Les allergies au Wi-Fi sont-elles réelles ?

électromagnétiques

La science suggère que les signaux électromagnétiques ne causent pas les maladies chez les personnes atteintes.

Depuis quelque temps, les personnes atteintes de maux de tête inexpliqués et récurrents, des étourdissements et une irritation de la peau ont souvent blâmé leur malaise à la sensibilité des sources de champs électromagnétiques, une condition parfois appelée hypersensibilité électromagnétique (EHS), selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Dans une affaire récente, la famille d’une jeune fille de 15 ans au Royaume-Uni (décédée par suicide) dit que la jeune fille souffrait d’une allergie aux signaux Wi-Fi. Les signaux de son école lui donnaient la nausée, des maux de tête importants et il était difficile pour elle de se concentrer, a déclaré la mère de l’adolescente dans un tribunal britannique le 19 novembre, selon un reportage dans le journal britannique The Daily Mirror.

Les participants d’un sondage auprès des personnes qui prétendent souffrir d’EHS décrivent les symptômes physiques tels que des maux de tête et une fatigue qui apparaissaient chaque fois qu’ils étaient à proximité d’appareils qui émettent des signaux électromagnétiques, tels que les stations Wi-Fi, les téléphones portables et les écrans d’ordinateur. Se retirer ou s’isoler des signaux atténuait leurs symptômes, selon les résultats de l’enquête.

Cependant, des tests scientifiquement contrôlés dans lesquels les personnes ont été exposées à des signaux électromagnétiques, sans préciser quand les signaux étaient activés ou désactivés, ont massivement montré que les participants de l’étude étaient incapables de déterminer le moment où les signaux étaient présents, selon une étude de 2009, publiée dans la revue Bioelectromagnetics.

Qu’en est-il des symptômes ?

«Les gens qui disent être atteints d’EHS sont clairement malades”, a déclaré le Dr James Rubin, maître de conférences en psychologie à King’s College London, qui a étudié l’EHS et qui est l’auteur de cet examen. “Mais la science suggère que ce ne sont pas les signaux électromagnétiques qui sont la cause de la maladie”, a déclaré Rubin dans un courriel à Live Science.

Et bien que l’OMS déclare sur son site Internet que les personnes souffrant d’EHS exposent «une variété de symptômes non spécifiques”, l’agence dit également que “l’EHS ne constitue pas un diagnostic médical”.

“Il n’y a aucune base scientifique permettant de relier les symptômes EHS aux fréquences électromagnétiques”, explique l’OMS sur son site Internet.

Détermination de l’invalidité

Dans certains cas, les personnes qui déclarent avoir une EHS disent que les symptômes affaiblissent et influent sur leur vie de façon spectaculaire. Les parents d’un garçon de 12 ans ont récemment intenté un procès dans le Massachusetts contre son école privée, affirmant qu’un nouveau “système des capacités Wi-Fi” à l’école a conduit à des problèmes de santé de leur enfant, a rapporté Courthousenews.com.

Le garçon souffrait de maux de tête, de démangeaisons et des éruptions cutanées, parfois des saignements de nez, des étourdissements et des palpitations cardiaques, selon Courthousenews. Les symptômes, qui ne pouvaient pas être diagnostiquer par les médecins, ont surgi seulement pendant les heures scolaires.

Les responsables scolaires ont rejeté la conclusion que ses maux découlaient de l’exposition Wi-Fi, et une évaluation du système Wi-Fi a constaté que le système respectait bien les paramètres de sécurité établies par la Federal Communications Commission. Mais les parents du garçon ont affirmé que ses symptômes étaient représentatifs de l’EHS et l’ont qualifié comme un handicap, et à ce titre, que l’école devrait être tenue de prendre des mesures pour l’accueillir.

Dans un autre cas, en France, un règlement d’invalidité a été attribué à une femme qui prétendait que son EHS était si grave qu’elle a dû vivre sans électricité dans une grange rénovée dans les montagnes pour se protéger des signaux électromagnétiques, selon l’AFP. Mais le tribunal n’a pas formellement reconnu l’EHS comme une condition médicale.

Test de réactions

Dans un journal en 2009, Rubin a observé les études analysant les symptômes et a enquêté sur les déclencheurs chez plus de 1000 personnes qui ont déclaré avoir une hypersensibilité électromagnétique.

Il a conclu dans le document que “des expériences répétées ont été incapables de reproduire ce phénomène dans des conditions contrôlées”.

Il se peut que la connexion Wi-Fi ne soit pas coupable, mais quelque chose est à blâmer pour les symptômes des gens, dit Rubin. Un certain nombre de conditions environnementales et de santé, différentes pour chaque individu, pourraient être responsables.

Un autre facteur en jeu pourrait être “l’effet nocebo”, lorsque qu’une personne croit aux effets d’une exposition électromagnétique, cela déclenche des symptômes réels qui apparaissent, même si aucune exposition n’est arrivée, a-t-il ajouté.

Peu importes si les “allergies au Wi-Fi” sont réelles, la souffrance l’est certainement, dit Rubin.

Source : Huffington Post – Crédit image : Bernhard Lang via Getty Images

1 Commentaire

  1. electros

    La science ne sait pas grand chose, encore plus sur ce sujet quasi tabou, because… fric.
    5 % d’électrosensibles = 400 millions sur la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *