écrasent les uns contre les autres, puis un jour elle s’est écrasée sur Terre”, explique M. Henry à 10 daily.

La datation au carbone suggère que la météorite a été sur Terre entre 100 et 1000 ans, et il y a eu un certain nombre d’observations de météorites entre 1889 et 1951 qui pourraient correspondre à son arrivée sur notre planète.

Les chercheurs soutiennent que la météorite de Maryborough est beaucoup plus rare que l’or. C’est l’une des 17 météorites jamais enregistrées dans l’État australien de Victoria, et c’est la deuxième masse chondrite en importance, après un énorme spécimen de 55 kilogrammes identifié en 2003.

“Ce n’est que la 17e météorite trouvée à Victoria, alors que des milliers de pépites d’or ont été trouvées”, a dit M. Henry à 10 daily.

“En regardant la chaîne des événements, on pourrait dire que c’est tout à fait astronomique qu’elle soit découverte.”

Ce n’est même pas la première météorite à mettre quelques années à se rendre dans un musée. Dans une histoire particulièrement étonnante que nous avons racontée l’an dernier, il a fallu 80 ans, deux propriétaires et un séjour comme butoir de porte avant qu’une roche de l’espace ne se rende dans un musée.

C’est probablement le bon moment pour vérifier votre cour arrière à la recherche de roches particulièrement lourdes et difficiles à briser – vous pourriez être assis sur une mine d’or métaphorique.

La recherche a été publiée dans Proceedings of the Royal Society of Victoria, et si vous êtes à Victoria, vous pouvez savoir comment voir la météorite en personne ici.

Lire aussi : Un morceau de comète découvert dans une météorite

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *